Le régime chinois impose à toutes les chaînes de télévision la diffusion massive de films de propagande à la gloire du Parti

Par Nicole Hao
8 août 2019 Mis à jour: 8 août 2019

Les commémorations du Parti communiste chinois sont toujours de grands moments de répression. Pour éviter les voix dissidentes et faire en sorte que les citoyens se mettent au diapason, de nouvelles séries de règles sont adoptées.

Le Parti communiste chinois (PCC) se prépare à fêter le 70e anniversaire de sa prise de pouvoir de la Chine le 1er octobre.

En prévision de l’événement, l’Administration nationale de la radio et de la télévision (NRTA), l’agence d’État qui supervise les industries de la radio et de la télévision en Chine, a publié une règle un peu particulière le 31 juillet. Toutes les chaînes de télévision en Chine devront diffuser des programmes dits « films rouges » à la gloire du Parti.

L’agence a publié une liste de 86 émissions dramatiques que les chaînes de télévision doivent diffuser dans les 100 prochains jours, expliquant que cela constituera la nouvelle priorité des radiodiffuseurs, qui se doivent d’être « politiquement droits ».

Directive

Le programme télé sera donc regardé de près par les organes de propagande. La NRTA a demandé que tous les radiodiffuseurs « ne diffusent pas de film historique ou de jeunes idoles » – se référant aux feuilletons télévisés se déroulant dans la Chine antique ou mettant en vedette de jeunes célébrités populaires – dans les 100 prochains jours.

Figurants habillés en costumes de la dynastie Qing en tournage dans le Zhejiang. (China Photos/Getty Images)

Les radiodiffuseurs devront plutôt choisir des films correspondant au style de la liste approuvée, « avec un thème clair […] qui met l’accent sur les différentes phases de gloire et de combat dans lesquelles le peuple chinois s’est levé, est devenu riche et est devenu fort ».

Les émissions de la liste, produites en 2018 et 2019, comprennent Lovely China, un récit biographique de la vie de Fang Zhimin, ancien haut fonctionnaire du PCC, qui a conduit les villageois à combattre le gouvernement du Kuomintang pendant la guerre civile chinoise des années 1920 et 1930, et Great Turn, un récit de la façon dont Mao Zedong, ancien dirigeant du PCC, a mené les soldats armés à la victoire du Kuomintang et à la guerre civile.

D’autres films, comme Diplomatic Events, s’évertuent à présenter le respect qu’éprouve la communauté internationale pour le régime chinois. Cette dernière série télévisée dépeint les anciens dirigeants du Parti, Mao, Zhou Enlai, Deng Xiaoping et Chen Yi comme d’habiles diplomates qui ont remporté un grand honneur pour le Parti.

Un certain nombre de médias chinois et taïwanais ont également rapporté que le régime chinois a retiré six films qui devaient être projetés cet été. Il s’agit de The Eight Hundred, une représentation dramatique de la façon dont 800 soldats du Kuomintang ont défendu le pays contre l’invasion de l’armée japonaise en 1937, et The Legend of Guan Gong, sur le général éponyme (160-220 de notre ère) de la Chine des trois royaumes. Dans les temps modernes, il est souvent vénéré comme une divinité. Le film a peut-être incommodé les tendances athées du Parti.

Commentaires

Les observateurs chinois affirment que la censure est en hausse puisque cette année coïncide avec des moments sensibles, comme le 30e anniversaire du massacre de la place Tiananmen.

« Le déclin de l’économie chinoise est une autre raison importante », a déclaré le commentateur Li Jiabao à la station Radio Free Asia le 1er août, soulignant que le régime craint que les difficultés économiques ne poussent les citoyens à exprimer leur désaccord contre le régime du Parti.

RECOMMANDÉ