Le Niger élit son président avec une transition pacifique inédite

Par Epoch Times avec AFP
27 décembre 2020
Mis à jour: 27 décembre 2020

Le Niger, pays parmi les plus pauvres du monde à la démographie galopante, miné par des attaques jihadistes, élit dimanche un nouveau président lors d’une première démocratique dans ce pays marqué par les coups d’Etat, Mahamadou Issoufou quittant le pouvoir pacifiquement après ses deux mandats constitutionnels.

Quelque 7,4 millions d’électeurs sur 23 millions d’habitants sont appelés aux urnes de 8h à 19h locales (07h-18h GMT).

« Passer le pouvoir en 2021 à un successeur démocratiquement élu … sera ma plus belle réalisation, ce sera une première dans l’histoire de notre pays », a souligné le président Issoufou dont le retrait a été unanimement salué sur la scène internationale, alors que de nombreux chefs d’Etat africains s’accrochent au pouvoir.

« Si je suis élu je serai le successeur d’Issoufou. Ce sera nos deux noms que l’histoire retiendra comme ayant fait en sorte que notre pays ait réalisé ce pari », affirme Mohamed Bazoum, bras droit d’Issoufou et grand favori du scrutin, espérant pérenniser les transitions démocratiques dans ce pays qui n’a jamais vu deux présidents élus se succéder depuis l’indépendance en 1960.

L’homme fort du régime

Agé de 60 ans, cet ancien ministre de l’Intérieur considéré comme l’homme fort du régime vise une victoire dès le premier tour, ce qui n’a jamais été réalisé auparavant.

« Après nous, c’est nous », dit un des slogans de campagne de Mohamed Bazoum. Fort de l’écrasante victoire du parti au pouvoir aux élections locales du 13 décembre, Bazoum, qui bénéficie de la machine électorale de son parti et de l’Etat, a promis de mettre l’accent sur la sécurité et l’éducation, notamment pour les jeunes filles alors que le pays détient le record mondial de fécondité (7,6 enfants par femme).

Malgré cette élection, l’activiste de la société civile Moussa Tchangari dénonce une « démocrature ». « Le retrait de M. Issoufou est simplement le respect de la norme, il y a d’autres normes à respecter pour être démocratique: les libertés et les droits ne sont pas respectés. Nous, activistes, nous avons fait des séjours en prison et les manifestations sont souvent interdites ».

« Peu d’engouement »

Sur le plan sécuritaire, deux attaques meurtrières, une à l’Ouest (7 soldats tués le 21 décembre) où sévit régulièrement l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS), et une à l’Est revendiquée par Boko Haram (34 morts le 12 décembre), se sont produites à l’approche du scrutin.

£Les attaques incessantes des groupes jihadistes ont fait des centaines de morts depuis 2010, et fait fuir de leurs foyers des centaines de milliers de personnes (300.000 réfugiés et déplacés dans l’est, près du Nigeria, 160.000 dans l’ouest, près du Mali et du Burkina).

-L’affiche de campagne de Seyni Oumarou à Niamey le 21 décembre 2020 en vue des élections générales prévues pour décembre 27, 2020. Photo par Issouf Sanogou / AFP via Getty Images.

Trente candidats sont en lice pour le scrutin, qui suscite « peu d’engouement » de la population, selon un connaisseur de la politique nigérienne.

« Donner le pouvoir aux jeunes »

Cette source souligne l’absence de renouvellement de la classe politique, avec deux anciens présidents (Mahamane Ousmane et Salou Djibo) et deux anciens Premiers ministres (Seini Oumarou et Albadé Abouba) parmi les candidats, pour une moyenne d’âge de plus de 60 ans, dans un pays où la population est très jeune.

Une partie de l’opposition a choisi d’attaquer M. Bazoum sur son appartenance à la minorité arabe, bien qu’il soit incontestablement né au Niger.

Pour Moussa Tchangari, il est « malheureux que le débat porte là-dessus et pas sur le bilan de dix ans au pouvoir d’Issoufou ». « Nous sommes dans un pays à la dérive, ça ne va pas au niveau sécuritaire, des libertés, du développement social, du système de santé, de l’éducation, de la corruption », affirme-t-il.

« Ce que l’on veut, c’est donner le pouvoir aux jeunes. Il faut que les vieux passent le flambeau maintenant », réclame Salamou Hassane, vendeuse de galettes à Niamey. « On n’a pas de sac de riz, on n’a pas de sac de maïs, c’est seulement avec les galettes que l’on peut nourrir la famille. Je souhaiterais que tout le monde bénéficie des bienfaits de la politique, parce que on ne pense jamais aux pauvres. »

Élections américaines – Message de Noël de Trump

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ