Le réseau militaire chinois se cache derrière le troisième plus grand fabricant de téléphones portables au monde

Xiaomi a été mise sur liste noire par l'administration Trump en tant qu'entreprise militaire contrôlée par le PCC
Par Jack Lee et Jennifer Zeng
13 février 2021
Mis à jour: 14 février 2021

Xiaomi, le troisième fabricant mondial de téléphones portables et le deuxième de Chine, a nié ses liens avec l’armée après avoir été mis sur la liste noire de l’administration Trump en tant qu’entreprise militaire contrôlée par le PCC. Mais un examen plus approfondi du passé et des liens de son fondateur et PDG, Lei Jun, a permis de découvrir un énorme réseau de liens étroitement imbriqués avec l’armée du Parti communiste chinois (PCC).

Xiaomi : liste noire et déni

Le 14 janvier, l’administration Trump a ajouté 9 entreprises chinoises, dont Xiaomi, à la liste des sociétés détenues ou contrôlées par les militaires du PCC. Les entreprises figurant sur la liste sont soumises à des restrictions, dont l’interdiction des investissements américains.

Le cours de l’action du groupe Xiaomi a immédiatement plongé après cette annonce, le cours de son action à Hong Kong ayant chuté de 13,6 % à un moment donné.

Xiaomi a rapidement publié une déclaration le jour suivant, indiquant que « la société confirme qu’elle n’est pas détenue, contrôlée ou affiliée à l’armée chinoise, et qu’elle n’est pas une ‘société militaire communiste chinoise’ définie par le NDAA (National Defense Authorization Act) ».

Xiaomi a tenté de développer ses propres puces mais n’a pas réussi. Malgré cela, son expansion mondiale a été très rapide, avec des marchés importants en Inde, en Asie du Sud-Est et en Europe.

Examen plus en profondeur les gens derrière Xiaomi

Un examen superficiel des opérations commerciales ou de la structure de l’actionnariat de Xiaomi ne révèle pas de liens directs avec l’armée du PCC. Cependant, une enquête sur un facteur plus important – les personnes qui ont fondé, contrôlé et dirigé l’entreprise – aboutit à une conclusion différente.

Le fondateur de Xiaomi, Lei Jun, est un cadre supérieur et actionnaire de la société de logiciels chinoise Kingsoft. Il a rejoint la société en janvier 1992 et en est devenu le directeur général en 1994, alors qu’il n’avait que 25 ans. En 2007, sous sa direction, Kingsoft est devenue une société cotée en bourse à Hong Kong.

Le Chinois Zhang Kaiqing est le fondateur de Kingsoft.

Zhang Kaiqing : contourner les restrictions occidentales et expédier des puces vers la Chine

Selon un article de fond publié en 2019 par Tencent, un conglomérat technologique multinational chinois, Zhang Kaiqing est né à Maurice et s’est installé en Chine en 1935. Après avoir obtenu son diplôme de l’université de Tongji à Shanghai, il a rejoint le Southward Service Corps de l’armée communiste à Fujian, où il était responsable de l’éducation et de la culture au sein du Comité de gestion militaire de Quanzhou, puis a été directeur du département d’enseignement de l’école de santé de Quanzhou.

En 1972, la mère de Zhang Kaiqing meurt à Hong Kong. Il s’est rendu à Hong Kong dans l’espoir d’hériter d’une partie de sa fortune, mais n’a finalement rien obtenu. Après cela, il est resté à Hong Kong et s’est lancé dans le commerce des puces.

Pendant cette période, les pays occidentaux limitaient les exportations de technologies vers la Chine dans le cadre de l’accord du Comité de coordination des exportations vers les pays communistes (pdf). En conséquence, le PCC ne pouvait pas acheter de puces directement à l’Occident. Mais Zhang Kaiqing a utilisé ses relations personnelles pour expédier des puces en Chine depuis l’étranger, selon l’un des principaux sites internet chinois Sohu.

Plus tard, la Commission des sciences, des technologies et de l’industrie pour la défense nationale (COSTIND) du PCC a demandé à Zhang Kaiqing de créer une entreprise pour pouvoir lui acheter des puces à l’avenir.

Les puces obtenues par l’intermédiaire de Zhang Kaiqing ont été utilisées par le PCC pour construire des sous-marins, des satellites et d’autres applications.

COSTIND appartient directement à la Commission militaire centrale du PCC, mais était sous la double direction du Conseil d’État et de la Commission militaire centrale. Elle gère la recherche scientifique de défense du PCC ainsi que la production et le commerce extérieur de produits militaires au nom de la Commission militaire centrale.

En mars 1998, à la suite d’un remaniement organisationnel, l’ancien COSTIND a été réorganisé pour devenir le ministère de l’Armement général, et un COSTIND distinct appartenant à la branche gouvernementale a été créé.

Zhang Xuanlong : un favori de Hu Jintao et Jiang Zemin

En 1978, après avoir fourni des puces au PCC pendant plusieurs années, une nouvelle Kingsoft a été créée. Trois ans plus tard, en 1981, le fils de Zhang Kaiqing, Zhang Xuanlong, a repris l’entreprise et s’est spécialisé dans le commerce des puces.

En 1984, Zhang Xuanlong s’installe à Zhongguancun à Pékin, où il travaille avec succès avec de grandes entreprises comme Sitong (connue sous le nom de Stone en 1984), le groupe fondateur de l’université de Pékin et Lenovo. Il a finalement remporté le titre de « Parrain de Zhongguancun ». Zhongguancun est un centre technologique situé dans le district de Haidian à Pékin. De nombreuses entreprises de haute technologie y sont implantées.

Zhang Xuanlong a connu un tel succès qu’il a été accompagné par les deux dirigeants du PCC, Jiang Zemin et Hu Jintao, à l’occasion de leur voyage à l’étranger pour participer à la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) en tant que membres de la délégation des entrepreneurs.

Qiu Bojun : un prix remis personnellement par Jiang Zemin

À la fin des années 1980, Zhang Xuanlong a décidé de construire et de vendre son propre logiciel. Il a ouvert un bureau à Shenzhen et a recruté Qiu Bojun, alors âgé de 24 ans, qui a développé WPS, un logiciel de traitement de texte chinois similaire à celui de Microsoft.

Kingsoft a ensuite été transféré à Pékin en 1988 et confié à Qiu Bojun.

Qiu Bojun est diplômé de l’Université nationale des sciences et technologies de la défense de l’Armée populaire de libération (APL). En 2001, il a remporté le deuxième prix du National Science and Technology Progress Award et a été personnellement reçu par Jiang Zemin. Il s’agit de la plus haute distinction nationale jamais décernée à l’industrie du logiciel.

Lei Jun et Qiu Bojun : frères et camarades de 30 ans

En 1992, Qiu Bojun a recruté un de ses grands fans, Lei Jun, alors âgé de 23 ans, pour devenir le sixième employé de Kingsoft.

Depuis lors, Lei Jun de Qiu Bojun et Xiaomi sont aussi proches que des « frères » et des « camarades ». Dans un article intitulé « Trente ans de Qiu Bojun et Lei Jun« , Lei Jun a été citée comme ayant publié sur son compte de média social Weibo : « 30 ans de ma vie, 30 ans de fraternité, tous sont si chers à mon cœur. Combien de 30 ans peut-on avoir dans sa vie, et combien de camarades peut-on obtenir dans toute sa vie ? »

Lei Jun et Qiu Bojun ont vécu ensemble et ont réussi à traverser des moments très difficiles au début des années 1990.

En 1998, Kingsoft a réussi à obtenir un investissement de 4,5 millions de dollars de Lenovo, et Lei Jun, 28 ans, a été promu au poste de PDG.

Lei Jun a démissionné de son poste de PDG de Kingsoft en 2007, puis a été reclassé de directeur exécutif à directeur non exécutif en août 2008.

Lei Jun est le président et le directeur général de Xiaomi depuis 2010.

Xiaomi et Kingsoft : un contexte militaire entremêlé

En 2011, lors de la création de Kingsoft Office Limited, Lei Jun en est devenu le directeur exécutif. Il est actuellement le directeur de l’émetteur et le président honoraire du conseil d’administration.

Les faits ci-dessus montrent que le fondateur de Xiaomi, Lei Jun, a des liens profonds avec Kingsoft, qui a un solide passé militaire et a été créée à la demande de COSTIND, la commission militaire du PCC.

Lei Jun et GalaxySpace

Cependant, les liens de Lei Jun avec les militaires du PCC ne s’arrêtent pas à Kingsoft. Il est également investisseur dans GalaxySpace, dont la mission est de « produire en masse de petits satellites à faible coût et à haute performance » et de créer un « réseau mondial de communication 5G convergent ».

Il est intéressant de noter que le nom de Lei Jun ne figure que sur la page « about » de la version chinoise de GalaxySpace, comme l’un des trois seuls principaux responsables, mais pas sur la version anglaise de sa page « about ». On peut se demander ce que la société veut cacher aux lecteurs anglophones.

Les deux autres personnes les plus importantes sur la page « about » chinoise de GalaxySpace sont son président et fondateur Xu Ming et le président du comité technique Deng Zongquan, qui est un académicien de l’Académie chinoise d’ingénierie.

Projet de défense nationale 973

Deng Zongquan a également les titres suivants : Directeur des institutions aérospatiales et des technologies de contrôle du laboratoire des disciplines clés de la défense nationale ; et scientifique en chef du projet national « 111 » de la défense nationale 973.

Alors qu’est-ce que le projet 973 de la Défense nationale ?

Selon le moteur de recherche chinois Baidu, le nom complet du Projet de défense nationale 973 est le Programme majeur de recherche fondamentale sur la sécurité nationale, également connu sous le nom de Projet militaire 973. Les initiatives du Projet de défense nationale 973 sont des projets stratégiques, fondamentaux et tournés vers l’avenir. Il s’agit de projets de recherche fondamentale majeurs au niveau national, sélectionnés par le ministère de l’Armement général du PCC en fonction de la tendance du développement technologique des équipements futurs, et menés en coopération avec les principales institutions de recherche dans des domaines connexes en Chine.

En fait, la plupart des projets de cette catégorie sont confidentiels et ne sont pas divulgués au public. Le prédécesseur du ministère de l’Armement général est COSTIND, l’agence du PCC derrière Kingsoft.

La référence Starlink de GalaxySpace

L’arrière-plan de GalaxySpace est encore plus mystérieux.

« GalaxySpace a été fondé en 2016. Nous nous sommes engagés à produire en masse des petits satellites à faible coût et à haute performance grâce à un mode de développement agile et rapide, et à construire la première constellation de satellites à large bande en orbite terrestre basse et une couverture mondiale avec un réseau de communication 5G », peut-on lire sur son propre site web

Après seulement plus d’un an, GalaxySpace avait développé le premier satellite de communication à large bande en orbite basse de la Chine, avec une capacité de communication de 10 gigabits par seconde. Le satellite a été lancé le 16 janvier 2020, au centre de lancement de satellites de Jiuquan. La fusée était une Kuaizhou 1A développée par la China Aerospace Science and Industry Corporation. Le satellite est entré avec succès sur son orbite prévue.

Une des missions de GalaxySpace est de fournir « une couverture mondiale avec un réseau de communication 5G ». Cette mission est similaire au programme Starlink de SpaceX, que le PCC surveille de près et auquel il tient beaucoup. Selon un reportage des médias chinois, « le principal concurrent de GalaxySpace est le programme américain ‘Starlink’ de SpaceX ».

Selon un rapport (pdf) d’une une banque d’investissement et de courtage chinoise China Galaxy Securities publié le 31 décembre 2020, Xu Ming, le PDG de GalaxySpace, a déclaré en février 2020 qu’après le lancement de son premier satellite, GalaxySpace a comparé ses indicateurs techniques avec ceux des tests publics de Starlink et est arrivé à deux conclusions : premièrement, il est possible de créer un internet par satellite grâce à des satellites en orbite basse qui fournissent des connexions réseau 4G et 5G ; deuxièmement, les sociétés chinoises d’internet par satellite peuvent utiliser pleinement Starlink comme référence en termes de technologie.

Réduire l’écart avec les États-Unis d’ici deux ans

Le 11 novembre 2020, la version chinoise du Global Times, média qui sert de porte-parole au PCC, a publié un article intitulé « GalaxySpace Receive New Financing. Le PDG Xu Ming : construire le satellite Internet de la Chine ».

Selon l’article, le deuxième satellite de communication à large bande de GalaxySpace, développé de façon indépendante, est maintenant entré dans la phase finale d’assemblage. Xu Ming aurait déclaré : « Ensuite, GalaxySpace se concentrera sur la construction d’une super usine à Nantong pour produire 300 à 500 satellites par an. Une fois terminée, l’usine sera la première ligne de production intelligente de l’industrie spatiale commerciale chinoise à rivaliser avec le programme Starlink, et devrait permettre de réduire l’écart entre la capacité de production de satellites de prochaine génération de la Chine et celle des États-Unis d’ici deux ans. »

Xu Ming : la connexion entre GalaxySpace et Kingsoft

Selon GalaxySpace, Xu Ming est également le co-fondateur et l’ancien président de Cheetah Mobile, ainsi que l’ancien directeur technique de Qihoo 360.

Selon le site web de Cheetah Mobile, en 2010, « Kingsoft Security fusionne avec Conew Image pour créer Kingsoft Network (rebaptisé par la suite Cheetah Mobile) ».

On peut en déduire que Xu Ming a également des liens avec Kingsoft, qui a des liens militaires forts.

Internet par satellite : une nouvelle infrastructure pour le PCC

En avril 2020, la Commission du développement et de la réforme du Comité central du PCC a également inclus l’internet par satellite dans le champ d’application des « nouvelles infrastructures ».

Actuellement, les équipes nationales officielles du PCC, représentées par le groupe des sciences et technologies spatiales et des sciences et industries aérospatiales du PCC, ont proposé respectivement le « Projet Hong Yun » et la « Constellation Hong Yan ».

Entre-temps, les entreprises privées représentées par GalaxySpace ont également rejoint l’industrie de l’Internet par satellite du PCC.

Starlink : un intérêt stratégique essentiel des États-Unis pour le PCC

Starlink est un projet de constellation d’internet par satellite proposé pour la première fois par SpaceX en janvier 2015 pour fournir un accès internet à haut débit dans le monde entier par le biais de satellites en orbite proches de la Terre. L’entreprise prévoit de lancer environ 12 000 satellites en orbite proches de la terre entre 2019 et 2024, en construisant un réseau géant de satellites à trois couches qui reliera à terme tous les satellites en une « constellation » géante pour fournir une couverture Internet mondiale par satellite à haut débit et à faible coût, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Avec plus de 700 satellites déjà lancés et déployés, Starlink prévoit de fournir des services pouvant couvrir la quasi-totalité de la terre d’ici à la fin 2021 et envisagera de passer à 42 000 satellites à l’avenir.

En novembre de l’année dernière, le Commandement indo-pacifique américain a révélé le programme Starlink de la Force spatiale américaine, déclarant que la Force spatiale américaine travaillait avec SpaceX pour déployer une chaîne massive de réseaux de satellites spatiaux, ajoutant des satellites militaires au programme Starlink.

Les médias du PCC ont affirmé publiquement et à plusieurs reprises que le développement de l’Internet par satellite s’inscrit dans le contexte de la défense nationale du PCC et qu’il vise le programme Starlink des États-Unis. Ce qu’il vise à fragiliser, ce sont les intérêts stratégiques fondamentaux des États-Unis.

En tant que membre de l’Assemblée populaire nationale du PCC, Lei Jun a présenté des propositions lors des réunions des deux sessions du PCC pendant deux années consécutives. Lors de l’Assemblée populaire nationale de 2019, Lei Jun a fait des « propositions sur l’amélioration de la capacité d’innovation et le développement vigoureux de l’industrie spatiale industrielle ». Lors de la session 2020, il a lancé « une proposition sur la promotion du développement de l’industrie de l’Internet par satellite ».

Lei Jun a également utilisé sa société Shunwei Capital spécialisée dans les capitaux à risque pour investir directement dans un certain nombre d’entreprises aérospatiales.

Après le lancement réussi du premier satellite de GalaxySpace, Lei Jun a déclaré sur Weibo : « Nous, chez Shunwei Capital, avons la chance d’avoir investi très tôt dans GalaxySpace et d’être devenus un investisseur majeur de GalaxySpace. »

Lei Jun a déclaré que, de 2018 à 2019, Shunwei Capital avait survécu grâce à ses investissements dans GalaxySpace.

Des informations publiques montrent que Shunwei Capital a été fondé par Lei Jun et Xu Dalai en 2011. Il gère un fonds de 2,96 milliards de dollars et un fonds de 2 milliards de RMB.

Selon le National Business Daily chinois, Shunwei Capital a commencé à s’intéresser au domaine de l’espace commercial en 2015 et 2016. À partir de 2017, il a investi dans quatre sociétés spatiales commerciales, dont Interstellar Glory et Deep Blue AeroSpace dans le domaine des fusées, et Qiansheng Exploration et GalaxySpace dans le domaine des satellites.

Le jour de la veille avant que Xiaomi ne soit mise sur la liste noire du gouvernement américain, le Bureau de réglementation des valeurs mobilières de Pékin a annoncé le 13 janvier qu’Interstellar Glory avait l’intention de devenir une société cotée au Conseil de l’innovation scientifique et technologique de Chine. Si la société est cotée avec succès, elle deviendra la première société privée de fusées.

Selon les informations publiques, Interstellar Glory a été fondée en octobre 2016 et est la première entreprise privée en Chine à achever le lancement d’une fusée porteuse en orbite. La fusée porteuse solide à petite échelle développée par l’entreprise a été lancée avec succès depuis le centre de lancement de satellites de Jiuquan en Chine le 25 juillet 2019.

Combien les Américains ont-ils investi dans Xiaomi ?

Actuellement, le gouvernement américain utilise deux listes noires différentes de sanctions contre les entreprises chinoises ayant des liens avec le régime du PCC : une liste d’entités compilée par le ministère du Commerce et une liste des entreprises militaires du PCC compilée par le ministère de la Défense. Il existe des sanctions différentes pour chaque type d’entreprise cible. Xiaomi et Huawei figurent toutes deux sur la liste du Pentagone, tandis que Huawei figure également sur la liste du ministère du Commerce.

Les entreprises figurant sur la liste du ministère du Commerce n’ont pas le droit de faire des affaires avec des entreprises américaines sans l’autorisation du gouvernement américain, tandis que les entreprises figurant sur la liste du ministère de la Défense des entreprises militaires communistes chinoises n’ont pas le droit de recevoir des investissements de la part de personnes américaines.

Selon les informations figurant sur le site web de la CCASS (Central Clearing and Settlement System) de Hong Kong, au 9 février, les entreprises américaines détiennent une grande partie des actions de Xiaomi.

Parmi eux, JP Morgan détient 2,468 milliards d’actions, soit 9,79 % du capital social émis ; Citibank détient 2,327 milliards d’actions, soit 9,23 % ; Goldman Sachs en détient moins, soit 722 millions d’actions, soit 2,86 % ; et Morgan Stanley détient moins, soit 469,8 millions d’actions, soit 1,86 %.

Au total, ces quatre sociétés américaines détiennent 23,74 % des actions de Xiaomi.

En vertu du décret de l’ancien président Donald Trump publié le 14 janvier, les investisseurs américains sont tenus de céder leurs titres dans 9 entités chinoises, dont Xiaomi, avant le 11 novembre 2021.

L’administration Trump a fait valoir que les investissements américains dans les entreprises chinoises supportaient le développement et l’expansion de l’armée du PCC, qui poursuit une stratégie de développement civilo-militaire intégré. Cette stratégie supporte les objectifs de modernisation militaire du PCC en assurant que l’armée a accès aux entreprises, aux universités et aux programmes de recherche chinois qui semblent être des entités civiles, afin d’acquérir et de développer des technologies et des compétences avancées.

En 2015, le leader chinois Xi Jinping a proposé pour la première fois d’élever « l’intégration et le développement militaro-civils » au rang de stratégie nationale pour le PCC.

Selon Reuters, un haut responsable de l’administration a déclaré que le décret du 14 janvier « garantit que les États-Unis conservent un outil clé pour préserver les investisseurs américains du financement de la modernisation militaire chinoise ».

Le décret a été modifié par le président Joe Biden pour repousser la date butoir du 28 janvier, date à laquelle aucun autre investissement ne serait autorisé.

Le 27 janvier, dans une déclaration affichée sur le site web du département du Trésor américain, l’administration Biden a déclaré que la plupart des investissements dans des sociétés « dont le nom correspond étroitement, mais pas exactement, au nom d’une société militaire communiste chinoise » seraient autorisés jusqu’au 27 mai.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ