Le scientifique américain qui a condamné la théorie de la fuite du laboratoire de Wuhan admet qu’il protégeait les scientifiques chinois

Par Samuel Allegri
21 janvier 2021
Mis à jour: 23 janvier 2021

Le Dr Peter Daszak, scientifique américain et président de l’EcoHealth Alliance basée à New York, a pris la tête d’une initiative en février 2020 visant à mettre fin aux idées selon lesquelles le virus du PCC pourrait s’être propagé en raison d’une fuite accidentelle de l’Institut de virologie de Wuhan.

M. Daszak avait écrit un article publié dans la revue médicale The Lancet, fustigeant les idées ou les soupçons selon lesquels le nouveau virus pourrait ne pas être d’origine naturelle.

L’article avait été écrit avant que des recherches rigoureuses sur les origines du virus ne soient menées.

« Nous nous unissons pour condamner fermement les théories du complot suggérant que le Covid-19 n’a pas une origine naturelle », peut-on lire dans l’article.

M. Daszak a réitéré cette position dans un courriel daté du 6 février 2020 : « Nous nous unissons pour condamner fermement les théories du complot suggérant que le Covid-19 n’a pas d’origine naturelle. Les preuves scientifiques suggèrent de manière accablante que ce virus provient de la faune sauvage, comme tant d’autres maladies émergentes. »

Mais vendredi dernier, son porte-parole a déclaré au Wall Street Journal que sa déclaration largement citée, qui a été utilisée pour écraser les points de vue divergents, ne servait qu’à protéger les scientifiques chinois des critiques en ligne.

« La lettre de The Lancet a été rédigée à une époque où les scientifiques chinois recevaient des menaces de mort, et la lettre se voulait un témoignage de soutien à leur égard alors qu’ils étaient pris entre un travail important visant à stopper une épidémie et l’écrasement du harcèlement en ligne », a déclaré le porte-parole de M. Daszak.

Les États-Unis ont déclaré avoir des raisons de croire que plusieurs chercheurs de l’Institut de virologie de Wuhan sont tombés malades avec des symptômes similaires à ceux causés par le virus du PCC (Parti communiste chinois) à l’automne 2019, ce qui contredit les affirmations d’un chercheur principal de l’établissement qui a déclaré qu’il n’y avait pas d’infections parmi les scientifiques du personnel.

Cette révélation fait partie d’une fiche d’information publiée par le ministère des Affaires étrangères américain le 15 janvier, qui fustige le PCC pour le secret excessif entourant l’origine du virus du PCC, communément appelé nouveau coronavirus.

Epoch Times a publié le premier documentaire sur l’origine du virus du PCC en avril de l’année dernière.

Une équipe de l’OMS arrive à Wuhan pour enquêter sur l’origine du virus du PCC

Une équipe d’experts dirigée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est arrivée dans la ville de Wuhan, en Chine centrale, le 14 janvier, pour enquêter sur l’origine du virus du PCC. Le Parti communiste chinois (PCC) a qualifié la visite de l’OMS de « coopération en matière de recherche scientifique ».

L’équipe de l’OMS arrive dans la ville de Wuhan pour enquêter sur les origines de la pandémie, dans la province de Hubei, en Chine, le 14 janvier 2021. (AP Photo/Ng Han Guan)

Le membre de la famille d’une victime du Covid-19 décédée à Wuhan a déclaré à Epoch Times qu’il pensait que l’OMS ne trouverait rien et qu’elle était simplement utilisée par le régime chinois comme bouc émissaire pour la pandémie.

Deux membres de l’équipe de l’OMS sont restés à Singapour après avoir été testés positifs au virus du PCC, qui provoque la maladie Covid-19. Le 14 janvier, les 13 autres experts sont arrivés à Wuhan, où l’épidémie a fait son apparition en Chine fin 2019.

Les autorités ont exigé que l’équipe de l’OMS soit mise en quarantaine pendant 14 jours à son arrivée. Les experts resteront à Wuhan pendant environ un mois, au cours duquel les autorités ont pris des dispositions pour qu’ils visitent le marché alimentaire de Huanan, les instituts de recherche scientifique locaux et les hôpitaux.

Zhang Hai, un habitant de Wuhan dont le père est décédé du Covid-19 l’année dernière, a déclaré dans une interview accordée à Epoch Times : « L’OMS n’est qu’une figure de proue à mes yeux, un simple instrument, pour dire les choses crûment. Elle cherche maintenant la source du virus, et le premier anniversaire de l’épidémie est passé, et toutes (les preuves) ont disparu. »

Focus sur la Chine – Découvertes sur le laboratoire de Wuhan

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ