Le prince Andrew poursuivi par l’accusatrice d’Epstein au sujet d’abus sexuels présumés

Par Isabel van Brugen
12 août 2021
Mis à jour: 13 août 2021

Lundi, l’une des accusatrices de longue date de Jeffrey Epstein a porté plainte contre le prince Andrew de Grande-Bretagne, affirmant qu’il l’avait agressée sexuellement à trois reprises lorsqu’elle avait 17 ans.

Dans un procès intenté devant le tribunal de district de Manhattan, Virginia Giuffre, anciennement connue sous le nom de Virginia Roberts, a déclaré que le deuxième fils de la reine Elizabeth l’avait agressée sexuellement et battue il y a une vingtaine d’années.

« Je tiens le prince Andrew responsable de ce qu’il m’a fait », a-t-elle déclaré dans un communiqué. « Les puissants et les riches ne peuvent pas échapper à la responsabilité de leurs actes. J’espère que d’autres victimes verront qu’il est possible de ne pas vivre dans le silence et la peur, mais de reconquérir sa vie en s’exprimant et en demandant justice. »

« Je ne suis pas arrivée à cette décision à la légère », a-t-elle ajouté. « En tant que mère et épouse, ma famille passe avant tout – et je sais que cette action me soumettra à de nouvelles attaques de la part du prince Andrew et de ses substituts – mais je sais que si je ne poursuivais pas cette action, je laisserais tout tomber, ainsi que les autres victimes. »

Elle a affirmé que Jeffrey Epstein et son associée de longue date Ghislaine Maxwell l’ont abusée sexuellement à plusieurs reprises et l’ont vendue à divers hommes, dont le prince Andrew. Dans une interview accordée à la BBC en 2019, le duc d’York a affirmé qu’il ne possédait « aucun souvenir » de sa rencontre avec Mme Giuffre, malgré les preuves photographiques, et a nié toutes les allégations à son encontre.

« Je peux vous dire de manière absolument catégorique que cela n’est jamais arrivé », avait-il déclaré à l’époque. « Je n’ai aucun souvenir d’avoir rencontré cette dame, aucun. »

Dans son procès, Mme Giuffre affirme avoir été abusée sexuellement par le prince Andrew, âgé de 61 ans, à trois reprises entre 2001 et 2002, dont une fois dans l’hôtel particulier de M. Epstein à New York, où il l’a forcée « à se livrer à des actes sexuels contre sa volonté ».

L’action en justice, qui vise à obtenir des dommages-intérêts compensatoires et punitifs non précisés, indique que Mme Giuffre a subi « des dommages substantiels, notamment une détresse émotionnelle extrême, l’humiliation, la peur, un traumatisme psychologique, une perte de dignité et d’estime de soi, ainsi qu’une atteinte à sa vie privée » en raison des abus qu’il aurait commis.

« Il y a vingt ans, la richesse, le pouvoir, la position et les relations du prince Andrew lui ont permis d’abuser d’une enfant effrayée et vulnérable, sans personne pour la protéger », indique l’action en justice. « Il est plus que temps pour lui de rendre des comptes. »

Audrey Strauss, procureure américaine par intérim pour le district sud de New York, s’adresse aux médias lors d’une conférence de presse pour annoncer l’arrestation de Ghislaine Maxwell, petite amie de longue date et complice présumée du trafiquant sexuel présumé décédé Jeffrey Epstein, à New York, le 2 juillet 2020. (Spencer Platt/Getty Images)

Mme Maxwell, qui est âgée de 59 ans, a plaidé non coupable des accusations de trafic et sera jugée par un tribunal fédéral de Manhattan au mois de novembre prochain.

Le 10 août 2019, M. Epstein a été retrouvé mort dans une prison fédérale de New York à l’âge de 66 ans, alors qu’il était dans l’attente de son procès pour trafic sexuel. Le décès a été classé comme un suicide par pendaison.

Le prince Andrew a été poursuivi par Mme Giuffre en vertu de la loi sur les enfants victimes, une loi de l’État de New York qui permet aux survivants d’abus sexuels commis dans l’enfance de déposer des plaintes, même si les abus ont eu lieu plusieurs décennies auparavant. Le délai pour de telles plaintes expirera le 14 août prochain.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ