Le premier patient atteint du coronavirus n’avait aucun lien avec le marché des fruits de mer de Wuhan

Par Cathy He
19 février 2020
Mis à jour: 19 février 2020

Le premier patient atteint de coronavirus (COVID-19) en Chine n’a pas été en contact avec un marché d’animaux sauvages et de fruits de mer dans la ville de Wuhan où l’épidémie a commencé, a rapporté la BBC le 18 février.

L’homme non identifié, connu sous le nom de « patient zéro », était un retraité d’une soixantaine d’années, alité à la suite d’une attaque et souffrant de démence. Il est tombé malade le 1er décembre 2019, soit une semaine plus tôt que ce qui a été rapporté par les autorités sanitaires de Wuhan, qui ont déclaré que le premier patient était apparu le 8 décembre.

Cette révélation est conforme à une étude publiée le 24 janvier dans The Lancet, qui analyse les 41 premiers cas de patients atteints de coronavirus qui sont tombés malades entre le 1er décembre 2019 et le 2 janvier 2020.

« Il vivait à quatre ou cinq arrêts [des stations de transport public] du marché des fruits de mer », a déclaré Wu Wenjuan, co-auteur de l’étude du Lancet.

« Et parce qu’il était malade, il n’est pas allé à l’extérieur », a-t-elle déclaré à la BBC. Prof. Wu est également directrice de l’unité de soins intensifs de l’hôpital Jinyintan de Wuhan.

La source de la nouvelle épidémie de coronavirus, qui a pris naissance dans la ville de Wuhan, en Chine centrale, est encore inconnue. Les autorités sanitaires chinoises ont soupçonné le marché de Huanan d’être la source de la maladie, affirmant que « la plupart » des premiers patients étaient liés au marché.

Prof. Wu était présente lorsque le patient a été admis à l’hôpital le 29 décembre. Auparavant, l’homme s’était présenté dans un autre hôpital de Wuhan et avait été transféré plus tard à l’hôpital Jinyintan lorsque son état s’était détérioré.

« La date d’apparition des symptômes du premier patient identifié était le 1er décembre 2019. Aucun des membres de sa famille n’a développé de fièvre ou de symptômes respiratoires », selon l’étude de The Lancet.

Des hommes chinois portant chacun un masque de protection alors qu’ils jouent au mahjong dans un parc à Pékin, en Chine, le 31 janvier 2020. (Kevin Frayer/Getty Images)

Le document, rédigé par un groupe de chercheurs chinois, a révélé que 14 des 41 patients n’avaient aucun lien avec le marché des fruits de mer.

Lorsque la BBC lui a demandé si le fait que le premier patient n’avait pas été au marché suggérait qu’il y avait une autre source du virus, Prof. Wu a répondu : « Ce que vous avez demandé est exactement la direction des prochaines étapes de notre recherche. »

Daniel Lucey, spécialiste des maladies infectieuses à l’université de Georgetown, a déclaré précédemment au magazine Science que d’après les résultats de l’étude de The Lancet, les premières infections humaines ont dû avoir lieu en novembre à Wuhan – en raison de la période d’incubation avant l’apparition des symptômes.

Il a ajouté qu’il était donc possible que le virus se soit propagé entre les habitants de Wuhan – ou même d’ailleurs – avant le groupe de cas provenant du marché en décembre.

« Le virus est arrivé sur ce marché avant d’en sortir », a déclaré M. Lucey à Science.

RECOMMANDÉ