Le régime chinois bannit plus de 100.000 comptes de médias sociaux dans une deuxième vague de suppression web

Par Alex Wu
12 septembre 2020
Mis à jour: 12 septembre 2020

Au cours du dernier mois, le régime chinois a banni un grand nombre de comptes et de plateformes de médias sociaux, dont plus de 100 000 comptes de diffusion de vidéos en ligne.

Certains estiment qu’il sera de plus en plus difficile pour le « self-media », soit des comptes de médias sociaux indépendants en Chine, de survivre.

Selon la Cyberspace Administration of China (CAC), principale agence de censure chinoise, le régime a fermé 338 plateformes de diffusion en direct, 74 000 salles virtuelles de diffusion en direct et 105 000 comptes de diffusion en direct depuis fin août. Parmi les 105 000 comptes interdits, 13 600 étaient des comptes d’émissions de « gavage de nourriture » en ligne connues sous le nom de « mukbang », où l’on voit des gens ingurgiter de grandes quantités de nourriture.

En août, dans un contexte national de pénurie alimentaire, le régime chinois a lancé une initiative contre le gaspillage alimentaire.

Peu après, les comptes de plusieurs célébrités chinoises du « mukbang » ont été supprimés de plateformes web.

Les comptes « mukbang » représentent une fraction de la dernière campagne de purge sur le web. Les plateformes internet commerciales, les médias personnels et les médias sociaux ont également été ciblés. À la fin du mois d’août, la CAC a organisé une réunion avec des représentants du gouvernement et des dirigeants de sociétés web visant à « faire passer » cette campagne de purge.

Un individu ayant participé à la réunion de la CAC a écrit dans un salon de discussion en ligne : « L’avenir du self-media sera plus sombre. Selon la réglementation, pratiquement rien ne peut être publié : les nouvelles des médias officiels ne peuvent être reprises, les rapports d’incidents soudains ne sont pas autorisés, les publications d’informations négatives sur l’immobilier ne sont pas autorisées, même les prévisions des tendances des prix ne sont pas autorisées. En fin de compte, rien ne peut être publié. »

Cette dernière vague de suppression des discussions web a suscité des réactions négatives des internautes.

Cheng Yizhong, fondateur et ancien rédacteur en chef des médias d’État chinois Southern Metropolis Daily et Beijing News, a déclaré sur les médias sociaux estimer que le gouvernement chinois n’a jamais allégé son emprise sur les médias et que le « self-media » en Chine est sans avenir.

FOCUS SUR LA CHINE – 3 typhons en 2 semaines

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ