Le petit-fils d’une pratiquante de Falun Gong en Chine empêché de fréquenter son école maternelle

Par Alex Wu
6 octobre 2020
Mis à jour: 6 octobre 2020

Lorsque l’école a commencé pour les élèves de maternelle le 6 septembre, le petit-fils de Mme Tao Lahuai, enseignante à la retraite, était enthousiaste à l’idée de commencer sa première journée dans l’école maternelle Ma City, dans la province du Hubei. Contre toute attente, l’enfant de 4 ans s’est vu interdire l’accès dans cette école maternelle, où Mme Tao avait l’habitude d’enseigner.

Sous la pression du comité politique et juridique du Parti communiste chinois (PCC) local et du Bureau « 610 » local, une organisation spéciale créée par le régime pour persécuter le Falun Gong, le directeur de l’école a interdit au petit-fils de Mme Tao de fréquenter cette école maternelle, invoquant l’excuse que Mme Tao et la mère de l’enfant refusaient de renoncer à leur croyance, selon un rapport du site Minghui.org, basé aux États-Unis, qui relate la persécution du Falun Gong en Chine.

C’est un exemple récent de l’utilisation par le PCC de la tactique du « coupable par association », punissant leurs familles et leurs relations sociales pour persécuter les pratiquants de Falun Gong et les pousser à abandonner leur croyance spirituelle, selon le rapport.

Mme Tao Lahuai, 70 ans, a enseigné à l’école maternelle Ma City pendant 33 ans et est à la retraite depuis 15 ans.

Le Falun Gong a été persécuté par le PCC au cours des 21 dernières années, et Mme Tao a été kidnappée et détenue illégalement par les autorités à de nombreuses reprises, a rapporté le site Minghui. Elle a également été emprisonnée à deux reprises dans un « centre d’éducation juridique » provincial, communément appelé centre de lavage de cerveau, pendant plus de 60 jours.

Le site Minghui a révélé que sous l’influence de la propagande officielle de haine contre le Falun Gong, le directeur et les enseignants de l’école maternelle Ma City ont subi des pressions de la part des autorités pour participer à la persécution illégale de Mme Tao et de sa famille. Même son jeune petit-fils a été traité injustement.

Harcelée et contrainte par la police et les administrateurs scolaires

De la mi-mai à la fin mai, Mme Tao Lahuai a été harcelée à plusieurs reprises par la police du district, le directeur et le directeur adjoint de l’école maternelle, le directeur du syndicat, le directeur de la gestion globale et d’autres responsables du PCC, selon le rapport. Ils sont allés chez elle et ont essayé de la contraindre à signer un document, soit une garantie de ne plus pratiquer le Falun Gong et de ne plus parler de la persécution à d’autres personnes. Mais elle a refusé de coopérer. Leur harcèlement répété a causé un grand préjudice à Mme Tao ainsi qu’à sa famille.

Lors d’un incident, Mme Tao et sa belle-fille ont refusé d’ouvrir la porte lorsque les autorités se sont présentées à leur porte. Elles ont discuté avec la police et les autorités locales depuis leur balcon au deuxième étage, en déclarant : « Nous cultivons l’Authenticité, la Bienveillance et la Tolérance, et nous sommes des gens bien. Nous n’avons pas enfreint la loi. Signer quoi et garantir quoi ? » Jin Sufang, le directeur adjoint de l’école maternelle, leur a crié : « Si vous ne signez pas, tous les enseignants de l’école maternelle n’auront pas de primes. » Impliquer les autres est une tactique typique utilisée par le PCC pour faire pression et persécuter des personnes.

Le site Minghui a rapporté que la police a essayé de défoncer la porte et les a menacés en disant : « Vous n’allez pas l’ouvrir ? Nous vous attraperons un par un dès que vous sortirez ! » Un officier de police a pris son téléphone portable pour filmer Mme Tao et sa belle-fille.

La belle-fille a également sorti son téléphone portable pour prendre en images le groupe de policiers qui tentaient d’entrer par effraction et qui leur criaient dessus. Les voisins sont sortis en grand nombre pour regarder, condamnant l’action illégale de la police. Mme Tao et sa famille n’ont pas pu quitter leur maison pendant un certain temps après l’incident, selon le rapport.

L’école a à plusieurs reprises forcé Mme Tao à signer les « documents de garantie » pour renoncer au Falun Gong. Les responsables de l’école maternelle ont communiqué avec les employés, en particulier les enseignants retraités, pour tenter d’alimenter l’animosité et de faire pression sur Mme Tao, en leur disant que si elle ne signait pas les « documents de garantie », tout le personnel de l’école maternelle perdrait sa prime.

Suspension de l’inscription de l’enfant et aucun remboursement des frais de scolarité

Selon le rapport, à la fin du mois d’août, l’école maternelle Ma City a demandé aux nouveaux élèves de s’inscrire. L’appartement de Mme Tao se trouve à 100 mètres de l’école, et son petit-fils de 4 ans a rempli toutes les conditions d’admission à l’école maternelle. Le fils de Mme Tao a fait la queue pendant deux jours et deux nuits pour s’inscrire, et a finalement reçu la confirmation de l’admission du petit garçon. Ils ont payé d’avance tous les frais de scolarité et les droits d’inscription. Plus tard, ils ont reçu un avis de l’école maternelle sur WeChat les informant que l’enfant serait placé en classe de petite section.

Le 6 septembre, premier jour d’école, le fils et la belle-fille de Mme Tao ont amené l’enfant à l’école. Mais il a été refusé par le professeur principal de la classe de petite section, qui a déclaré : « Votre enfant n’est pas dans notre classe, son nom ne figure pas sur notre liste. » Le professeur principal leur a alors conseillé de « parler au directeur et au directeur adjoint de l’école maternelle, qui sont les responsables », selon le site Minghui.

La mère du garçon s’est rendue au bureau et a parlé avec le directeur, Yu Li, qui lui a dit que son fils ne pourrait entrer à l’école maternelle que si elle et sa belle-mère Mme Tao signaient la déclaration de garantie pour renoncer à la pratique du Falun Gong et « ne pas répandre de rumeurs à caractère religieux », selon le rapport.

Elle a répondu au directeur : « Nous cultivons ‘Authenticité, Bienveillance, Tolérance’ et la liberté de croyance. Qu’est-ce que cela a à voir avec l’entrée de notre enfant à l’école maternelle ? » Elle a refusé de se soumettre et a déclaré au directeur qu’elle poursuivrait l’école maternelle en justice. Puis le directeur a répondu : « Ce n’est pas que nous refusions d’accepter votre enfant, c’est que son inscription est suspendue. »

Cela fait un mois, et l’école n’a toujours pas demandé au petit-fils de Mme Tao de se rendre dans sa classe, et les frais de scolarité et les droits d’inscription qui ont été payés n’ont pas été remboursés.

Le site Minghui a fait remarquer que dans une société civilisée moderne, punir « tout un clan » pour les actions d’une seule personne est une violation des droits de l’homme. Si une personne est prise pour cible par les autorités, alors les autres personnes autour de cette personne pourraient également être impliquées et punies. Le réseau des « coupables par association » s’étend précisément au lieu de travail, à l’école, à la famille, aux voisins, aux camarades de classe, aux parents et aux amis de la victime. Ce système a créé une situation terrifiante en Chine, dans laquelle tout le monde peut être impliqué.

FOCUS SUR LA CHINE – Le porte-parole chinois sous le feu des critiques

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ