Le président de la commission électorale fédérale des États-Unis déclare : si Sidney Powell affirme qu’il y a eu une fraude électorale généralisée, « je la crois »

Par Tom Ozimek
17 novembre 2020
Mis à jour: 18 novembre 2020

Trey Trainor, chef de la Commission électorale fédérale (FEC), a déclaré dans un tweet mardi qu’il croyait l’affirmation de l’avocate de la campagne Trump, Sidney Powell, selon laquelle la fraude électorale avait eu lieu de façon généralisée.

Me Powell, un ancien procureur fédéral, a récemment affirmé que l’équipe juridique du président avait obtenu un déluge de preuves concernant des fraudes électorales et d’autres irrégularités. Elle a déclaré à Fox Business qu’elle avait suffisamment de preuves pour lancer une enquête criminelle à grande échelle. « Nous nous préparons à renverser les résultats des élections dans plusieurs États », a-t-elle annoncé.

Bien qu’elle ait refusé de préciser les preuves qu’elle pourrait avoir en sa possession, elle a insisté : « Je n’affirmerais rien sans en avoir les preuves. »

Dans son tweet, M. Trainor a qualifié Me Powell de « franche et honnête dans tous les cas qu’elle a pris en charge », ajoutant que « si elle dit qu’il y a eu fraude électorale généralisée dans l’Election2020, je la crois ».

Pendant ce temps, le conseiller de campagne de Trump, Corey Lewandowski, a déclaré au podcast « The Water Cooler » que lui aussi croyait à l’affirmation de Me Powell lorsqu’elle dit avoir des preuves de fraude électorale systémique.

M. Lewandowski, s’adressant à l’animateur du podcast David Brody, a qualifié Me Powell d’« avocate professionnelle acharnée » et a déclaré que « si elle dit avoir ces preuves, je n’ai aucune raison de douter d’elle ».

« Il sera temps de commencer à présenter cet ensemble de preuves et de le présenter à un tribunal », a-t-il ajouté.

La revendication de Me Powell est centrée sur l’idée que le logiciel d’élection a fait passer « des millions de votes » du président Donald Trump au candidat démocrate à la présidence Joe Biden. Elle a indiqué qu’un dénonciateur s’est présenté, alléguant que le logiciel de vote a été conçu pour « truquer les élections ».

« Il a vu cela se produire dans d’autres pays », a-t-elle dit, faisant apparemment référence au matériel et aux logiciels électoraux de Dominion Voting Systems et de Smartmatic, ou peut-être d’autres logiciels et appareils de vote électronique.

« Ils peuvent mettre une clé USB dans la machine, ils peuvent y télécharger des logiciels même depuis Internet […] même depuis l’Allemagne ou le Venezuela », a déclaré Me Powell, ajoutant que les opérations « peuvent observer les votes en temps réel » et « peuvent déplacer les votes en temps réel », ou que de prétendus mauvais acteurs peuvent « accéder à distance à n’importe quoi. »

« Nous avons identifié mathématiquement l’algorithme exact qu’ils ont utilisé et qu’ils avaient prévu d’utiliser depuis le début » qui aurait fait basculer les votes vers Biden, a déclaré Me Powell.

Sidney Powell, auteur du best-seller « Licensed to Lie » et avocate principale dans plus de 500 appels dans le cinquième circuit, à Washington le 30 mai 2019. (Samira Bouaou/The Epoch Times)

Dominion Voting Systems a nié à plusieurs reprises aux médias que ses logiciels et dispositifs ne sont pas sécurisés ou qu’ils ont été utilisés pour changer de vote.

« Dominion Voting Systems nie catégoriquement les fausses affirmations concernant les problèmes de commutation de vote avec nos systèmes de vote », a déclaré la société dans une déclaration. « Les assertions de suppression/commutation de vote sont complètement fausses. »

« Il n’existe aucun rapport crédible ou preuve de problèmes de logiciel », a déclaré la société, ajoutant : « Des erreurs humaines liées à la communication des résultats comptabilisés se sont produites dans quelques comtés, y compris certains utilisant l’équipement de Dominion, mais des mesures procédurales appropriées ont été prises par le comté pour remédier à ces erreurs avant le processus de prospection. »

Une coalition nationale qui comprend l’Agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (CISA) du ministère de la Sécurité intérieure et l’Association nationale des directeurs d’élection des États a déclaré qu’il y a un manque de preuves à l’appui de l’affirmation selon laquelle le logiciel de vote a supprimé ou changé des votes lors de l’élection.

« Il n’y a aucune preuve qu’un système de vote ait supprimé ou perdu des votes, changé des votes ou ait été compromis de quelque manière que ce soit », a déclaré une déclaration commune de la coalition, qui a qualifié l’élection de 2020 de « la plus sûre de l’histoire américaine ».

Dominion Voting Systems est membre du Conseil de coordination du secteur de l’infrastructure électorale de la CISA, l’une des deux entités qui ont rédigé la déclaration publiée par la CISA.

Dans un précédent discours à Newsmax, M. Trainor a déclaré qu’il pensait que les endroits où les observateurs n’avaient pas un « accès significatif » pour observer le dépouillement des votes pouvaient être impliqués dans une fraude électorale.

« Je pense qu’il y a fraude électorale dans ces endroits », a déclaré M. Trainor. « Sinon, ils permettraient aux observateurs d’y entrer ».

Le fonctionnaire a fait référence à un cas en Pennsylvanie, où un tribunal a ordonné à la campagne Trump de ne permettre aux observateurs de surveiller les élections qu’à une distance de deux mètres, mais l’ordre a été défié.

« Ils n’ont pas eu droit à cet accès significatif », a déclaré M. Trainor, ajoutant que si la loi a été violée à cet égard, l’élection était « illégitime ».

NOUVEL HORIZON – Prélèvement obligatoire d’ADN et de sang


Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ