Affaire Volkswagen : le secteur automobile français est-il irréprochable ?

26 septembre 2015 Mis à jour: 26 septembre 2015

Scandale dans le milieu automobile mondial, le 18 septembre l’Agence fédérale de protection de l’environnement américaine a révélé la fraude du groupe Volkswagen lors des tests anti-pollution de ces véhicules diesel. Un logiciel se déclenchait automatiquement pour réduire les émissions en Co2 dès que la voiture détectait le mode de test. Le 22 septembre, la ministre de l’Écologie Ségolène Royal s’inquiétant d’une supercherie généralisée a demandé une enquête approfondie pour les véhicules de la marque allemande en France mais également sur l’ensemble du parc automobile français.

« J’ai saisi l’Agence fédérale américaine de protection de l’environnement pour obtenir tous les éléments d’information pertinents, permettant d’apprécier la nature de la fraude et les moyens mis en œuvre pour la détecter », a t-elle déclaré. « J’ai également demandé aux constructeurs nationaux de s’assurer que de tels agissements n’ont pas eu cours en France », ajoute-t-elle, en annonçant le 24 septembre que des tests aléatoires et indépendants allaient être réalisés sur une centaine de voitures en France.

Les constructeurs français se défendent de toute manipulation
En France, les constructeurs Renault et PSA ne semblent pas être inquiets quant à l’éventualité d’une enquête. Cela « permettra de confirmer que les constructeurs français respectent les procédures d’homologation en vigueur dans tous les pays où ils opèrent » a répondu le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) le mardi 22 septembre. Les industriels tricolores soutiennent ainsi la mise en place dès 2017 de tests européens qui permettront de valider sur route les mesures effectuées en laboratoire et aboutiront des cycles d’homologation plus réalistes.

Carlos Ghosn, patron du groupe français Renault explique de son côté que les constructeurs devront faire preuve de transparence et se défend de toute fraude sur les émissions polluantes dans son entreprise. « L’ingénierie Renault respecte la réglementation, elle rappelle que ses véhicules ne sont pas équipés de dispositifs de manipulation permettant de contourner la réglementation sur les émissions », a expliqué au Monde une porte-parole du groupe tricolore.

Du côté de PSA, l’attitude est similaire, le constructeur automobile français « respecte les procédures d’homologation en vigueur dans tous les pays où il opère », assure un responsable de l’entreprise.

Une triche généralisée ?
Mais de nombreuses voix rappellent qu’il y a toujours eu une différence entre les indicateurs de performance des véhicules à la vente (consommation d’essence, émissions polluantes, puissance moteur, etc.) et leurs performances réelles sur la route. En cause des tests d’homologation laxistes réalisés avec des voitures plus performantes.

Didier Laurent, consultant auto pour l’Argus expliquait le 25 septembre sur BFMTV que « tout le monde triche plus ou moins, ou en tout cas adapte les voitures. Quand elles passent les tests ce sont des bolides de concours, ce ne sont pas des voitures que l’on trouve en concessions ». Pour le consultant automobile, il est facile de tricher sans utiliser de logiciel sophistiqué: « Rien qu’en changeant les pneus on peut gagner 3 à 4 grammes de Co2 ».

Une étude publiée le 15 septembre par l’ONG Transport&Environnement rapporte qu’il y a un « écart croissant entre les émissions polluantes en conditions réelles et les résultats des tests » et que « seule une voiture sur dix en Europe respecte réellement les normes antipollution ».

L’association dénonce des conditions des tests qui « ne correspondent pas à celles de la conduite sur route », « trop de flexibilités et de failles dans les protocoles qui permettent aux constructeurs de déjouer le système » et un « manque de transparence des procédures de test ».

Plusieurs associations dénoncent des test d’homologation irréalistes pour une conduite sur route, avec des normes datant des années 50, revues une seule fois en 1990. De quoi remettre à plat tous les indicateurs de performance du secteur automobile français avec un protocole plus réaliste et proche des conditions de conduite normale d’un véhicule.

RECOMMANDÉ