Le régime chinois accumule les stocks mondiaux de matériel médical, entraînant une pénurie croissante en dehors de la Chine

Par Nicole Hao
7 avril 2020
Mis à jour: 7 avril 2020

Alors que la pandémie s’est propagée dans le monde entier, les hôpitaux ont été envahis par les patients atteints du virus du PCC.

Les masques N-95, les combinaisons de protection médicale, les lunettes de protection, les gants chirurgicaux, le désinfectant, les appareils d’oxygénation extracorporelle par membrane (ECMO) et les respirateurs sont devenus des produits indispensables au traitement des patients ou à la protection du personnel médical exposé au virus.

Alors que de nombreux pays sont confrontés à des épidémies de plus en plus graves, les autorités chinoises ont acheté des milliards de masques, ainsi que des centaines de tonnes de matériel médical essentiel dans le monde entier. Entre-temps, la Chine, qui fabrique elle-même une grande partie de ces fournitures médicales, a cessé d’exporter depuis janvier – juste au moment où l’épidémie en Chine s’est aggravée.

Les entreprises chinoises et les organisations chinoises à l’étranger sont les principales sources d’approvisionnement de Pékin, qui achètent des stocks aux États-Unis, en Europe, en Australie et dans d’autres pays.

Dans certains cas, les entreprises chinoises ont négocié avec de grands fabricants internationaux pour leur demander de vendre ou de donner leurs stocks à la Chine.

Les pays du monde entier ont vendu leurs stocks à la Chine et ne peuvent plus acheter de nouveaux produits dans ce pays.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Actions du gouvernement

Les autorités de Pékin ont mobilisé la diaspora chinoise pour l’aider à acheter des marchandises. « Continuez à acheter tout en renvoyant les fournitures médicales en Chine, faites de votre mieux pour en acheter le plus possible », peut-on lire dans un article publié sur le site officiel du département du travail du Front uni (DTFU) du Parti communiste chinois (PCC), un département qui se consacre à la diffusion du programme du régime chinois à l’intérieur et à l’extérieur de la Chine. En Occident, les organisations du Front uni sont généralement des associations d’étudiants chinois présents dans les collèges et les universités, des chambres de commerce chinoises et des associations chinoises.

Le Front uni a encouragé tous les Chinois d’outre-mer à suivre les traces de l’association pour acheter tout le matériel médical disponible et le renvoyer en Chine.

L’article explique que les Chinois d’outre-mer aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, en Argentine, en Australie, dans les Émirats arabes unis et aux Seychelles ont déjà acheté des tonnes de marchandises.

Certaines organisations chinoises d’outre-mer de ces pays s’approvisionnent directement auprès de fabricants locaux et de grands grossistes, tels que DuPont. D’autres achètent auprès de tous les détaillants qu’ils peuvent trouver, selon l’article.

Les groupes ont ensuite engagé des compagnies maritimes chinoises et internationales pour transporter les marchandises, telles que FedEx et SF Express. Le Front uni a également encouragé les ressortissants chinois à acheter des marchandises et à les transporter dans leurs bagages personnels lorsqu’ils retournaient en Chine.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a également donné des instructions directes aux ressortissants pour qu’ils achètent du matériel médical.

Le 26 janvier, le consulat général de Chine de Los Angeles a publié sur son site web officiel un avis encourageant les dons, énumérant les fournitures dont la Chine avait un besoin urgent, notamment : des masques de protection médicale – en précisant même le numéro de série de fabrication -, des combinaisons de protection, des lunettes de protection, des désinfectants pour les mains à séchage rapide, de l’oseltamivir, un médicament antiviral généralement utilisé pour traiter la grippe ordinaire et d’autres types de médicaments, des thermomètres infrarouges sans contact, etc.

Le 27 février, le consulat général a mis à jour sa demande, affirmant que les communautés chinoises de la région de Los Angeles avaient fait don de plus de 60 tonnes de fournitures médicales depuis que l’épidémie a commencé en Chine.

Les ambassades et consulats chinois des autres pays ont fait des annonces similaires.

L’ambassade de Chine au Japon, par exemple, a annoncé sur son site web le 4 février : « À l’heure actuelle, la Chine a un besoin urgent de combinaisons de protection médicale […] de masques médicaux (N95 et plus), de lunettes de protection et d’autres matériaux de protection. » Elle a demandé aux ressortissants chinois d’acheter ces produits et de les offrir à la Chine.

L’ambassade de Chine au Royaume-Uni a annoncé avoir reçu, le 31 janvier, « près de 500 000 livres sterling de donations ».

Des masques protecteurs N-95 sont posés sur une table dans un bureau de Washington, DC, le 26 février 2020. (Eva Hambach/AFP/Getty Images)

Approvisionnement mondial

Depuis janvier, les entreprises d’État chinoises, les entreprises dont les actionnaires majoritaires appartiennent au gouvernement et les entreprises privées ont commencé à s’approvisionner en matériel médical à expédier en Chine.

« Entre le 24 janvier et le 29 février, les autorités douanières chinoises ont inspecté 2,46 milliards de conteneurs de matériel pour la prévention des épidémies, évalués à 8,21 milliards de yuans (1,158 milliard de dollars) », a annoncé le 7 mars l’Administration générale des douanes chinoises. « Parmi eux, il y avait 2,02 milliards de masques faciaux et 25,38 millions de combinaisons de protection. »

Le 10 février, le journal officiel Beijing News a annoncé qu’environ 50 % de l’offre mondiale de masques est fabriquée en Chine. En 2019, la Chine a produit plus de 5 milliards de masques, dont 54 % de masques de qualité médicale.

Si plus de 2 milliards de masques médicaux ont été expédiés en Chine au cours des deux premiers mois de l’année, cela signifie que la Chine a importé environ la moitié de la production annuelle mondiale de masques médicaux.

De nombreuses entreprises publiques sont directement impliquées dans cet effort.

Selon un rapport publié le 4 février par le People’s Daily, un journal d’État, le groupe pharmaceutique national chinois (Sinopharm), la société chinoise de construction ferroviaire (CRCC), la société chinoise d’ingénierie énergétique (Energy China) et la société China Resources, forment un conglomérat qui possède des entreprises en Chine continentale et à Hong Kong.

« Sinopharm s’est approvisionné en Europe, en Amérique et en Asie. Au 31 janvier, elle avait commandé 2,78 millions de colis de matériel médical, dont 2,38 millions de masques, 166 000 combinaisons de protection, 15 200 lunettes et 190 000 paires de gants de protection », indique le rapport. De plus, Sinopharm se préparait à en acheter d’autres.

Le groupe Greenland, un promoteur immobilier chinois dont le gouvernement de Shanghai est l’actionnaire majoritaire, s’est également joint au projet.

« Greenland a acheté 3 millions de masques de protection, 700 000 combinaisons de protection médicale, 500 000 paires de gants médicaux à l’étranger et les a renvoyés en Chine », a rapporté le 31 janvier le média d’État chinois Xinhua. Greenland avait acheté des fournitures médicales en Amérique du Nord, en Europe, au Moyen-Orient, dans des pays asiatiques et en Australie, où le tollé général suscité par ces achats en gros a conduit le gouvernement à interdire les exportations de fournitures médicales.

Country Garden est une société immobilière privée dont le siège social se trouve dans la ville de Foshan, dans la province de Guangdong, au sud de la Chine. Elle a des activités dans le monde entier.

Le 24 février, le China News Service, un média d’État, a rapporté que les employés de Country Garden s’approvisionnaient en matériel médical à Sydney, Melbourne, Brisbane, Perth et Adélaïde en Australie et à Auckland en Nouvelle-Zélande.

En trois jours, la branche australienne de Country Garden, appelée Risland, a acheté des marchandises et les a organisées pour qu’elles soient transportées dans un avion-cargo en partance pour la Chine.

Le 8 février, le journal public Foshan Daily a rapporté que Country Garden avait également acheté des produits en Allemagne, en Indonésie, en Thaïlande et dans d’autres pays.

Lors de la conférence de presse du cabinet du Conseil d’État chinois le 3 février, le vice-ministre des Transports et le vice-ministre du Commerce ont tous deux déclaré que les entreprises chinoises de commerce électronique, telles que JD.com, Wumart et SF Express, se sont procurées et ont donné des masques, des combinaisons de protection, des lunettes et des fournitures via leurs « chaînes d’approvisionnement mondiales ».

Certains fabricants internationaux qui ont des activités en Chine ont également rejoint cette initiative.

Medtronic est une entreprise de dispositifs médicaux dont le siège social est à Minneapolis, dans le Minnesota. Elle dispose de centres de fabrication à Shanghai, Pékin, Changzhou et Chengdu.

Dans une déclaration en langue chinoise, Medtronic a déclaré sur son site web que l’entreprise avait fait don à Wuhan de ses respirateurs fabriqués, de ses appareils de mesure de la saturation en oxygène du sang et de ses équipements de surveillance de la qualité de l’air (ECMO). Elle a également acheté du matériel de protection dans d’autres pays et en a fait don à différentes villes chinoises. FedEx a confirmé dans une déclaration chinoise affichée sur son site web que ces machines et matériels ont été expédiés par leurs soins depuis le marché mondial.

Des personnes portent des masques et des combinaisons de protection à leur arrivée à la gare de Pékin le 13 mars 2020. (Kevin Frayer/Getty Images)

Arrêter les exportations

Le 9 mars, lors d’une conférence de presse quotidienne du ministère des Affaires étrangères chinois, un journaliste a demandé si le régime chinois avait vraiment interdit toute exportation de masques médicaux et de matières premières pour la fabrication de masques.

Geng Shuang, le porte-parole du ministère, a répondu : « La Chine a encore besoin d’une grande quantité de masques, et l’offre ne peut pas répondre à la demande. Dans la phase en cours, d’autres pays rencontreront des difficultés lorsqu’ils tenteront d’acheter des masques à la Chine. »

Geng Shuang a nié le fait que le gouvernement forçait les entreprises d’arrêter d’exporter du matériel médical.

Mais les médias publics ont signalé que certaines entreprises « vendent des produits destinés à l’exportation vers la Chine ».

Shandong Net a rapporté le 1er février que la société de produits en fibres spéciales Weihai Jingcheng, située dans une zone de libre-échange de la ville de Weihai, dans la province de Shandong, produit principalement des biens destinés à l’exportation, tels que des masques médicaux.

Comme l’entreprise produit principalement des produits destinés à l’exportation, elle doit payer des droits de douane si elle veut vendre ses produits en Chine. Elle n’a pas à payer de droits de douane lorsqu’elle s’approvisionne à l’étranger.

Mais depuis le 27 janvier, les autorités douanières chinoises ont accordé à la société un permis spécial, lui permettant de vendre tous ses produits à l’intérieur de la Chine sans payer de droits de douane.

Le 29 janvier, Weihai News a rapporté que d’autres usines basées dans la même zone de libre-échange ont également commencé à suivre la même politique et ont cessé d’exporter leurs marchandises.

Jiangsu Net a rapporté le 28 février que 20 fabricants de masques et de combinaisons de protection de la province de Jiangsu ont cessé d’exporter des marchandises et n’en ont vendu qu’à la Chine après l’apparition du virus du PCC.

Xinhua a rapporté le 2 février que le gouvernement de Hubei, la province où Wuhan est la capitale, a délivré un permis spécial qui permet à tous les masques médicaux destinés à l’exportation d’être vendus dans la province. Les autorités ont ordonné que les produits dont l’emballage était imprimé en langues étrangères soient munis d’étiquettes chinoises afin que les citoyens puissent les lire.

Caixin a également rapporté le 1er février que le ministère chinois de l’Industrie et des Technologies de l’information est l’agence gouvernementale qui a soutenu l’interdiction d’exportation, citant des sources au sein de la chaîne d’approvisionnement.

Par exemple, la société médicale et de santé Rizhao Sanqi est un fabricant spécialisé dans l’exportation. Le Ministère a demandé à Sanqi de produire chaque jour un million de masques chirurgicaux, 50 000 masques de protection médicale et 5 000 combinaisons de protection médicale, et de ne les vendre qu’à la province de Hubei, selon Caixin.

Le conseiller économique de la Maison-Blanche, Peter Navarro, a parlé de l’interdiction d’exportation de la Chine lors d’interviews sur Fox News les 23 et 24 février.

« En ce qui concerne le problème immédiat, les masques faciaux, les masques N-95, la Chine a imposé des restrictions pour l’exportation de ces masques, puis a nationalisé une usine américaine qui les produit là-bas », a déclaré M. Navarro, ajoutant que la Chine les avait effectivement « empêchés de nous envoyer du matériel ».

3M, un fabricant du Minnesota, a des usines en Chine. Selon M. Navarro, les installations n’ont pas pu exporter de produits hors de Chine en février.

Mais récemment, le régime chinois a changé de vitesse, cherchant à se présenter comme un leader mondial dans la lutte contre la pandémie. Il a envoyé des experts médicaux et des fournitures indispensables, comme des masques et des respirateurs artificiels, dans les pays européens et aux États-Unis.

Mais il s’est avéré que le matériel était défectueux.

Un patient infecté par le virus du PCC reçoit un traitement par oxygénation extracorporelle par membrane (ECMO) à l’hôpital de la Croix-Rouge à Wuhan, en Chine, le 28 février 2020. (STR/AFP via Getty Images)

Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie COVID-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la gestion déplorable du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine avant d’être transmis dans le monde entier.

RECOMMANDÉ