Le singe-araignée renaît dans le Canyon du Sumidero au Mexique, après 30 ans d’extinction dans la région

Par La Gran Epoca
17 décembre 2019 Mis à jour: 17 décembre 2019

Au bord de la jungle du parc national du Canyon du Sumidero, dans l’État du Chiapas au sud-est du Mexique, deux singes-araignées gardent et protègent jalousement le nouveau membre de la famille.

Il s’agit de leur première progéniture, une femelle de trois mois de cette espèce en voie de disparition, qui est maintenant revenue se reproduire dans ce coin du Mexique.

Les spécimens ont été relâchés il y a trois ans dans une partie de ce massif montagneux, où l’espèce avait disparu depuis 30 ans, selon la Commission nationale des aires protégées (CONANP).

En 2016, le groupe de singes-araignées a été relâché dans une zone forestière moyenne d’environ 100 hectares, à 17 kilomètres des municipalités de Tuxtla Gutiérrez et Chiapa de Corzo.

Les animaux ont été équipés d’un collier satellite en acier inoxydable avec des pièces en plastique de différentes couleurs et formes pour surveiller et détecter leur emplacement et leurs habitudes de comportement, a expliqué Adolfo Vital Rumebe, directeur du parc national du canyon du Sumidero, à l’agence de presse EFE samedi lors d’une visite de la région.

Le responsable du parc a également souligné les efforts déployés pour conserver et sauver les 1 860 espèces de plantes et d’animaux qui habitent la région, dont le singe-araignée.

Photographie datée du 11 décembre 2019, montrant un singe-araignée (Ateles), avec son bébé de trois mois, dans la municipalité de Chiapa de Corzo dans l’état du Chiapas (Mexique). (EFE/Carlos López)

« Nous parlons d’une espèce animale qui est importante pour le maintien de la jungle, comme le singe-araignée. Le singe-araignée vient historiquement du canyon du Sumidero. Toutefois, après la construction du barrage sur une pente du canyon, il a subi un processus d’extinction locale », dit-il.

Repopulation

En naviguant sur les eaux de la rivière Grijalva, l’expert raconte à l’équipe de Efe qu’en 2016, une douzaine de singes araignées ont été libérés.

Il y avait sept mâles et cinq femelles, réhabilités dans le Zoo Manuel Álvarez del Toro, ZOOMAT, après avoir été sauvés de saisies dans la zone ouest du parc, où il n’y avait aucune trace de l’existence du spécimen.

Le CONANP a indiqué que l’observation de la nouvelle famille de singes-araignées, qui habite le site de réintroduction, est une incitation à poursuivre les actions de surveillance biologique et de conservation de l’espèce et de ses sites de répartition.

Photographie datée du 11 décembre 2019, montrant un singe-araignée (Ateles), avec son bébé de trois mois, dans la municipalité de Chiapa de Corzo dans l’État du Chiapas (Mexique). (EFE/Carlos López)

De plus, un tel exercice reflète la capacité de reproduction et de survie de l’espèce.

« Pour nous, c’est un bon indicateur qui prouve qu’il existe des conditions pour que cette espèce puisse être rétablie et, surtout, puisse être maintenue et reproduite », a déclaré M. Vital Rumebe.

Pour des raisons de conservation et de protection de l’élevage et de la faune en général, l’autorité environnementale a demandé aux prestataires de services touristiques de maintenir une distance d’au moins 20 mètres du site d’observation.

Cela est dû aux circonstances qu’entraîne la naissance d’un bébé singe-araignée, étant donné que le mâle dominant a des comportements protecteurs qui pourraient présenter un risque de menace humaine, selon la biologiste Saira Velázquez Jiménez, chargée de communication et d’éducation environnementale du parc national Cañón del Sumidero .

Il a également indiqué qu’au Mexique, le singe-araignée qui habite principalement les forêts tropicales du sud du pays est en danger d’extinction selon la réglementation officielle mexicaine.

C’est pourquoi cette stratégie vigoureuse a été mise en œuvre dans la région et vise à prévenir les invasions dans leur habitat et la destruction des aires protégées. Et surtout, le braconnage.

« Dans le parc national du canyon du Sumidero, nous avons mis en œuvre une stratégie d’éducation pour faire connaître l’importance de la faune et de la flore qui existent, en particulier le singe-araignée. Cela se fait à travers différents ateliers que nous avons faits avec la population locale à proximité du parc et la diffusion qui a été faite pour faire connaître le travail qui a été accompli pour protéger l’espèce », a conclu le biologiste.

RECOMMANDÉ