Le premier représentant de la Chine à Macao nous a quittés après être tombé de son immeuble

22 octobre 2018 Mis à jour: 22 octobre 2018

Le principal représentant de la Chine à Macao est décédé tard le 20 octobre après être tombé de son immeuble, a déclaré le régime chinois le 21 octobre.

En tant que chef du bureau de liaison de la Chine à Macao, Zheng Xiaosong a occupé un poste qui a longtemps été associé à la réalisation de campagnes de subversion dans l’ancienne colonie portugaise.

M. Zheng souffrait de dépression, a déclaré le Bureau de Hong Kong et de Macao au sein du Conseil d’État chinois, dans une déclaration, ajoutant que des représentants du gouvernement de Beijing se sont rendus à Macao pour présenter leurs condoléances. La déclaration ne précisait pas davantage les circonstances de sa mort.

Zheng Xiaosong, 59 ans, a été nommé au poste de Macao en septembre 2017 et est membre du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), un organe composé de plus de 200 membres de l’élite du Parti. Il était auparavant vice-gouverneur de la province côtière du sud-est du Fujian.

Le bureau de liaison de Macao sert de pont entre le gouvernement local et Pékin. Mais le gouvernement de la Chine continentale est devenu de plus en plus influent dans les affaires locales.

Comme à Hong Kong, Macao fonctionne selon la politique « un pays, deux systèmes » et est dirigée par un chef de l’exécutif, qui est choisi à l’issue d’une élection mais doit obtenir l’approbation de Pékin pour prendre officiellement ses fonctions.

Le chef de l’exécutif de Macao, Fernando Chui, a déclaré dans une déclaration qu’il était « bouleversé » de la mort de M. Zheng et a exprimé ses condoléances. La directrice générale de Hong Kong, Carrie Lam, a également publié une déclaration exprimant sa « profonde tristesse » pour la mort de M. Zheng.

Histoire des bureaux de liaison à Hong Kong et Macao

Le bureau de liaison avec Macao, tout comme son équivalent à Hong Kong, a une longue histoire d’influence sur les affaires locales pour mener à bien le programme du PCC.

En 1949, le Comité central du PCC a créé le Comité de travail de Hong Kong, qui a ensuite été rebaptisé Comité de travail de Hong Kong et Macao (HKMWC), afin de superviser les travaux du PCC dans les deux territoires.

Selon le livre Political Development in Hong Kong : State, Political Society, and Civil Society (Développement politique à Hong Kong : l’État, la société politique et la société civile) du politologue hongkongais Ngok Ma, le HKMWC a commandé et contrôlé un réseau d’organisations « de gauche » à Hong Kong et Macao, comprenant des entités commerciales telles que des banques et agences touristiques, des organisations culturelles telles que des éditeurs et journaux, des organisations de masse telles que des organisations pour jeunes et femmes.

Le HKMWC était directement sous la supervision du Groupe central de coordination du PCC pour les affaires de Hong Kong et de Macao, la plus haute instance de fait pour décider de la politique de Pékin à l’égard des deux territoires. De son côté, le Groupe central de coordination relève du Politburo, un organe de 25 membres de la haute direction du Parti.

En janvier 2000, la succursale de Hong Kong et la succursale de Macao ont été renommées respectivement pour devenir les bureaux de liaison des deux territoires – les bureaux de liaison ont donc également accueilli le HKMWC. Les bureaux de liaison des deux villes supervisent maintenant le réseau d’organisations « de gauche », selon un article universitaire publié en 2014 par Brian C.H. Fong, chercheur à Hong Kong, dans The China Quarterly.

Le Groupe central de coordination entretient depuis longtemps des liens étroits avec l’ancien dirigeant du Parti, Jiang Zemin. Lui et son cercle d’alliés font partie d’une faction politique opposée au leadership actuel sous Xi Jinping.

En 2003, Zeng Qinghong, alors vice-président du PCC, a été nommé président du Groupe central de coordination. M. Zeng était largement connu comme un allié clé et un maître d’œuvre politique pour Jiang Zemin.

En 2012, Zhang Dejiang, ancien président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale, de l’Assemblée législative chinoise et d’un autre allié clé de Jiang, a pris la tête du Groupe central de coordination.

Mais après l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping à la fin de 2012, ce dernier a entamé une purge à l’échelle du parti des responsables de la faction Jiang et a commencé à réduire l’influence de la faction sur Hong Kong et Macao.

Actuellement, Han Zheng, l’un des vice-premiers ministres chinois, occupe ce poste. Bien qu’il ait fait de sa carrière politique à Shanghai un bastion de la faction de Jiang, M. Han a établi de bonnes relations avec Xi Jinping alors que ce dernier était chef du Parti à Shanghai.

Reuters a contribué à ce rapport.

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Pourquoi le 20e siècle a-t-il été le siècle le plus meurtrier de notre humanité ?

RECOMMANDÉ