Le secret du bonheur chronique à mesure que vous prenez de l’âge

Par Bruce Horovitz, Kaiser Health News
2 décembre 2019 Mis à jour: 4 décembre 2019

Malgré tout ce qui s’est passé, Fletcher Hall ne devrait pas être heureux : à l’âge de 76 ans, le directeur de l’association commerciale à la retraite a eu trois crises cardiaques et huit chirurgies cardiaques. Quatre endoprothèses et un ballon ont été insérés dans son cœur. Il souffre de diabète, de glaucome, d’arthrose aux deux genoux et de neuropathie diabétique aux deux jambes. Il ne peut pas conduire. Il ne peut pas beaucoup voyager. Il ne voit pas très bien. Et sa condition cardiaque limite sévèrement sa capacité à faire de l’exercice. Au cours d’une bonne journée, il peut marcher environ 10 mètres avant d’avoir besoin de se reposer.

Cependant, le résidant de Brooklandville, Maryland, insiste sur le fait qu’il est un homme vraiment heureux, en partie parce qu’il apprécie ce qu’il peut faire. Il ne fait aucun doute qu’avec l’âge, il y a des journées « chien noir », a dit Fletcher. « Je lutte contre le vieillissement tous les jours. Mais je n’abandonne jamais, jamais. Il faut travailler pour être heureux. »

Fletcher se concentre sur les choses qui le rendent heureux : écrire et écouter de la musique et des livres audio. Jongler avec ces passe-temps tout au long de la journée, tous les jours, lui permet d’avoir un sentiment de satisfaction. « Chacune de ces choses m’oblige à utiliser mon esprit, ce qui est une bonne chose. »

Les experts en gériatrie s’entendent pour dire que Fletcher a découvert la bonne formule. « Vous devez être prêt à accepter votre nouvelle réalité et à aller de l’avant », a déclaré la Dre Susan Lehmann, directrice du programme de jour en psychiatrie gériatrique à l’école de médecine de l’Université Johns Hopkins. « Essayez d’avoir la meilleure vie possible là où vous êtes maintenant. »

Vivre avec une maladie chronique complique souvent la vie. La plupart des adultes de plus de 65 ans souffrent de maladies chroniques multiples qui contribuent à la fragilité et à l’invalidité, selon un rapport publié en 2013-2014 par les Centres pour la prévention et le contrôle des maladies aux États-Unis (CDC). Le pourcentage de personnes de 65 ans et plus atteintes de diverses maladies chroniques a également augmenté avec le temps. Selon les CDC, le pourcentage de personnes ayant déclaré souffrir d’hypertension, d’asthme, de cancer et de diabète était plus élevé en 2013-14 qu’en 1997-98.

« Tu dois être prêt à accepter ta nouvelle réalité et à passer à autre chose. » (Pixabay)

Selon le rapport des CDC, les maladies chroniques peuvent avoir un impact dévastateur sur les hommes et les femmes. Environ 57 % des femmes et 55 % des hommes de 65 ans et plus souffrent d’hypertension artérielle. En outre, 54 % des femmes et 43 % des hommes ont déclaré souffrir d’arthrite. Et 35 % des hommes et 25 % des femmes ont déclaré une maladie cardiaque. En même temps, les femmes plus âgées étaient plus susceptibles de signaler des symptômes dépressifs cliniquement pertinents que les hommes plus âgés. En 2014, 15 % des femmes de plus de 65 ans ont signalé des symptômes dépressifs, comparativement à 10 % des hommes.

En fait, la douleur chronique mène plus souvent à la dépression qu’à l’anxiété, a déclaré le Dr Kathleen Franco, doyenne associée de la Lerner School of Medicine de la Cleveland Clinic. Cette dépression engendre alors des douleurs et des souffrances supplémentaires, a-t-elle dit. « Vous avez donc une composante émotionnelle et physique. »

C’est pourquoi Fletcher s’accroche à sa grande passion : l’écriture. Lorsqu’il a pris sa retraite à l’âge de 65 ans, son plan initial était de voyager avec sa femme, Tracey. Ses limitations physiques ont ralenti ces objectifs, alors il est retourné à ce qui lui a apporté le plus grand bonheur. Il reste engagé dans l’actualité quotidienne en écrivant pour deux blogs, dont une rubrique générale défendant ce qu’il appelle ses valeurs « conservatrices compatissantes ».

Fletcher aime aussi la lecture, même si le glaucome l’a rendue presque impossible. Il n’abandonne pas, il utilise son haut-parleur intelligent Amazon Echo pour commander des livres audio. Il adore s’asseoir sur son balcon au soleil et écouter des livres comme The Guns of August. Il aime aussi écouter de la musique classique et country, en particulier les Oak Ridge Boys et le groupe country rock Alabama.

Fletcher a également appris à utiliser l’assistante numérique intégré d’Echo, Alexa, pour l’aider dans des tâches apparemment simples mais difficiles avec une mauvaise vue. Pour lire l’heure, il suffit de demander à Alexa.

Au-delà de cela, évitez d’être pris dans une boucle de frustrations, comme d’essayer de résoudre des problèmes informatiques. Lors d’un récent différend technologique, il a simplement éteint la machine et allumé PBS et Charlie Rose. « Regarder cette émission me permet de garder l’esprit actif », dit-il. Après avoir pris le temps de se détendre, il a pu résoudre le problème technologique.

Fletcher trouve une raison de quitter sa maison tous les jours. Parfois, il fait une course ou rencontre un ami pour le déjeuner. En tant qu’amateur d’oiseaux, il pouvait s’asseoir dans un parc et écouter le chant des oiseaux. « Si je peux combiner un endroit agréable avec le son des symphonies d’oiseaux, alors je suis un campeur heureux », dit-il.

C’est la version de Fletcher de ce que certains experts appellent la « pleine conscience ». La pleine conscience, qui implique souvent une respiration lente et profonde visant à ralentir et à calmer le rythme cardiaque, peut être très efficace chez les personnes âgées et perturbées, a dit le Dr Franco. « C’est simple. Cela ne coûte rien, vous pouvez le faire, et personne ne sait que vous le faites. »

La vraie clé du bonheur n’est pas dans les choses matérielles, mais dans la gratitude pour les simples bienfaits de la vie. (Crédit : Pixabay)

Il y a une autre chose qui fonctionne souvent comme par magie : aider les autres. « Une fois qu’on commence à donner aux autres, on a tendance à ne pas être pris dans ses propres maux et douleurs », dit Dr Franco.

Anne McKinley le sait de première main. Même à l’âge de 85 ans, elle est toujours bénévole pour un groupe de défense des droits des aînés et siège à son conseil d’administration.

Anne fait face aux effets débilitants de la scoliose à vie. Elle combat également le glaucome et ses difficultés de perception visuelle affectent son équilibre. Elle a subi une arthroplastie des genoux et, plus récemment, une chirurgie d’urgence pour une infection qu’elle a contractée à l’hôpital après une chirurgie des parathyroïdiennes, qui a également affecté ses cordes vocales.

La résidente d’Evergreen, au Colorado, a déclaré que c’est le fait de maintenir une attitude très positive et de communiquer constamment avec sa famille et ses amis qui la rend heureuse.

« Avoir l’impression de contrôler ma vie est très important », dit-elle. « La clé, c’est de ne pas se sentir pressé. Je peux accomplir une chose en une journée et me sentir bien. »

Son chemin a été difficile depuis la mort de son mari, Cameron, il y a quatre ans, après 59 ans de mariage. Mais avec sa maîtrise en travail social et son expérience dans ce domaine, elle n’a pas eu de soucis pour savoir utiliser les services sociaux pour les personnes âgées de sa communauté. Cela comprend un service qui effectue des tâches ménagères et d’autres tâches pour un prix modique.

Anne rend toujours visite à sa famille en Floride, bien qu’elle doive utiliser une canne ou une marchette pour se déplacer. Ses petits-enfants viennent souvent lui rendre visite. « Et nous festoyons à chaque fois », dit-elle. Surtout avec les cookies et les gâteaux qu’elle adore faire cuire. Mais le plus important, c’est qu’elle quitte toujours la maison. Elle fait couper ses cheveux toutes les semaines. « C’est la plus belle chose qu’il me reste », dit-elle.

Il y a aussi son chat siamois, Frankie, qui se joint à Anne tous les soirs à 18 h pour regarder les nouvelles du soir pendant qu’elle prépare un apéritif et un martini. « Ma partie préférée, ce sont les olives », dit-elle.

Elle est particulièrement reconnaissante pour ce qu’elle possède, y compris une maison avec un toit de 6 mètres de haut sur un terrain de 7 hectares, où elle peut regarder par la fenêtre et voir la beauté environnante.

La vraie clé du bonheur à tous les âges et à toutes les étapes de la vie, en particulier à un âge avancé, n’est pas le bonheur matériel, mais la gratitude pour les simples bienfaits de la vie, comme rire entre amis ou voir un coucher de soleil avec un être cher, dit le Dr Lehmann. « Ce sont les petites choses de la vie qui finissent par importer plus que tout. »

Bruce Horovitz est journaliste indépendant et écrit régulièrement pour Kaiser Health News, qui a publié cet article. La couverture de KHN sur le vieillissement et l’amélioration des soins aux personnes âgées est soutenue en partie par la Fondation John A. Hartford.

RECOMMANDÉ