Le régime chinois et le mouvement Black Lives Matter partagent des objectifs similaires

Par John Mac Ghlionn
21 juillet 2021
Mis à jour: 21 juillet 2021

La semaine dernière, la Black Lives Matter Global Network Foundation, la société derrière le mouvement Black Lives Matter, a publié une déclaration plutôt intéressante. Les membres de la société ont exprimé leur solidarité avec le peuple cubain. Le « traitement inhumain des Cubains par le gouvernement fédéral américain » est inacceptable. Ne s’arrêtant pas là, BLM a lancé un appel à l’administration Biden pour qu’elle lève l’embargo, car celui-ci ne fait que saper le « droit des Cubains de choisir leur propre gouvernement ».

Là où certains ont vu une déclaration de solidarité passionnée, d’autres ont vu des opportunistes cherchant à exploiter une situation et à voler une partie des projecteurs.

L’auteur Jorge Felipe Gonzalez semble appartenir à cette dernière catégorie. Dans un article pour The Atlantic, intitulé à juste titre « Black Lives Matter fait fausse route à propos de Cuba », M. Gonzalez écrit : « Cuba n’est pas une toile vide » sur laquelle des acteurs calculateurs et cyniques « peuvent projeter leurs idées politiques. » En outre, ce n’est « pas un véhicule utopique pour faire avancer un fantasme d’égalité socialiste », ni « un pion pour des débats politiques opportunistes ». Le mouvement BLM, dont les membres ont également exprimé leur soutien au régime cubain, ferait bien de garder les mots de M. Gonzalez à l’esprit.

La déclaration de BLM, ainsi que les commentaires de M. Gonzalez, m’ont rappelé les nombreuses déclarations du Parti communiste chinois (PCC) sur l’effondrement récent des copropriétés à Miami, en Floride. « Peu de pays », selon les journalistes Rebecca Tan, Lyric Li et Alicia Chen, « ont suivi » l’effondrement des appartements « d’aussi près que la Chine ». Le trio documente la manière dont « les agences de presse d’État ont assuré une couverture intégrale de l’effondrement à travers le monde, avec des mises à jour quotidiennes du nombre de morts et de nombreux éditoriaux tournant en dérision la ‘lenteur’ de la réponse du gouvernement américain ». Ironiquement, alors que les divers porte-parole du PCC étaient occupés à se moquer de la tragédie de Miami, un effondrement catastrophique d’un hôtel s’est produit à Suzhou, dans la province de Jiangsu. L’ironie, cependant, n’est pas quelque chose que le PCC semble connaître. Il en va de même pour le mouvement BLM, dont le message sans ton est aussi ironique que farfelu : nous vaincrons le racisme en étant explicitement racistes ; les vies des Noirs comptent, mais seulement celles des Noirs qui sont d’accord avec tout ce que le mouvement représente. Je pourrais continuer, mais vous avez compris le message.

Un affrontement entre la police et des membres d’Antifa et des manifestants anti-Trump lors d’une manifestation, le 4 juin 2017, à Portland, Oregon. Les extémistes de la gauche ont recours à la violence pour atteindre leur objectif. Scott Olson/Getty Images

Les similitudes entre le PCC et le mouvement BLM ne s’arrêtent pas là. Tous deux promeuvent des idéologies absolutistes. Être en désaccord, c’est s’ouvrir à un monde de violence et de douleur. Dans le cas du PCC, il suffit de demander à Jack Ma. Dans le cas de BLM, il suffit de demander à toute personne vivant à Portland, une ville qui a été absolument décimée par le soi-disant « mouvement pacifique ». Avec le PCC et BLM, la menace de violence est utilisée comme une arme de coercition, et si les menaces ne fonctionnent pas, alors la violence réelle est utilisée.

L’année dernière, lors d’une « manifestation pacifique » à Kenosha, un homme âgé qui avait eu l’audace de protéger sa maison d’une foule BLM en colère a eu la mâchoire cassée.

En outre, le mouvement BLM et le PCC fétichisent tous deux (de manière assez évidente) l’idée du communisme. La fétichisation du communisme par BLM est particulièrement amusante, surtout quand on sait que la cofondatrice du groupe, Patrisse Khan-Cullors, est propriétaire de plusieurs maisons à plusieurs millions de dollars. Le communisme n’a jamais été aussi somptueux. Oh, pour ajouter, ces maisons sont situées dans des quartiers majoritairement blancs. L’hypocrisie est stupéfiante.

Une autre similitude inclut le désir de réécrire l’histoire. Prenons le projet 1619, par exemple, une initiative sans faits qui a des liens étroits avec BLM. Ce projet très critiqué est l’œuvre de Nikole Hannah-Jones, une journaliste qui a tenté de « recadrer l’histoire du pays ». Il n’est pas nécessaire de posséder un doctorat en sémantique formelle pour comprendre ce que signifie le mot « recadrer ».

Pendant ce temps, à Pékin, Xi Jinping et le Parti communiste chinois tentent activement, depuis de nombreuses années, de « recadrer » l’histoire. En 2014, par exemple, Xi a exhorté à plusieurs reprises les historiens à explorer le rôle du PCC dans la Seconde Guerre mondiale, en mettant l’accent sur les moyens par lesquels les forces chinoises ont contribué à vaincre les Japonais. En d’autres termes, le PCC a demandé à la population du pays de suspendre littéralement son incrédulité et d’accepter de modifier la réalité.

Un exemplaire du roman 1984 de George Orwell est posé sur une table à New York, le 26 février 2021. (Chung I Ho/The Epoch Times)

Contrôlez le langage et vous contrôlez les masses

La révision de l’histoire est intimement liée au langage. Tant le mouvement BLM que le PCC excellent à dicter qui peut dire quoi. En 2018, comme l’a rapporté Vox, quelques jours après avoir annoncé « que la limitation des mandats présidentiels pourrait être abolie, ouvrant la porte au président Xi Jinping pour poursuivre son règne indéfiniment », le régime chinois a introduit « une liste exhaustive de mots nouvellement interdits ». Il s’agit notamment de termes comme « mon empereur » et « contrôle à vie ». Les références aux romans dystopiques La Ferme des animaux et 1984 de George Orwell ont également été interdites. La même année, le PCC a interdit le film Winnie l’ourson après que des comparaisons ont été faites entre le personnage et Xi, un dictateur à vie. Pendant ce temps, BLM a sa propre liste de langage acceptable. De la « micro-agression » à « l’intersectionnalité », du « colorisme » à « l’activisme performatif », le mouvement est devenu, à bien des égards, un maître de l’auto-parodie. Ses membres exigent d’être pris au sérieux alors qu’ils utilisent le charabia comme moyen de communication avec les masses. Néanmoins, il n’y a rien de drôle à propos de brutes et de programmes malfaisants. Le PCC et le mouvement BLM, qui se ressemblent plus qu’on ne l’imagine, sont remplis des deux.

John Mac Ghlionn est chercheur et essayiste. Ses travaux ont été publiés par des journaux comme le New York Post, le Sydney Morning Herald, The American Conservative, National Review, The Public Discourse et d’autres médias respectables. Il est également chroniqueur à Cointelegraph.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ