Prix Nobel de la paix au Programme alimentaire mondial des Nations unies

Par Epoch Times avec AFP
9 octobre 2020
Mis à jour: 9 octobre 2020

Le prix Nobel de la paix a couronné vendredi 9 octobre le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies qui, du Yémen à la Corée du Nord, nourrit des dizaines de millions de bouches dans un monde où la faim, redoutable « arme de guerre », devrait encore progresser du fait du virus du Parti communiste chinois, connu communément comme le Covid-19.

Opérant aussi bien par hélicoptère qu’à dos d’éléphant ou de chameau, le PAM se présente comme « la plus grande organisation humanitaire », une nécessité puisque, selon ses estimations, 690 millions de personnes – une sur 11 – souffraient de sous-alimentation chronique en 2019. Et sans doute davantage cette année à cause de la pandémie.

Le PAM est récompensé pour « ses efforts de lutte contre la faim, pour sa contribution à l’amélioration des conditions de paix dans les zones touchées par les conflits et pour avoir joué un rôle moteur dans les efforts visant à empêcher l’utilisation de la faim comme arme de guerre », a déclaré la présidente du comité Nobel, Berit Reiss-Andersen. Un porte-parole de l’organisation onusienne a fait part d’un « moment de fierté » avec ce prix.

La PAM a distribué 15 milliards de rations

Fondé en 1961 avec son siège à Rome et financé intégralement par des contributions volontaires, le PAM dit avoir distribué 15 milliards de rations et assisté 97 millions de personnes dans 88 pays l’an dernier.

Par définition ennemi déclaré du Nobel de la paix, la guerre peut être à la fois la cause et la conséquence de la faim : les populations vivant dans des pays touchés par des conflits sont nettement plus susceptibles d’être sous-alimentées, selon l’organisation. « Il n’y a pas 1 000 façons de procéder », déclarait le directeur général du PAM, l’Américain David Beasley, le 21 septembre. « Le seul moyen d’en terminer avec la faim, c’est de mettre fin aux conflits ».

Un diplôme, une médaille d’or et un chèque de près de 950 000 euros

Le virus va chambouler les conditions dans lesquelles le PAM empochera son Nobel.

Si la situation sanitaire le permet, le PAM empochera son prix – un diplôme, une médaille d’or et un chèque de 10 millions de couronnes (près de 950.000 euros) – lui sera remis en personne lors de festivités au format nettement réduit le 10 décembre à Oslo. Dans le cas contraire, il faudra se contenter d’une cérémonie à distance via des moyens numériques.

Focus sur la Chine – Touché par le virus, Trump pourrait désormais s’affermir davantage face à la Chine

Le saviez-vous ? 


Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ