Le président Donald Trump dit que le film montrant des élites tuant des «déplorables» a été fait «pour enflammer et provoquer le chaos»

Par Zachary Stieber
11 août 2019 Mis à jour: 11 août 2019

Le président Donald Trump a déclaré que le film prévu pour septembre montrant des soi-disant « déplorables » chassés par l’élite anti-Trump souligne le racisme d’Hollywood.

« Le Hollywood libéral est raciste au plus haut point, et avec beaucoup de colère et de haine ! Ils aiment s’appeler l’ ‘élite’, mais ils ne sont pas l’élite. En fait, ce sont souvent les gens auxquels ils s’opposent si fortement qui sont en fait l’élite », a-t-il écrit sur Twitter le 9 août.

« Le film qui sort est fait pour enflammer et provoquer le chaos. Ils créent leur propre violence, puis essaient de blâmer les autres. Ce sont les vrais racistes, et ils sont très mauvais pour notre pays ! »

Le film, The Hunt montre 12 étrangers se réveillant dans une clairière sans savoir comment ils y sont arrivés, où ils se trouvent ou pourquoi ils y sont, selon la description officielle du film.

« Dans l’ombre d’une sombre théorie de conspiration sur Internet, un groupe d’élites se réunit pour la toute première fois dans un manoir isolé pour chasser les humains à des fins sportives. Mais le plan directeur des élites est sur le point de dérailler parce que l’une des chasseuses, Crystal (Betty Gilpin, ‘GLOW’), connaît mieux qu’eux le jeu des chasseurs. Elle retourne les tables contre les tueurs, les abattant un par un, alors qu’elle se dirige vers la femme mystérieuse (Hilary Swank, double lauréate d’un Oscar®) au centre de l’histoire », dit la description.

Bien que le film ne dise pas explicitement que les gens chassés sont des supporters de Trump, les gens sont décrits par l’une des élites comme étant « déplorables », un terme inventé par l’ancienne candidate présidentielle Hillary Clinton, d’après le magazine The Hollywood Reporter. Le personnage utilise également un juron pour désigner le président.

« Quelqu’un a-t-il vu ce que notre ***** en chef vient de faire ? », demande un personnage aux autres au début du film, selon le média. « Au moins, la chasse est ouverte. Rien de mieux que d’aller au Manoir et de massacrer une dizaine de déplorables. »

La conclusion est que les chasseurs sont des élites libérales et les gens qui sont chassés sont des partisans de Trump, et The Reporter a également noté que le film « suit une dizaine de personnes qui prônent le slogan ‘Make America Great Again’ [‘Redonner à l’Amérique son excellence’, la vision que Trump met en avant pour illustrer ses projets en tant que président] qui se réveillent dans une clairière et réalisent qu’ils sont traqués pour le sport par des élites libérales ».

Une publicité pour The Hunt a été retirée d’ESPN (réseau de télévision thématique orienté sur le sport) à la suite des récentes tueries, mais NBC Universal a déclaré qu’elle prévoyait d’aller de l’avant avec la sortie du film, a déclaré la société à Fox News. Universal a déclaré que la campagne de marketing du film a été « temporairement interrompue » après les tournages.

Betty Gilpin joue dans « The Hunt », qui devrait sortir en salles en septembre. (Universal Pictures)

Tandis qu’Universal va de l’avant avec la sortie prévue du film violent, qui est censé être satirique, deux autres sociétés appartenant à Comcast, NBC News et MSNBC, n’ont cessé de chercher à instaurer le contrôle des armes.

« Appeler au contrôle des armes à feu tout en profitant des films qui mettent en scène de la violence armée avec des protagonistes politiques opposés est manifestement hypocrite, mais ce n’est qu’un jour de plus dans les ‘nouvelles’ télédiffusées où certains médias font davantage pour diviser ce pays et encourager la haine et la violence que quiconque en politique pourrait jamais faire », a déclaré Joe Concha, journaliste à Fox News, dans les médias The Hill (journal et site web politique publiés à Washington).

« J’essaie d’imaginer un monde où les partisans d’Elizabeth Warren ou d’Alexandria Ocasio-Cortez sont pourchassés et assassinés par un groupe de partisans pro-Trump armés et où les médias réagissent à cela. Et l’apocalypse n’a rien à voir avec la couverture écrasante, en première page, de mur à mur, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, qu’un tel film recevrait. »

Le président Donald Trump quitte la Maison-Blanche à Washington le 9 août 2019. (Tasos Katopodis/Getty Images)

M. Trump a également semblé faire allusion au film lors d’un entretien avec des journalistes à l’extérieur de la Maison-Blanche jeudi en répondant à une question sur les efforts déployés par son administration pour mettre fin aux préjugés contre les conservateurs.

« Hollywood – je ne les appelle pas les ‘élites’ ; je pense que les élites sont des gens qu’elles poursuivent, dans de nombreux cas. Mais Hollywood est vraiment terrible. Vous parlez de racisme – Hollywood est raciste. Ce qu’ils font, avec le genre de films qu’ils produisent, c’est en fait très dangereux pour notre pays. Ce que Hollywood est en train de faire est une énorme perturbation pour notre pays », a-t-il dit.

« Dans peu de temps, tous les dirigeants des plus grandes compagnies vont arriver, et nous allons leur parler. Ils traitent les conservateurs et les républicains de façon totalement différente des autres. Et ils ne peuvent pas faire ça. »

RECOMMANDÉ