Le président américain Trump affirme qu’il a «fait plus pour la communauté afro-américaine que tout autre président» depuis Lincoln

Par Tom Ozimek
15 juin 2020
Mis à jour: 15 juin 2020

Le président américain Donald Trump a déclaré à Fox News dans une interview diffusée vendredi qu’il pense avoir « fait plus pour la communauté noire que tout autre président », à part Abraham Lincoln.

M. Trump a fait ces remarques en s’adressant à Harris Faulkner de Fox News lors d’une interview jeudi, au cours de laquelle le président a vanté les réalisations de son administration en faveur des communautés d’origine africaine, principalement dans les domaines de l’économie et de la réforme de la justice pénale.

« La réforme de la justice pénale – personne d’autre n’aurait pu le faire. Je l’ai fait », a déclaré M. Trump, ajoutant qu’il n’avait pas « obtenu beaucoup de notoriété dans le fait que les gens pour qui [il l’a] fait vont ensuite à la télévision et remercient tout le monde sauf moi, et ils avaient besoin de moi pour le faire ».

M. Trump faisait probablement référence au First Step Act, un projet de loi bipartisan de réforme de la justice pénale (pdf) qu’il a signé en 2018, qui réduit les peines de certains délinquants et étend les programmes pour les prisonniers tels que la formation professionnelle. Le projet de loi a également modifié certaines lois sur la détermination des peines, comme la réduction de la peine de la « troisième faute » pour les crimes liés à la drogue, qui passe de la perpétuité à 25 ans derrière les barreaux.

Le président s’est également félicité de l’aide apportée aux universités et collèges historiquement africains (HBCU), sous-financés, en déclarant : « Je les ai financés sur le long terme. »

« Je me suis occupé d’eux », a déclaré M. Trump à propos des responsables de l’éducation de l’HBCU, qui, selon le président, lui ont dit qu’ils devaient demander, année après année, pour un financement plus important.

« Je leur ai obtenu de l’argent à long terme, plus qu’ils n’en avaient, beaucoup plus qu’ils n’en avaient, et je l’ai obtenu de façon permanente », a déclaré M. Trump.

Le président Donald Trump (à gauche) se tourne vers Terrence Williams alors qu’il s’exprime lors du sommet des jeunes leaders noirs à la Maison-Blanche à Washington le 4 octobre 2019. (Andrew Caballero-Reynolds/AFP via Getty Images)

La création de zones d’opportunité est une autre chose que M. Trump a vantée, en disant : « Cela affecte énormément l’emploi dans des zones qui sont absolument mortes ou mourantes. »

Dans le cadre de la loi de 2017 sur les réductions d’impôts et l’emploi, les zones d’opportunité visaient à apporter des fonds d’investissement à certaines des communautés les plus en difficulté du pays en encourageant les investissements de capitaux privés dans des projets qui revitalisent ces communautés.

Mais les programmes de zones d’opportunité ont rencontré des obstacles, selon Sonnie Johnson, qui a participé mercredi à une table ronde à la Maison-Blanche entre les dirigeants afro-américains et M. Trump.

Sonnie Johnson a déclaré que lorsque les fonds des zones d’opportunité sont alloués au niveau local, ils se heurtent à des obstacles.

« Donc pour que nous, les Afro-Américains, puissions réellement accéder aux zones d’opportunités, je dois aller parler aux démocrates. Et je dois être prête à faire ce qu’ils veulent faire dans le cadre de leur programme, de la manière dont ils veulent que cela soit fait, pour que je puisse avoir accès au Fonds d’opportunités – Fonds des zones d’opportunités », a déclaré Mme Johnson.

« Au lieu d’amener les jeunes Afro-Américains à investir et à devenir des entrepreneurs et des propriétaires, vous obtenez l’embourgeoisement, parce que des forces extérieures ayant plus d’argent et des liens avec ces démocrates sont capables de venir et d’obtenir cet argent beaucoup plus rapidement que les Afro-Américains, même s’il était en fait censé aider ces derniers », a-t-elle ajouté.

Lors de la table ronde, Kareem Lanier, co-président de la coalition pour la revitalisation urbaine, a qualifié le bilan de M. Trump de « rien de moins qu’historique pour l’Amérique noire », et a énuméré un certain nombre de points, dont l’annulation de la loi sur la criminalité de 1994.

« Nous nous faisions enfermer à un rythme sans précédent », a déclaré M. Lanier. « Vous avez défait la loi sur la criminalité de 1994, et nous vous en sommes éternellement reconnaissants. »

M. Trump a récemment pris pour cible le bilan de l’ancien vice-président Joe Biden en matière de politique criminelle, qualifiant son soutien au projet de loi sur la criminalité de 1994 d’échec lamentable.

« Le projet de loi dormant sur la criminalité de 1994 de Joe Biden a été un désastre total. C’était une incarcération massive pour les Afro-Américains, dont beaucoup sont innocents », a tweeté le président. « J’ai fait une réforme de la justice pénale, ce qu’Obama et Biden n’ont même pas essayé de faire – et n’auraient pas pu le faire même s’ils auraient essayé. M. Biden ne pourra jamais réussir à s’esquiver face à son projet de loi sur le crime ! »

Les remarques de M. Trump à Harris Faulkner font suite à d’autres déclarations similaires vantant les réalisations de son administration.

« Mon administration a fait plus pour la communauté afro-américaine que tout autre président depuis Abraham Lincoln. Elle a fait passer les zones d’opportunité avec @SenatorTimScott, a garanti le financement des HBCU, le choix de l’école, a fait passer la réforme de la justice pénale et a obtenu les taux de chômage, de pauvreté et de criminalité les plus bas de l’histoire pour la communauté afro-américaine », a écrit M. Trump dans un tweet le 2 juin.

« ET LE MEILLEUR EST ENCORE À VENIR ! » a ajouté M. Trump.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ