Le régime chinois utilise les médias sociaux pour diffuser sa propagande à l’échelle mondiale

Par Bowen Xiao
26 mars 2020
Mis à jour: 26 mars 2020

Les plateformes de médias sociaux sont des outils majeurs utilisés par le Parti communiste chinois (PCC) dans le cadre de sa campagne mondiale de désinformation destinée à trafiquer le récit sur la pandémie pour le tourner en sa faveur.

D’innombrables articles et éditoriaux – qui colportent souvent de fausses théories de conspiration sur le virus du PCC* ou qui rejettent la faute sur les États-Unis – sont publiés sur Facebook et Twitter par les comptes médias gérés par l’État chinois. Dans le même temps, un nombre considérable de diplomates chinois diffusent activement des récits sanctionnés par l’État sur leurs propres comptes de médias sociaux.

Ces derniers jours, les médias d’État ont diffusé les messages « Pandémie de Trump » et « Virus de Trump » sur les médias sociaux, et certains aux États-Unis les suivent. Cette propagande a suscité l’inquiétude des législateurs américains des deux côtés de l’Atlantique. Ils affirment qu’une telle campagne est non seulement malhonnête, mais dangereuse.

Epoch Times a contacté les porte-parole de Twitter et de Facebook, mais n’a pas reçu de réponse sur la question à savoir si les entreprises sont au courant de cette campagne de désinformation, comment elles la combattent ou si elles ont l’intention de le faire.

Walter Lohman, directeur du Centre d’études asiatiques de la Fondation Heritage, a déclaré que les États-Unis doivent se méfier de toute information ou chiffre provenant du PCC, car les données sont « très sensibles politiquement, ce qui les rend peu fiables ».

« La Chine se voit clairement dans une lutte d’influence politique à long terme antérieure à la pandémie du coronavirus et qui se poursuivra longtemps après sa résolution », a déclaré M. Lohman au journal Epoch Times.

La campagne de désinformation – qui vise de plus en plus les États-Unis – est une tactique courante utilisée par le PCC dans sa stratégie globale générale. Les robots du PCC ont également envahi Twitter pour défendre le régime communiste, attaquer les États-Unis et diffuser ces messages de propagande.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a été l’une des voix les plus actives dans la désinformation sur Twitter et a été l’un des premiers à affirmer que le virus venait des États-Unis. Zhao Lijian a plus de 500 000 abonnés sur Twitter. Beaucoup de ses messages de conspiration sont toujours en ligne.

Ray Walsh, expert en confidentialité numérique chez ProPrivacy, a déclaré à Epoch Times : « Il ne fait aucun doute que le gouvernement chinois comprend que les médias sociaux offrent un puissant moteur de désinformation. »

« Ce potentiel viral pour la diffusion de la désinformation est ce qui fait des médias sociaux un outil si utile pour diffuser de fausses nouvelles et provoquer la discorde et la confusion », a-t-il déclaré.

Ray Walsh affirme que le PCC tente probablement aussi de « convaincre son propre peuple » – et pas seulement d’autres pays – en essayant d’ensemencer la conspiration selon laquelle le virus provient des États-Unis.

Les Chinois n’ont pas accès à ces plateformes de médias sociaux et sont alimentés par un flux constant de propagande du régime communiste. Bien que les discours véhiculés par les autorités chinoises puissent changer rapidement, les objectifs sont les mêmes : rejeter la responsabilité de leur gestion déplorable du virus du PCC et donner l’impression qu’ils ont réussi à contenir l’épidémie.

Des documents internes du gouvernement obtenus par Epoch Times ont mis en évidence la façon dont le régime a délibérément minimisé le nombre de cas du virus PCC et censuré les conversations sur l’épidémie, contribuant ainsi à favoriser la propagation de la maladie.

Les législateurs demandent à Twitter de bannir les responsables du PCC de la plateforme des médias sociaux, et un groupe de sénateurs réclame la création d’un nouveau groupe de travail pour contrer directement la propagande.

« Ce n’est pas très surprenant, bien que l’effronterie le soit », a déclaré M. Lohman, en référence à la désinformation. « La Chine a toujours mené une guerre politique, contre Taiwan, les Tibétains, les Ouïghours, le Falun Gong et d’autres ennemis présumés de l’État chinois. »

Plusieurs raisons peuvent expliquer pourquoi les États-Unis ont été la principale cible de la propagande chinoise. D’autres pays occidentaux, tels que l’Italie, ont récemment été également visés par les médias d’État, mais dans une moindre mesure.

Les États-Unis sont considérés par la Chine comme son principal concurrent, a déclaré M. Lohman. La Chine est également « susceptible de s’engager dans ce qu’elle perçoit comme un comportement de type ‘donnant-donnant’ dans sa guerre commerciale avec les États-Unis, qui a attaqué un pilier clé de la légitimité du PCC ».

Donald Trump a également mentionné à plusieurs reprises la Chine comme étant responsable du virus PCC, qui est apparu à Wuhan en décembre, et Pékin est déterminé à éviter d’être tenu pour responsable, a-t-il déclaré.

Ces dernières semaines, le PCC a déclaré qu’il n’y avait pas de nouveaux cas de ce virus. Il affirme également que la Chine est désormais confrontée à une menace plus importante d’infections importées de l’étranger. Une série de documents internes du régime obtenus par Epoch Times montre cependant que la situation dans la ville de Wuhan est bien pire que ce qui a été officiellement rapporté. Les citoyens chinois décrivent également une réalité différente sur le terrain.

Il est difficile d’établir la vérité sur la situation en Chine, a déclaré M. Lohman.

« Dans un pays de la taille de la Chine, avec 1,3 milliard d’habitants, il est difficile d’imaginer que le coronavirus a été éradiqué et que tous les nouveaux cas soient importés », a-t-il déclaré.

« La question est ouverte, par exemple, de savoir si le coronavirus peut se trouver dans le système chinois des prisons et des camps de travail, puisque ceux-ci ne sont pas ouverts à l’inspection extérieure », a déclaré M. Lohman. « De même, on ne sait pas, mais il est difficile d’accréditer l’idée que parmi les 2 millions de militaires chinois, il n’y ait pas eu de cas de coronavirus. »

Lutte contre la propagande

Dans une lettre adressée le 20 mars au PDG de Twitter, Jack Dorsey, le sénateur Ben Sasse (Républicain-Nebraska) et le député Mike Gallagher (Républicain-Wisconsin) estiment que les fonctionnaires chinois devraient être bannis de la plateforme.

« En interdisant Twitter en Chine, le Parti communiste chinois maintient ses citoyens dans l’ignorance. En diffusant sa propagande sur Twitter, le Parti communiste chinois ment au reste du monde », ont écrit les législateurs.

Ils ont déclaré que la propagande qui occulte l’origine du virus du PCC « compromet potentiellement les efforts pour contenir et contrôler l’épidémie » et que « ce comportement justifie amplement leur retrait de la plate-forme ».

Le 25 mars, le sénateur Josh Hawley (Républicain-Missouri.) a présenté une résolution dans laquelle il appelle à une enquête internationale sur la stratégie initiale de dissimulation du virus du PCC par le régime. La résolution demande également à la Chine de rembourser « toutes les nations touchées à cause du mensonge du régime chinois sur la propagation du virus ».

Entre-temps, une résolution bipartite présentée par le député Jim Banks (Républicain-Indiana) le 24 mars cherche à condamner le régime chinois pour avoir intentionnellement minimisé l’épidémie du virus du PCC. La résolution est codirigée par le député Seth Moulton (Démocrate-Massachusetts) et compte plus de 35 co-parrains.

* Epoch Times désigne le nouveau coronavirus, responsable de la maladie du Covid-19, comme le « virus du PCC », car la dissimulation et la gestion déplorable du Parti Communiste Chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

RECOMMANDÉ