Le président philippin condamne la montée des tensions en mer de Chine méridionale

Par Epoch Times avec AFP
22 novembre 2021
Mis à jour: 22 novembre 2021

Le président philippin Rodrigo Duterte a condamné lundi l’incident survenu avec la Chine dans la très disputée mer de Chine méridionale mardi dernier, tandis que Pékin a appelé au « maintien de la stabilité » dans la région.

« Nous déplorons le récent événement sur l’atoll Ayungin et voyons avec une vive inquiétude d’autres développements similaires », a déclaré M. Duterte lors de la réunion de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) et de la Chine, utilisant le nom philippin de l’atoll Second Thomas.

« Cela ne fait pas honneur aux relations entre nos pays et à notre partenariat », a-t-il ajouté lors du sommet régional organisé par le président chinois Xi Jinping, qui a promis que son pays « ne chercherait jamais l’hégémonie et ne brimerait certainement pas les petits ».

Des navires des garde-côtes chinois ont tiré au canon à eau sur des bateaux philippins

Pour sa part, Xi Jinping a appelé durant ce sommet à « conjointement maintenir la stabilité de la mer de Chine méridionale et (en) faire une mer de paix, d’amitié et de coopération ». 

Les tensions en mer de Chine méridionale, riche en ressources naturelles, sont montées en flèche mardi dernier lorsque des navires des garde-côtes chinois ont tiré au canon à eau sur des bateaux ravitaillant le personnel militaire philippin sur l’atoll Second Thomas, dans les îles contestées Spratly.

La Chine revendique la quasi-totalité de la voie navigable par laquelle transitent chaque année des milliers de milliards de dollars d’échanges commerciaux. La zone est également revendiquée par Brunei, la Malaisie, les Philippines, Taïwan et le Vietnam.

Décision d’un tribunal international en 2016

Pékin ignore la décision d’un tribunal international en 2016, qui a estimé sans fondement ses prétentions historiques.

Manille a exprimé son indignation face à cet incident, mais Pékin a déclaré que les bateaux philippins avaient pénétré dans ses eaux sans autorisation.

Les remarques de M. Duterte étaient inhabituellement fortes pour ce dirigeant qui depuis son arrivée au pouvoir en 2016 a favorisé l’amélioration des relations avec Pékin dans un but de coopération économique.

Washington et l’Union européenne réagissent

Vendredi, Washington a averti Pékin qu’une agression armée l’obligerait à réagir en vertu d’un traité de défense entre les Etats-Unis et les Philippines.

L’Union européenne a également appelé « toutes les parties à respecter la liberté de navigation et de survol en mer de Chine méridionale ».  

Le secrétaire philippin à la défense, Delfin Lorenzana, a déclaré que les bateaux de ravitaillement reprendraient leur mission vers l’atoll Second Thomas après que l’ambassadeur de Chine aux Philippines ait donné l’assurance qu’ils ne seraient pas gênés.

« Eviter d’aggraver les tensions dans la région »

Lors du sommet, le Premier ministre malaisien, Ismail Sabri Yaakob, a mis en garde contre toute action qui pourrait « compliquer davantage la situation et aggraver les tensions dans la région ».

M. Duterte a déclaré que la Convention des Nations unies sur le droit de la mer et la décision arbitrale de 2016 contre la Chine, qu’il a laissée de côté après son entrée en fonction, devraient être « pleinement » utilisées pour résoudre ces différends.

Il a exhorté la Chine à « rester engagée dans la concrétisation rapide d’un code de conduite efficace et substantiel en mer de Chine méridionale ». 

« Respect de l’Etat de droit »

« Il n’y a tout simplement pas d’autre issue à ce problème colossal que le respect de l’Etat de droit », a-t-il ajouté.

La Chine a pris le contrôle de plusieurs récifs dont celui de Scarborough en 2012, situé à 240 kilomètres à l’ouest de Luçon, l’île principale des Philippines.

Certains on été transformés en bases militaires chinoises dotées de pistes d’atterrissage et d’installations portuaires.

Après l’occupation du récif Mischief par la Chine au milieu des années 1990, à l’intérieur de la zone économique exclusive de Manille, les Philippines avaient fait échouer un de leurs bâtiments sur un récif proche de Thomas afin d’affirmer leur souveraineté sur la zone. Des Marines philippins y sont basés.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ