Le stratagème d’une enseignante sur les médias sociaux pour surprendre ses élèves de 6e qui publient des photos avec les seins nus sur Facebook

Par Louise Bevan
13 août 2020
Mis à jour: 13 août 2020

Lorsqu’une enseignante de sixième a appris que ses élèves de 12 ans publiaient des photos de seins nus sur les médias sociaux, elle n’a pas opté pour une intervention directe.

Elle a préféré trouver un moyen intelligent de prouver à ses élèves à quelle vitesse une photo peut se propager en ligne, et comment une photo compromettante peut avoir un impact sur leur vie pendant des années.

Melissa Bour, de l’école primaire Emerson à Tulsa, dans l’Oklahoma (États-Unis), voulait tout simplement assurer la sécurité de ses élèves. Elle a donc rédigé une lettre sur Facebook, dans le cadre d’une expérience sociale visant à découvrir à quelle vitesse elle se répandrait. Melissa, qui enseigne les sciences et les mathématiques, a encouragé tous ceux qui l’ont vue à la partager.

(Illustration – Dean Drobot/Shutterstock)

« Mes élèves de 12 ans pensent que ce n’est pas grave de poster des photos d’eux en soutien-gorge ou avec leur majeur en l’air », a écrit l’enseignante dans son post viral sur Facebook, partagé par Little Things.

« S’il vous plaît, aidez-moi en partageant cette image et en la commentant avec votre lieu de résidence pour montrer à ces jeunes élèves à quelle vitesse leurs images peuvent se propager », a poursuivi Mme Bour.

(Illustration – Jovica Varga/Shutterstock)

La lettre a circulé dans 33 États américains en huit heures seulement et s’est répandue dans tout le pays. Elle a atteint les utilisateurs de médias sociaux en Angleterre, en Allemagne, en Australie et en Arabie saoudite peu de temps après. Les propos de Melissa Bour ont été étayés.

En parlant à Today de sa décision d’éduquer ses élèves par le biais de la démonstration, l’enseignante de 6e a déclaré qu’elle avait simplement tiré le meilleur parti d’un « moment d’apprentissage ».

« J’ai remarqué que de plus en plus de photos inappropriées apparaissaient », a-t-elle expliqué. « J’ai sorti une feuille d’imprimante et un stylo vert, et j’ai écrit un petit mot. »

J’espérais vraiment pouvoir atteindre une famille de la côte ouest et lui dire : « C’est ici, sur la côte ouest », mais cela a été beaucoup plus loin.

Tout d’un coup, les élèves de Mme Bour ont compris pourquoi leurs parents supervisent et restreignent leur présence sur les médias sociaux. Puisque la technologie ne disparaîtra pas de sitôt, son « moment d’apprentissage » est donc l’occasion pour les parents et les enseignants du monde entier de limiter les mauvais usages que leurs enfants pourraient en faire et de les protéger des conséquences.

(Illustration – OHishiapply/Shutterstock)

« Nous ne pouvons pas dire à nos enfants ‘non’ tout le temps », a déclaré aujourd’hui Kalecia Thomas, mère de l’école primaire Emerson. « Ce que Mlle Bour a fait leur a permis de mieux comprendre pourquoi nous leur disons non. »

Mme Bour a supprimé son message original de Facebook, mais le post est toujours publié sur les sites d’information et les médias sociaux du monde entier. Le statut viral du message rappelle aux élèves de Melissa Bour, et à d’autres, que ce qui est publié en ligne reste en ligne indéfiniment.

Depuis, de nombreux élèves de 6e de Mme Bour ont complètement renoncé aux médias sociaux ou ont au moins entrepris de contrôler leur production avec plus de conscience. La leçon surprenante de leur professeur a fait mouche.

« Je ne vais plus mettre de photos sur mon Facebook », a déclaré l’élève Peyton Piguet. « Dire que je veux être le président », a ajouté son camarade de classe, Xavier Ingram. « Cela pourrait m’empêcher de devenir président ! »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ