Le plus grand oiseau de proie du Royaume-Uni revient dans le ciel anglais pour la première fois depuis plus de 200 ans

Par Lori C. Summers
9 mai 2020
Mis à jour: 9 mai 2020

Le pygargue à queue blanche, qui est le plus grand oiseau de proie en Grande-Bretagne, est de retour dans le ciel du Royaume-Uni après avoir été vu récemment pour la première fois en 240 ans.

Le pygargue à queue blanche, également appelé grand aigle de mer, a une envergure exceptionnelle de 2,5 mètres. Malheureusement, il a complètement disparu du ciel anglais depuis sa dernière observation sur l’île de Wight en 1780. Au cours du XXe siècle, ces oiseaux ont disparu à la suite de leur abattage illégal. Selon le journal The Independent, la dernière observation connue remonte à 1918, lorsqu’un dernier pygargue a été abattu en Écosse.

(Cirstea Emil/Shutterstock)

Cependant, après que cet oiseau a disparu pendant plus de deux siècles, à l’été 2019, Forestry England et la Roy Dennis Wildlife Foundation ont lancé un projet visant à réintroduire ces oiseaux dans le ciel anglais. Ils ont relâché six jeunes pygargues à queue blanche sur l’île de Wight. Ce projet de cinq ans vise à repeupler le ciel du sud de l’Europe avec cette espèce autrefois disparue.

Pour Roy Dennis, qui a fondé la fondation qui porte son nom, la réintroduction du pygargue à queue blanche fait partie de l’œuvre de sa vie et c’est quelque chose dont il est incroyablement fier. « J’ai passé une grande partie de ma vie à travailler à la réintroduction de ces oiseaux étonnants, les voir s’envoler dans le ciel de l’île de Wight a donc été un moment vraiment spécial », a-t-il confié à The Independent.

Un jeune pygargue à queue blanche est assis par terre pour être bagué et mesuré sur un site de nidification éloigné sur l’île de Mull en Écosse. (Dan Kitwood/Getty Images)

Selon le Mirror, quatre jeunes oiseaux sont actuellement suivis par GPS. Les chercheurs ont constaté que ces oiseaux avaient tendance à ne pas se déplacer beaucoup pendant l’hiver. Cependant, dès que le temps s’est amélioré, deux de ces oiseaux sont sortis de leur nid et sont allés dans les régions du Norfolk, du Somerset et du Kent. De plus, deux oiseaux courageux, G318 et G393, se sont envolés jusqu’au Yorkshire pour se percher.

Selon des recherches menées aux Pays-Bas, les pygargues à queue blanche semblent également préférer vivre dans des régions plus densément peuplées.

Un pygargue à queue blanche, également appelé aigle de mer, vient attraper un poisson jeté par-dessus bord d’un bateau d’observation de la vie sauvage sur l’île de Mull, en Écosse. (Dan Kitwood/Getty Images)

Quant à leur régime alimentaire et à leurs préférences en matière de chasse, ce sont des oiseaux de proie. Le pygargue à queue blanche préfère les poissons lorsqu’il fait chaud et cible les oiseaux aquatiques pendant les mois plus froids. Cependant, il peut aussi manger des lapins sauvages et des lièvres.

Depuis sa création en 1995, la Fondation Roy Dennis se concentre sur « les projets de réintroduction d’espèces et la restauration des écosystèmes naturels ». L’organisation invite maintenant le public à leur signaler toute observation de ces oiseaux majestueux, qui ont une queue à arêtes noires, un bec crochu jaune, des yeux dorés, des pattes jaunes et des serres.

Le site web de la Fondation Roy Dennis propose même un formulaire spécial que les gens peuvent remplir chaque fois qu’ils voient des oiseaux à queue blanche. « Votre dossier nous aidera à dresser un tableau du nombre d’oiseaux présents actuellement et ces informations seront disponibles en ligne », ont-ils écrit.

Helen McSweeney Atkins, membre de l’équipe ornithologique, apporte un aigle de mer à queue blanche sur la pelouse de l’ICBP (International Centre for Birds of Prey) à Newent, en Angleterre. (Dan Kitwood/Getty Images)

Réintroduire des oiseaux aussi impressionnants dans le ciel anglais après deux siècles et demi d’absence est en effet une grande réussite. « Nous sommes extrêmement fiers que les forêts que nous gérons sur l’île de Wight et la côte sud environnante abritent désormais ces oiseaux incroyablement rares qui reviennent sur les côtes anglaises », a dit Bruce Rothnie de Forestry England à The Independent.

Selon le Mirror, certains agriculteurs craignent que les aigles n’attaquent leurs agneaux.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ