Le ministre de l’Intérieur allemand tire la sonnette d’alarme: la nouvelle vague migratoire devrait être plus importante qu’en 2015

Par Epoch Times
7 octobre 2019 Mis à jour: 10 octobre 2019

Le ministre fédéral de l’Intérieur, M. Horst Seehofer, met en garde contre l’augmentation des flux migratoires dans les îles grecques : « Nous devons davantage venir en aide à nos partenaires européens en matière de contrôles aux frontières extérieures de l’UE. Nous les avons laissés seuls trop longtemps« . Autrement, une « vague de réfugiés semblable à celle de 2015 » va nous menacer et elle serait même peut-être plus importante.

Le ministre fédéral de l’Intérieur, M. Horst Seehofer, tire la sonnette d’alarme concernant une nouvelle vague migratoire plus importante qu’en 2015, compte tenu du nombre croissant de migrants sur les îles grecques : « Nous devons davantage venir en aide à nos partenaires européens par des contrôles aux frontières extérieures de l’UE. Nous les avons laissés seuls trop longtemps« , a déclaré le politicien de la CSU au journal Bild. « Si nous ne le faisons pas, nous connaîtrons une vague de réfugiés semblable à celle de 2015, elle serait peut-être même plus importante qu’il y a quatre ans. »

Avec la nouvelle présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, il serait question de « faire tout ce qui est en son pouvoir pour que cela ne se reproduise plus« , a poursuivi M. Seehofer. Il aurait « le plein soutien du chancelier allemand« .

Lors de ses visites en Turquie et en Grèce, il a offert le soutien de l’Allemagne aux gouvernements des deux pays dans le traitement des réfugiés et des migrants. M. Seehofer était prêt, entre autres, à fournir un « soutien administratif » pour traiter la question migratoire, si Athènes le souhaitait, a déclaré M. Seehofer vendredi, selon une déclaration de son ministère à Berlin. « C’est la solidarité européenne de l’avenir. »

Selon le ministère de l’Intérieur, un soutien pourrait être fourni pour accélérer les procédures d’asile, pour la protection côtière et frontalière ou dans le secteur informatique. Une délégation d’experts de haut niveau se rendra prochainement en Grèce afin de concrétiser conjointement les besoins. Auparavant, M. Seehofer s’était entretenu avec des représentants du gouvernement grec ainsi qu’avec le commissaire européen chargé des migrations, Dimitris Avramopoulos, et des représentants de la France.

Gardes-côtes et luttes contre les réseaux de passeurs

M. Seehofer s’était déjà rendu jeudi en Turquie, où il a eu des entretiens « ouverts et constructifs » avec des représentants du gouvernement turc. Les entretiens ont porté sur les possibilités de coopération ainsi que sur les questions relatives à l’état de droit et aux droits de l’homme.

« Les deux parties veulent continuer d’améliorer la coopération sur les questions de migration et de sécurité. »

Selon le ministère fédéral de l’Intérieur, il a été convenu avec le gouvernement turc qu’Ankara transférerait à la partie allemande les possibilités de soutien qu’elle considère comme existantes, en particulier dans le domaine de la garde côtière et de la lutte contre les réseaux de passeurs. Dans ce contexte, de nouveaux pourparlers au niveau ministériel ont également été convenus, ils débuteront en octobre.

L’accord controversé de 2016 entre l’UE et la Turquie concernant les réfugiés a entraîné une forte baisse du nombre de réfugiés dans les îles grecques de la mer Égée, mais il y a eu récemment une nette augmentation. Les camps des îles grecques sont complètement surpeuplés. En Europe, cela est suivi avec beaucoup d’inquiétude.

Le ministre, M. Seehofer, demande plus d’argent pour la Turquie

Le ministre fédéral de l’Intérieur Horst Seehofer (CSU) a appelé les États membres de l’Union européenne à en faire davantage pour la Turquie.

« La Turquie fait beaucoup en matière d’accueil des réfugiés. C’est également dans notre intérêt. En outre, il est clair que nous ne pouvons pas faire face à l’avenir avec les moyens du passé. C’est pourquoi je souhaite renforcer la coopération avec la Turquie encore davantage« , a déclaré M. Seehofer au Welt am Sonntag.

Lorsqu’on lui a demandé combien d’argent Ankara devrait recevoir au-delà des six milliards promis par l’UE, M. Seehofer a déclaré :

« En tant que ministre allemand de l’Intérieur, je ne peux pas prendre seul cette décision. Nous devrons mener des discussions à ce sujet au niveau européen. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour veiller à ce que les performances de la Turquie, qui sont dans notre intérêt à tous, soient dûment prises en compte« .

RECOMMANDÉ