Le palais de Buckingham aurait menacé ABC pour étouffer un reportage montrant les liens entre Epstein et le prince Andrew

Par Petr Svab
7 novembre 2019 Mis à jour: 8 novembre 2019

La famille royale britannique a menacé ABC News au sujet d’un article sur Virginia Giuffre, une femme qui prétend que le financier Jeffrey Epstein de son vivant l’a utilisée comme esclave sexuelle pour lui-même et ses amis, dont le prince Andrew, selon Amy Robach, co-animatrice de Good Morning America d’ABC News et présentatrice de Breaking News, qui a lancé cette accusation.

La pression du Palais de Buckingham a été l’une des raisons pour lesquelles l’histoire a été étouffée, a déclaré Amy Robach dans une vidéo publiée par Project Veritas le 5 novembre.

« Tout d’abord, on m’a dit : ‘Qui est Jeffrey Epstein ? Personne ne sait qui il est. C’est une histoire stupide' », a déclaré Amy Robach. « Le palais [de Buckingham] a découvert qu’on avait toutes ses allégations sur le prince Andrew et il nous a menacés de mille manières différentes. »

Elle a déclaré que la chaîne avait également peur de perdre l’accès au prince William et à Kate Middleton et que « cela a aussi joué à étouffer cette histoire ».

« C’était incroyable ce qu’on avait »

Jeffrey Epstein a été arrêté le 6 juillet dans le New Jersey pour trafic sexuel, ce qui a incité les médias à couvrir des décennies d’allégations faites contre lui par une vingtaine de femmes, dont Virginia Giuffre.

Virginia Giuffre (anciennement Virginia Roberts) a fait ses allégations dans une déclaration sous serment en janvier 2015, décrivant comment elle a été recrutée alors qu’elle était mineure par Ghislaine Maxwell, une proche associée d’Epstein, et systématiquement formée comme esclave sexuelle pour Epstein, puis transmise à d’autres hommes, dont le prince Andrew, qui a nié les allégations. Virginia a fourni une photo d’Andrew avec son bras autour de la hanche de Virginia avec Maxwell en arrière-plan.

Amy Robach a déclaré qu’ABC News avait convaincu Virginia de donner une interview il y a trois ans et qu’ils avaient réussi à corroborer son histoire avec des récits d’autres femmes et des photos fournies par Virginia.

« Elle avait des photos, elle avait tout », a déclaré Amy Robach. « Elle s’est cachée pendant 12 ans. On l’a convaincue de sortir. Nous l’avons convaincue de nous parler. C’était incroyable ce qu’on avait. »

Amy Robach était apparemment furieuse par le refus de la chaîne de diffuser l’histoire, pour ensuite la voir proliférer après l’arrestation d’Epstein et finalement sa mort.

« J’ai essayé en vain pendant trois ans. Et maintenant, tout sort, comme si c’étaient des nouvelles révélations ; j’avais tout. Je suis si énervée en ce moment », dit-elle.

Finalement, Amy Robach a déclaré qu’elle s’est inquiétée du traitement qu’aurait cette histoire.

« Je m’inquiétais un peu de ne pas pouvoir continuer », dit-elle.

Elle a ensuite déclaré qu’elle était déçue que son interview n’ait pas été diffusée, mais qu’elle comprenait car elle manquait de « preuves corroborantes suffisantes pour répondre aux normes éditoriales d’ABC News ».

Les normes éditoriales d’ABC ont récemment fait l’objet d’un examen minutieux après que la chaîne a diffusé à plusieurs reprises des séquences de tir du Kentucky, les présentant comme une incursion de la Turquie en Syrie. Depuis, une correction été publiée.

À LIRE AUSSI :

– « ABC News publie une correction et supprime sa vidéo montrant un stand de tir prétendument filmé lors du conflit en Syrie » (« ABC News Issues Correction, Deletes Gun Range Video Claimed to Be Syrian Conflict Footage »)

ABC a déclaré au Projet Veritas qu’une équipe a enquêté sur l’histoire d’Epstein et qu’elle publiera un documentaire et un podcast à ce sujet en 2020. « À l’époque, tous nos reportages n’étaient pas conformes à nos normes de diffusion, mais nous n’avons jamais cessé d’enquêter sur cette histoire », peut-on lire dans le communiqué.

ABC n’a pas répondu aux questions envoyées par courriel concernant les pressions exercées par le Palais de Buckingham et d’autres déclarations et allégations faites par Amy Robach.

« C’est entièrement du ressort d’ABC », a déclaré Hannah Howard, secrétaire adjointe aux communications de la reine d’Angleterre, dans une réponse par courriel à une demande de commentaires.

« Cent pour cent »

Jeffrey Epstein a été retrouvé mort dans sa cellule du Metropolitan Correctional Center le 10 août en attendant son procès pour trafic sexuel.

Son décès a été qualifié de suicide par le médecin légiste de New York, qui a déclaré qu’il s’était pendu avec un drap de son lit.

Cependant, le 30 octobre, le célèbre pathologiste Dr Michael Baden a déclaré à Fox News qu’il croit que les preuves physiques suggèrent que J. Epstein ne s’est pas suicidé.

À LIRE AUSSI :

– « Il y a quelque chose qui cloche avec la mort de Jeffrey Epstein », déclare le maire de New York » (« ‘Something Doesn’t Quite Fit’ With Jeffrey Epstein’s Death, NYC Mayor Bill de Blasio Says »)

Il a déclaré que les blessures de Jeffrey Epstein étaient « plus compatibles avec un étranglement meurtrier par ligature, plutôt qu’un suicide. »

Amy Robach semblait tout à fait d’accord avec la théorie selon laquelle Jeffrey Epstein ne s’est pas suicidé.

« Est-ce que je pense qu’il a été tué ? À cent pour cent, oui, je le pense. Qu’en pensez-vous ? Il gagnait sa vie en faisant chanter les gens », déclare Amy Robach.

« Il y avait beaucoup d’hommes dans ces avions, beaucoup d’hommes qui ont visité cette île, beaucoup d’hommes puissants qui sont venus dans cet appartement. »

Elle a ajouté qu’elle « savait immédiatement » quand la nouvelle de la mort de J. Epstein s’est répandue.

« Ils avaient déjà fait comme si c’était une ‘tentative de suicide’ deux semaines plus tôt. Mais son avocat a prétendu qu’il avait été malmené par son compagnon de cellule, laissant des traces autour de son cou, c’était comme planter une graine pour ce qui adviendrait », a-t-elle déclaré, se référant aux explications contradictoires concernant les blessures au cou de J. Epstein après qu’on leut découvert inconscient dans sa cellule 18 jours avant sa mort.

« C’est pour ça que j’y crois vraiment (qu’il a été tué), vraiment », a déclaré Amy Robach.

RECOMMANDÉ