Le régime chinois perquisitionne des domiciles et incarcère des pratiquants de Falun Gong à l’approche du 100e anniversaire du PCC

Par Nicole Hao
19 juin 2021
Mis à jour: 19 juin 2021

Le régime chinois a fait des descentes dans les maisons des pratiquants de Falun Gong et les a détenus dans tout le pays au cours du mois de juin, en prévision de la célébration de son centenaire le 1er juillet.

Le Parti communiste chinois (PCC) célébrera le mois prochain le centenaire de sa fondation. Afin de « maintenir la stabilité sociale », terme utilisé par le régime pour justifier son règne totalitaire en Chine, le PCC a annoncé une série de contrôles stricts sur le peuple chinois en juin, en particulier à Pékin, la capitale du pays.

Les pratiquants de Falun Gong – une pratique spirituelle traditionnelle chinoise issue de l’école du Bouddha qui enseigne les valeurs d’authenticité, de bienveillance et de tolérance – figurent parmi les cibles que le régime veut contrôler.

Depuis le 1er juin, des pratiquants ont fait l’objet de descentes à leur domicile par la police locale. Leurs biens privés ont été saisis et certains policiers ont même arrêté des membres de leur famille qui n’étaient pas pratiquants.

« Nous condamnons toutes les formes de persécution du PCC [sur les pratiquants de Falun Gong] », a dit à Epoch Times Erping Zhang, porte-parole du Centre d’information Falun Dafa à New York, le 17 juin.

« La persécution du PCC est en cours depuis juillet 1999. Il n’y a aucune indication, jusqu’à présent, d’un quelconque changement de politique de la part du PCC, et nous continuons à assister à la campagne impitoyable de persécution contre les pratiquants de Falun Gong en Chine », a déclaré Zhang. « Nous continuons à appeler les personnes de bonne conscience du monde entier à s’élever contre la violence du PCC à l’égard du Falun Gong. »

Des pratiquants de la discipline spirituelle Falun Gong se rassemblent lors d’un défilé à New York pour célébrer la Journée mondiale du Falun Dafa et protester contre la persécution continue du groupe par le Parti communiste chinois en Chine, le 13 mai 2020. (Larry Dai/Epoch Times)

Détentions à grande échelle

Le 10 juin, le département de la police municipale de Mudanjiang, dans la province du Heilongjiang (nord-est de la Chine), a ordonné aux policiers des 6 comtés et 4 districts de la ville d’arrêter les pratiquants de Falun Gong à leur domicile.

Le régime a déclaré que ces arrestations faisaient partie d’une campagne qu’il a baptisée « Sécurité du 1er juillet ».

En l’espace de 36 heures, la police a arrêté 28 pratiquants de Falun Gong dans la ville, en a harcelé 6 autres et a saisi des téléphones portables, des ordinateurs, des imprimantes, des livres, de l’argent liquide et même des cartes bancaires au domicile des pratiquants, a rapporté Minghui.org, un site Internet consacré à la documentation de la persécution du Falun Gong en Chine.

Le 10 juin à 3 heures du matin, plusieurs policiers ont fait irruption dans la maison de Guo Libin, pratiquant du Falun Gong, à Hailin, une ville du comté de Mudanjiang, ont arrêté Guo et sa femme, ont pris la carte bancaire du fils de Guo et ont fait une descente chez sa sœur, saisissant son système de divertissement, ses téléphones portables et ses livres.

À 8 heures du matin, des policiers du district d’Aimin ont engagé un serrurier et se sont introduits dans la maison du pratiquant Chen Yanwei alors que Chen et sa famille étaient chez eux. Ils ont ensuite placé Chen et sa sœur Chen Yanfu en détention.

Dans certains cas, la police a même utilisé du gaz poivré sur des pratiquants qui tentaient de protéger leurs biens.

Des pratiquants de la discipline spirituelle Falun Gong se rassemblent lors d’un défilé qu’ils ont organisé à New York pour célébrer la Journée mondiale du Falun Dafa et pour protester contre la persécution incessante du groupe par le Parti communiste chinois en Chine, le 13 mai 2020. (Larry Dai/Epoch Times)

Dans la ville de Dalian, dans la province du Liaoning (Nord-Est de la Chine), 29 pratiquants de Falun Gong et au moins 6 membres de leur famille non pratiquants ont également été arrêtés à leur domicile entre le 1er et le 3 juin dans le cadre de la campagne « Sécurité 1er juillet » du régime, tandis que la police de la province du Shandong (est de la Chine) a effectué ses propres descentes à domicile chez des pratiquants de Falun Gong dans le cadre de cette campagne.

Minghui.org a également fait état d’arrestations similaires dans les villes de Pékin et de Tianjin, ainsi qu’au Sichuan, au Guangdong, au Gansu, au Hebei, au Yunnan et dans une douzaine d’autres provinces.

La peur de perdre le pouvoir

Le régime chinois a lancé sa cruelle persécution pour éradiquer le Falun Gong en juillet 1999, et on estime que des millions de pratiquants ont été détenus, torturés et même tués au cours des 22 dernières années.

La nouvelle campagne liée au centenaire a d’autres raisons qui s’ajoutent à la persécution continue.

Une peinture illustrant la méthode de torture consistant à « suspendre des briques autour du cou ». Il s’agit de l’une des méthodes de torture les plus courantes utilisées pour briser l’esprit des pratiquants de Falun Gong déterminés et les contraindre à renoncer à leur croyance. (FalunArt.org)

« Le régime du PCC a emprisonné des pratiquants de Falun Gong, des pétitionnaires, des militants pour la démocratie et même des ultra-gauchistes en qui il n’a pas confiance avant le centenaire », a dit à Epoch Times le 17 juin Tang Jingyuan, commentateur des affaires chinoises basé aux États-Unis. « C’est parce que le dirigeant chinois Xi Jinping et les autorités de Pékin ont peur de perdre le pouvoir. »

Tang Jingyuan a souligné que le régime veut consolider sa dictature, et que Xi veut résolument s’accrocher à sa position totalitaire.

« Au cours des dernières décennies, les pratiquants de Falun Gong ont révélé les persécutions qu’ils ont subies en Chine, et exposé les crimes commis par le PCC lorsque celui-ci était confronté aux appels à mettre fin à la persécution, à l’intérieur et à l’extérieur de la Chine. Cela fait peur au PCC », a déclaré Tang Jingyuan.

« Le PCC veut faire taire les pratiquants de Falun Gong en intensifiant la persécution en mettant en détention autant de pratiquants que possible. Mais l’histoire a montré au PCC que les personnes qui ont des convictions, comme les pratiquants de Falun Gong, n’ont pas peur du mal. Ils feront ce qu’ils croient être bon pour les autres et pour la société. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ