Le passeport vaccinal pourrait ne pas être efficace pour réduire la propagation du Covid-19 selon des experts

Par Meiling Lee
2 avril 2021
Mis à jour: 2 avril 2021

Selon les experts, s’appuyer uniquement sur les passeports de vaccination pour permettre aux gens de reprendre certaines activités n’est pas un outil d’atténuation efficace pour réduire la propagation du Covid-19, et peut détourner l’attention nécessaire pour d’autres interventions ou pour le message de la vaccination elle-même.

« Je pense que placer tous nos espoirs et tous nos efforts dans les passeports vaccinaux comme principale solution pour ouvrir les voyages pourrait être la mauvaise stratégie », a déclaré le Dr Sarah Chan, experte en bioéthique à l’Usher Institute de l’Université d’Édimbourg, à l’émission The Nation Speaks de NTD dans une récente interview. « Et si nous mettons trop l’accent sur les passeports en tant que stratégie unique, je pense que nous risquons de créer un faux sentiment de sécurité qui pourrait conduire les gens à augmenter leurs comportements à risque », a-t-elle ajouté.

Mme Chan a ajouté que les passeports vaccinaux risquaient de détourner les ressources et l’attention d’autres « interventions structurelles et sociales importantes pour faire face aux effets plus larges de la pandémie, comme l’éducation, la santé mentale, etc. ».

La pandémie du virus du PCC (virus du Parti communiste chinois) et le ralentissement économique qui en a résulté ont eu des répercussions négatives sur la santé mentale de la population. La Kaiser Family Foundation, une organisation à but non lucratif, indique qu’environ 4 adultes américains sur 10 ont signalé des symptômes de dépression ou d’anxiété, ce qui est « en hausse par rapport à 1 adulte sur 10 ayant signalé ces symptômes de janvier à juin 2019 ».

Les jeunes adultes âgés de 18 à 24 ans sont ceux qui ont été le plus touchés par la perte de santé mentale, 56 % d’entre eux ayant signalé un trouble dépressif et/ou anxieux, et sont plus susceptibles de se tourner vers la toxicomanie (25 % contre 13 % pour tous les adultes) et les pensées suicidaires (26 % contre 11 % pour tous les adultes).

Mme Chan craint également que les passeports vaccinaux n’aggravent les inégalités pour les personnes qui ne peuvent pas se faire vacciner en raison de problèmes de santé préexistants et pour celles qui vivent dans des communautés ou des pays plus pauvres.

« Je pense que c’est une approche qui divise inutilement et qui ne fera qu’accroître l’injustice et l’inégalité dans une société déjà inégale », a déclaré Mme Chan.

Les habitants de certains pays à faible revenu ont déjà moins accès à la vaccination car ils attendent toujours les vaccins. Le passeport vaccinal « aggraverait la situation en imposant des restrictions supplémentaires à leur liberté de déplacements », a déclaré M. Chan.

Gerald Commissiong, PDG de Todos Medical, a indiqué que les passeports vaccinaux constituaient une autre « couche » pour aider à réduire le « risque associé à différentes activités ».

« Les gens qui sont vaccinés, qui se rassemblent, ils représenteront un pool de risque beaucoup plus faible », a dit Gerald Commissiong à NTD.

« En faisant en sorte que les personnes qui ont été vaccinées soient celles qui l’ont[le passeport], vous réduisez simplement le risque de propagation. Et comme le risque est plus faible, il est probable que l’on puisse faire des choses plus risquées en conséquence », a-t-il ajouté.

Les détracteurs du passeport vaccinal craignent qu’il ne crée un système donnant trop de pouvoir au gouvernement et conduisant à terme à la suppression des libertés individuelles, à l’instar du système chinois de crédit social, un système de surveillance extrême qui suit le comportement économique et social de chaque citoyen chinois. Chaque citoyen se voit attribuer un score qui le punit ou le récompense.

Naomi Wolf assiste à la projection de Pump à New York, au Musée d’art moderne de la ville de New York, le 17 septembre 2014. (Robin Marchant/Getty Images)

Le Dr Naomi Wolf, ancienne conseillère de Clinton, a déclaré dans une série de tweets le 28 mars que l’obligation de délivrer des passeports vaccinaux « est la fin absolue de la liberté humaine en Occident ».

« Une fois que vous avez accepté cette plateforme, n’importe quelle fonctionnalité peut y être chargée, désactivant ou activant l’accès à la société, aux biens, aux informations, [et] aux déplacements, en fonction de votre comportement », a tweeté Mme Wolf.

« Comme je le crie depuis un an, il ne s’agit pas du virus [ou même du vaccin], mais des données. Le vaccin est une excuse, un cheval de Troie, pour vous faire accepter une plateforme qui est DÉJÀ une surveillance à 360 degrés, une géolocalisation, qui arrête et active la société », a-t-elle ajouté.

L’ancien vice-président et scientifique en chef de Pfizer, le Dr Micheal Yeadon, a dit à America’s Frontline Doctors que la pression exercée pour vacciner autant de personnes que possible, y compris « les enfants mineurs et éventuellement les bébés », est « un acte diabolique ».

« Je n’ai absolument aucun doute sur le fait que nous soyons en présence de produits maléfiques (une qualification que je n’avais jamais faite auparavant en 40 ans de carrière de chercheur) et dangereux », a déclaré le Dr Yeadon.

Il a affirmé qu’il est « contraire à l’éthique » d’administrer un nouveau vaccin qui n’est à l’essai que depuis plusieurs mois à des personnes en bonne santé « de moins de 60 ans », car les effets à long terme sont encore inconnus.

La Food and Drug Administration a autorisé les vaccins de Moderna et Johnson & Johnson pour les adultes de 18 ans et plus, et celui de Pfizer pour les 16 ans et plus.

Le risque de mortalité lié au Covid-19 est « le plus élevé parmi la [population] la plus âgée », selon le Journal of American Medical Association Network.

Les auteurs ont constaté que « les personnes âgées de 75 à 84 ans et celles de 85 ans ou plus ont un taux de mortalité moyen 200 fois et 630 fois plus élevé, respectivement. Les résidents et le personnel des maisons de retraite et des établissements de soins de longue durée sont très exposés, puisqu’ils ne représentent que 5 % de la population mais 38 % des décès, les personnes vivant dans quelque 28 000 établissements de soins de longue durée ayant fait l’objet de plus de 106 000 décès. Dans 14 États, au moins la moitié des décès ont été liés aux maisons de soins infirmiers ; dans six États, le pourcentage est supérieur à 60 % ; dans trois, il est de 70 % ou plus ».

Les décès dus à des accidents de voiture, à des surdoses de drogues et à des suicides dépassent toujours les décès liés au Covid-19 chez les personnes de moins de 35 ans.

Un membre du personnel du YMCA aide un enfant à suivre des cours en ligne dans un centre d’apprentissage situé à l’intérieur du Crenshaw Family YMCA, alors que les écoles restent fermées à l’enseignement en personne, à Los Angeles, Californie, le 17 février 2021. (Patrick T. Fallon/AFP via Getty Images)

Le « risque relatif de décès lié au Covid-19 est encore plus faible » pour les enfants et les adolescents. Au 3 décembre 2020, « 154 enfants sur plus de 1,4 million diagnostiqués avec le Covid-19 sont morts », selon un rapport conjoint (pdf) de l’Association des hôpitaux pour enfants et de l’Académie américaine de pédiatrie. Quinze des 43 États et la Ville de New York ont déclaré « zéro décès d’enfants ».

Intervention des États face au Passeport vaccinal

Plusieurs États proposent une législation interdisant toute vérification des vaccins, tandis que d’autres adoptent le passeport.

New York est devenu le premier État à lancer son passeport vaccinal, appelé « Excelsior Pass », le 26 mars, exigeant une preuve de vaccination ou un test négatif pour pouvoir assister à des mariages, des événements sportifs ou entrer dans des petites entreprises.

Le gouverneur Andrew Cuomo, un démocrate, a félicité les New-Yorkais d’avoir pu « suivre les conseils de santé publique pour repousser le Covid », ajoutant que le passeport vaccinal est un outil supplémentaire pour permettre à l’économie de « rouvrir en toute sécurité ».

Le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, au Hard Rock Stadium de Miami Gardens, en Floride, le 6 janvier 2021. (Joe Raedle/Getty Images)

Le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, un républicain, a promis le 29 mars qu’il publierait un décret interdisant la preuve de vaccination pour « pouvoir participer à la société normale ».

La sénatrice de l’État du Minnesota Michelle Benson, une républicaine, a présenté le 24 mars un projet de loi qui interdirait les passeports vaccinaux dans l’État.

« Les vaccins devraient être un choix personnel avec une consultation de votre médecin », a écrit Michelle Benson sur sa page Facebook. « Les Minnesotains ne devraient pas être forcés de fournir des documents sur leur état de santé ou leur statut vaccinal. »

Le projet de loi S.F. 1589 (pdf) « précise que personne ne sera tenu de posséder, porter ou afficher un symbole, une carte ou tout autre indicateur indiquant que la personne a reçu un résultat positif ou négatif à un test de dépistage d’une maladie transmissible ou possède des anticorps pour une maladie transmissible ».

Le gouverneur de l’Ohio, Mike DeWine, un républicain, a également déclaré qu’il n’introduirait pas de passeport vaccinal et qu’il n’obligerait pas les habitants de l’Ohio à se faire vacciner contre le Covid-19.

Le représentant de l’État de l’Ohio, Al Cutrona, un républicain, a annoncé qu’il présenterait bientôt un projet de loi visant à interdire les passeports vaccinaux. Il a encouragé les gens à se faire vacciner, mais a déclaré qu’« un vaccin ne devrait pas être mandaté ou exigé » pour que les gens puissent « réintégrer un sentiment de normalité ».

« Nous avons des restrictions sur nos libertés depuis plus d’un an et plus de restrictions ou de mandats ne sont pas la réponse à tous les problèmes liés au Covid-19 », a-t-il ajouté.

L’administration du président Joe Biden a déclaré qu’elle fournissait des instructions aux organisations sur le développement des passeports vaccinaux afin de s’assurer qu’ils répondent aux normes clés.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ