Le président guatémaltèque affirme que le message peu clair de l’administration Biden sur l’immigration clandestine a favorisé l’augmentation de la population aux frontières

Par Tom Ozimek
11 juin 2021
Mis à jour: 11 juin 2021

Le président guatémaltèque Alejandro Giammattei a critiqué l’administration Biden pour le manque de clarté de ses messages sur l’immigration aux États-Unis, ce qui, selon lui, a contribué à la poussée de la frontière.

« Vous pouvez voir que les messages humanitaires ont été utilisés ici par les passeurs de manière déformée », a déclaré Alejandro Giammattei à Fox News.

« Ils ont dit qu’ils allaient soutenir le regroupement familial », a déclaré M. Giammattei, faisant référence à la politique de l’administration Biden consistant à autoriser les mineurs non accompagnés à entrer aux États-Unis pour des raisons humanitaires et à chercher à les réunir avec des membres de leur famille aux États-Unis.

« Alors les coyotes sont venus et ont emmené les enfants et les adolescents aux États-Unis », a-t-il dit. « Et la frontière s’est remplie. Pas seulement avec des gens du Guatemala, mais avec beaucoup de gens.

« C’est pourquoi nous avons suggéré que les messages soient clairs. »

L’afflux de personnes migrant des pays d’Amérique centrale est devenu l’un des plus grands défis politiques de l’administration Biden, les républicains désignant la vague de passages illégaux à la frontière d’un retour en arrière jusqu’à l’époque précédant les politiques d’immigration de l’ère Trump et d’un message que de nombreux candidats à la migration et trafiquants d’êtres humains interprètent comme une invitation à venir aux États-Unis.

La patrouille frontalière appréhende des migrants illégaux à Penitas, au Texas, le 10 mai 2021. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

Les entretiens réalisés par Reuters en avril avec environ deux dizaines de migrants et plus d’une douzaine de personnes s’identifiant comme des passeurs, ainsi que l’examen de centaines de messages dans des groupes Facebook fermés où les passeurs annoncent leurs services, montrent que de nombreux candidats à l’immigration pensent qu’ils sont les bienvenus pour traverser la frontière.

« Il y a 100 jours de passage gratuit à la frontière », a déclaré à Reuters un passeur guatémaltèque, faisant référence à une perception dominante. « Apparemment, le président laisse entrer les enfants », a déclaré un autre à l’agence.

Dans des dizaines d’interviews accordées à l’Associated Press à la même époque, les migrants ont déclaré que les positions relativement favorables à l’immigration du président Joe Biden avaient influencé leur décision de quitter leur foyer et de chercher à entrer aux États-Unis.

Les passeurs de migrants clandestins le long de la frontière continuent de faire ouvertement la publicité de leurs services sur les médias sociaux, un article récent d’Epoch Times détaillant un certain nombre de ces annonces.

« Nous avons des passages à travers Lomas de Arena, dans l’État du Chihuahua. Nous offrons un camouflage, un sac à dos avec de la nourriture. Je suis actuellement à Chihuahua. Envoyez-moi [un message sur ma] boîte de réception ou appelez-moi au [information expurgée par Epoch Times] », indiquait un post Facebook.

La patrouille frontalière américaine appréhende des migrants illégaux à Penitas, au Texas, le 10 mai 2021. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

Bien que l’administration Biden ait déclaré que la frontière n’est pas ouverte et que la plupart des demandeurs d’asile sont refoulés à la frontière, l’administration autorise l’entrée de mineurs non accompagnés dans le pays, une politique qui pourrait contribuer à la forte augmentation du nombre d’enfants voyageant seuls à la frontière. En mars, les agents frontaliers ont rencontré 18 951 mineurs non accompagnés, soit le nombre le plus élevé enregistré en un seul mois depuis que l’U.S. Customs and Border Protection a commencé à publier ces chiffres en 2009. Ce nombre a légèrement baissé en avril (17 148), puis en mai (14 158).

Lorsque la vice-présidente Kamala Harris s’est rendue au Guatemala pour s’attaquer aux « causes profondes » de la migration, M. Giammattei, dans son interview sur Fox News, a fait l’éloge de Mme Harris pour un discours qui a averti les candidats à l’immigration clandestine de ne pas chercher à entrer aux États-Unis, sous peine d’être refoulés à la frontière.

« La vice-présidente a envoyé hier un message très clair, car elle a dit : ‘Ne venez pas, car nous ne vous laisserons pas entrer' », a-t-il déclaré. « C’est un message clair.

« Mais si vous avez un message mitigé, cela ouvre la possibilité qu’il y ait une mauvaise interprétation de celui-ci », a-t-il ajouté. « Vous pouvez le dire en toute bonne foi, mais il y a des gens qui vont mal l’interpréter. »

Dans une autre interview accordée à CBS, M. Giammattei a déclaré qu’il souhaitait que les États-Unis imposent des sanctions plus sévères aux passeurs de clandestins et qu’il était prêt à extrader les passeurs vers les États-Unis pour qu’ils y soient jugés.

Le service des douanes et de la protection des frontières a appréhendé 180 034 individus entrant illégalement aux États-Unis en mai, soit un chiffre légèrement supérieur à celui d’avril.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ