Le Texas s’apprête à engager des procès contre l’administration de Joe Biden

Par Tom Ozimek
21 janvier 2021
Mis à jour: 21 janvier 2021

Alors que le président Joe Biden prenait ses fonctions et que deux sénateurs démocrates de Géorgie nouvellement élus prêtaient serment le 20 janvier, les républicains du Texas se préparaient à lancer une vague de contestations judiciaires pour contrer le programme progressiste de la nouvelle administration.

L’administration Joe Biden a signalé un programme de gauche sur l’énergie, les taxes, l’immigration, les soins de santé et d’autres priorités. Joe Biden s’est engagé à rejoindre l’accord de Paris sur le climat et à prendre des mesures de grande envergure en matière de changement climatique, notamment en cherchant à réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 et à y mettre effectivement fin vers 2050, ce qui suscite des craintes existentielles de la part de l’industrie des combustibles fossiles, un pilier économique essentiel au Texas.

Joe Biden a également proposé une vaste réforme de l’immigration qui permettrait à plus de 11 millions d’immigrés clandestins d’accéder à la citoyenneté, et il prévoit de revenir sur les réductions d’impôt sur les sociétés de Trump et d’augmenter l’impôt sur le revenu.

Le 16 janvier, le gouverneur du Texas, Greg Abbott, qui, alors qu’il était procureur général de l’État, a déclaré : « Je vais au bureau, je poursuis le gouvernement fédéral et je rentre chez moi », a averti que la Maison-Blanche peut s’attendre à une vague de contestations judiciaires de la part de l’État de l’étoile solitaire (surnom donné au Texas).

« Une nouvelle série de procès intentés par le Texas attend la Maison-Blanche de Joe Biden », a écrit Greg Abbott dans un tweet le 16 janvier.

« Le Texas prendra des mesures chaque fois que le gouvernement fédéral empiétera sur les droits des États, ou interférera avec les droits constitutionnels, ou les droits de propriété privée ou le droit de gagner sa vie. »

Le gouverneur du Texas, Greg Abbott, s’exprime lors d’une conférence de presse au Capitole de l’État du Texas à Austin, Texas, le 18 mai 2020. (Lynda M. Gonzalez/The Dallas Morning News Pool)

L’État de l’étoile solitaire a poursuivi l’administration du président Barack Obama des dizaines de fois pour faire cesser des initiatives telles que le Clean Power Plan (plan d’énergie propre) ou pour mettre fin à l’Affordable Care Act, le plan de santé emblématique connu sous le nom d’Obamacare.

La fondation conservatrice Texas Public Policy Foundation (TPPF), qui a déposé la contestation de l’Affordable Care Act qui est maintenant devant la Cour suprême des États-Unis, se prépare à une vague de contestations judiciaires.

Robert Henneke, avocat général de la TPPF, a dit au San Antonio Express-News qu’il s’attendait à ce que l’administration Joe Biden « reprenne là où l’administration Obama s’est arrêtée ».

« Les litiges contestant les actions anticonstitutionnelles de l’administration Joe Biden seront au centre des préoccupations », a-t-il poursuivi. « Lorsque la nouvelle administration cherche à sortir des limites des pouvoirs qui lui ont été délégués, ou adopte des politiques et des règles qui ne sont pas supportées par les données et la science, je m’attends à ce que nous soyons les premiers à contester ce type de politiques. »

Par ailleurs, une récente enquête nationale montre que la plupart des républicains souhaitent que les dirigeants du Congrès défient Joe Biden sur des questions importantes.

« Une majorité de républicains (59 %) souhaitent que les dirigeants de leur parti se dressent contre Joe Biden », selon le Pew Research Center, tandis qu’ « une majorité importante de républicains conservateurs (69 %) sont favorables à ce que les dirigeants du GOP (Parti républicain surnommé le Grand Old Party) se dressent contre Joe Biden, contre 44 % de modérés et de libéraux du GOP ».

Focus sur la Chine – Découvertes sur le laboratoire de Wuhan

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ