Le plus haut responsable de la sécurité pour la Russie et l’Europe affirme qu’il n’y a rien d’anormal dans l’appel Trump-Zelensky

Par Jack Phillips
18 novembre 2019 Mis à jour: 19 novembre 2019

Tim Morrison, ancien conseiller principal du président en matière de sécurité nationale (NSC), a déclaré le mois dernier qu’il croyait que rien d’inhabituel ne s’était produit lors de l’appel téléphonique du 25 juillet entre le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le président Donald Trump, selon une transcription publiée ce week-end, et a ajouté que Gordon Sondland, ambassadeur américain de l’Union européenne, a participé à une initiative visant à encourager l’Ukraine à ouvrir une enquête sur Joe Biden.

Tim Morrison était incertain de la participation de Donald Trump dans les actions de M. Sondland. « Je ne suis toujours pas tout à fait certain que cela venait du président », a déclaré T. Morrison aux démocrates de la Chambre. « Je ne reçois l’information que de l’ambassadeur Sondland. »

Lors d’une déposition à huis clos dans le cadre de l’enquête sur la destitution de la Chambre, il a été demandé à M. Morrison : « À votre avis, aucun abus ne s’est produit pendant l’appel ? »

« Exact », répondit-il alors qu’il témoignait sous serment.

Tim Morrison, le plus haut responsable américain au Conseil national de sécurité pour la Russie et l’Europe, a été promu à son poste après la démission de Fiona Hill le 19 juillet et a écouté l’appel téléphonique du 25 juillet.

Plus loin, il a précisé que le mot « Burisma » n’avait jamais été prononcé lors de l’appel téléphonique, faisant référence au géant ukrainien de l’énergie Burisma Holdings. Le fils de l’ancien vice-président Joe Biden, Hunter, siégeait au conseil d’administration de Burisma lorsque son père était en fonction.

L’année dernière, Joe Biden s’est vanté qu’en 2016, il avait menacé de retenir 1 milliard de dollars en garanties de prêts à l’Ukraine si le président de l’époque, Petro Poroshenko, ne licenciait pas le principal procureur anti-corruption du pays, Victor Shokin, qui, à l’époque, menait une enquête sur Burisma.

Lors de l’appel téléphonique, le président Trump a demandé à son homologue d’examiner les soumissions et d’autres questions liées à l’ingérence électorale de 2016. Les législateurs démocratiques ont alors prétendu que le président Trump avait abusé de son pouvoir en retenant des centaines de millions de dollars d’aide militaire à l’Ukraine en échange d’enquêtes sur les Biden, qui est un candidat à la présidence en 2020.

Tim Morrison a déclaré que même si l’aide n’a pas été accordée, il pensait que c’était à cause du scepticisme de Trump à l’égard de l’aide étrangère en général.

Selon son témoignage, D. Trump a une « antipathie générale à l’égard de l’aide étrangère » et craignait que les Ukrainiens ne paient pas leur juste part, ainsi que le fait que notre aide serait mal utilisée parce que l’Ukraine a un important problème de corruption.

Il a été demandé à Tim Morrison plus de détails sur l’appel téléphonique. « Vous étiez au téléphone. Vous souvenez-vous si le nom de Burisma est apparu lors de l’appel ? »

« Non, je ne crois pas », a-t-il répondu.

La réponse est significative, comme l’a déclaré un jeune officier de la NSC, le lieutenant-colonel Alexander Vindman, au Comité du renseignement de la Chambre des communes, c’est le président Zelensky qui a évoqué le mot « Burisma ». Toutefois, Tim Morrison a déclaré qu’il a le « pouvoir de compensation finale » sur la transcription de l’appel du 25 juillet.

« Vous souvenez-vous si quelqu’un a suggéré d’ajouter le mot Burisma [au mémorandum de conversation] ? » a-t-on demandé à Tim Morrison. « Non », répondit-il.

Alexander Vindman a ensuite témoigné qu’il a suggéré d’ajouter le mot « Burisma ».

Et lorsqu’on lui a posé des questions sur les suggestions de M. Vindman, M. Morrison a déclaré qu’il les approuvait toutes.

Au centre, le lieutenant-colonel Alexander Vindman, directeur des affaires européennes au Conseil national de sécurité, arrive au Capitole des États-Unis à Washington le 29 octobre 2019. (Photo par Mark Wilson/Getty Images)

Cependant, « si je m’en étais souvenu ou si j’en avais fait mention dans mes notes, oui, j’aurais accepté l’édition », a-t-il finalement répondu à propos du mot « Burisma ».

Jugement ?

Par la suite, Tim Morrison a déclaré au Comité du renseignement qu’il remettait en question le jugement de M. Vindman et ne lui a pas donné d’autres détails. D’autres responsables du NSC ont partagé les préoccupations de M. Morrison.

« J’avais des doutes sur le jugement du lieutenant-colonel Alexander Vindman. Parmi les discussions que j’ai eues avec le Dr Hill au cours de la période de transition, il y avait notre équipe, mon équipe, ses forces et ses faiblesses. Et Fiona et d’autres avaient soulevé des inquiétudes au sujet du jugement d’Alexander », a déclaré M. Morrison.

Interrogé davantage, il a répondu : « Je craignais qu’il n’ait pas fait preuve d’un jugement approprié sur ce qu’il devrait dire des personnes impliquées. »

M. Morrison a également déclaré que d’autres responsables de la NSC craignaient que M. Vindman ne divulgue des informations à la presse.

« Oui », a-t-il répondu lorsqu’on lui a demandé si quelqu’un lui avait fait part de ses inquiétudes au sujet des prétendues fuites de M. Vindman. « On m’a fait remarquer que certains de mes employés craignaient cela [qu’il ait accès à des choses qu’il n’était pas censé approcher]. »

M. Morrison a également témoigné qu’il s’est adressé à l’avocat de la NSC, John Eisenberg, au sujet de la crainte que l’appel du 25 juillet ne fasse l’objet d’une fuite dans les médias.

« Je m’inquiétais de la façon dont le contenu serait utilisé dans le processus politique de Washington. J’étais préoccupé par la façon dont il pourrait être utilisé », a-t-il fait remarquer. « Je ne comprenais pas nécessairement parfaitement comment tout le monde pouvait l’utiliser, mais je craignais que cela ne finisse par politiser l’Ukraine. Je craignais que cela ne coûte de l’argent aux deux partis. Et je m’inquiétais de la façon dont les Ukrainiens l’intérioriseraient. »

RECOMMANDÉ