Le traitement du paludisme est prometteur avec le coronavirus

Par Zachary Stieber
20 mars 2020
Mis à jour: 20 mars 2020

Un médicament habituellement utilisé pour traiter le paludisme s’est révélé prometteur dans le traitement des patients infectés par le virus du Parti communiste chinois* (PCC).

Des chercheurs français ont administré quotidiennement de l’hydroxychloroquine à 20 patients, et tous ont fini par se remettre de la maladie, qui est causée par le virus du PCC, ou SRAS-CoV-2. L’association de l’hydroxychloroquine avec un autre médicament, l’azithromycine, a eu un effet encore plus important sur les patients, ont écrit les chercheurs dans leur rapport final (pdf).

* Epoch Times remplace le terme Covid-19, nom donné par le PCC, par virus du PCC, car la dissimulation et la mauvaise gestion du régime chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le président Donald Trump s’est enquis de la possibilité d’utiliser ce médicament aux États-Unis pour traiter les patients atteints du virus, a déclaré un haut responsable de la Maison-Blanche.

Les fonctionnaires étudient le médicament et un certain nombre d’autres « très attentivement », a déclaré mercredi à Washington le Dr Deborah Birx, coordinatrice de la réponse de la Task Force de la Maison-Blanche sur le coronavirus.

Elle a averti que les experts doivent passer au crible les informations provenant de diverses sources et déterminer lesquelles font état « d’avancées scientifiques réelles égales ».

Un membre du personnel de sécurité de l’aéroport portant un équipement de protection, en raison de la nécessité de prendre des précautions contre l’épidémie de coronavirus de Wuhan, attend les passagers pour les escorter jusqu’à un bus à l’aéroport international de Shanghai Pudong, à Shanghai, le 19 mars 2020. (Hector Retamal/AFP via Getty Images)

L’hydroxychloroquine a montré une activité anti-virale in vitro, ou dans des laboratoires en Chine, et a un profil de sécurité qui permet des doses quotidiennes plus élevées que la chloroquine, ont indiqué les chercheurs français dans leur rapport. L’équipe a déjà réussi par le passé à traiter des patients atteints de maladies chroniques dues à des bactéries intracellulaires, comme la maladie de Whipple, avec de l’hydroxychloroquine à long terme, de 12 à 18 mois.

L’hydroxychloroquine est connue comme un dérivé moins toxique de la chloroquine ; les deux sont utilisés pour traiter le paludisme (la malaria).

Vingt-six patients ont été traités à l’hydroxychloroquine, mais ils ont été exclus de l’étude car ils se sont rapidement rétablis. Les chercheurs se sont concentrés sur un groupe de 20 personnes recevant le médicament et 16 patients qui n’ont pas reçu le médicament et ont servi de témoin.

Au bout de six jours, 70 % des patients traités avec le médicament antipaludique étaient guéris, contre 12,5 % dans le groupe témoin. Tous les patients qui ont également reçu de l’azithromycine ont été guéris.

« Pour des raisons éthiques et parce que nos premiers résultats sont si importants et évidents, nous décidons de partager nos conclusions avec la communauté médicale, étant donné le besoin urgent d’un médicament efficace contre le SRAS-CoV-2 dans le contexte actuel de pandémie », ont écrit les chercheurs.

« Nos résultats préliminaires suggèrent également un effet synergique de la combinaison de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine. »

Le personnel médical pousse un patient sur un brancard vers un hélicoptère médical à l’hôpital Emile Muller de Mulhouse, dans l’est de la France, pour être évacué vers un autre hôpital, le 19 mars 2020. (Sébastien Bozon/AFP via Getty Images)

L’azithromycine est un antibiotique utilisé principalement pour traiter l’œil rose.

La Corée du Sud et la Chine ont toutes deux découvert que la chloroquine était efficace pour traiter le virus du PCC, ont noté des chercheurs américains la semaine dernière, tandis que le Centre américain de contrôle et de prévention des maladies a déclaré qu’en laboratoire, ce médicament avait un fort potentiel en tant que mesure préventive contre le coronavirus.

Les chercheurs américains se penchent maintenant sur l’hydroxychloroquine comme traitement du coronavirus de Wuhan.

Un essai national de 1 500 personnes, dirigé par l’université du Minnesota, a débuté cette semaine. Il vise à déterminer si l’hydroxychloroquine peut prévenir ou réduire la gravité du virus du PCC.

« Si elle est efficace, cette mesure pourrait devenir une norme mondiale de soins pour aider à prévenir les maladies chez les autres travailleurs de la santé et les personnes exposées », a déclaré le Dr David Boulware, professeur de médecine à la division des maladies infectieuses. « L’hydroxychloroquine est un médicament générique dont le brevet a expiré et qui est peu coûteux. Un traitement de cinq jours coûterait environ 12 dollars [11,25 €] ».

Gregory Rigano, conseiller à la faculté de médecine de l’université de Stanford, travaille également sur un essai visant à tester l’hydroxychloroquine dans la prévention du virus du PCC.

Une vue aérienne de la cour d’école vide de l’école primaire d’Ulloa à San Francisco, Californie, le 18 mars 2020. (Justin Sullivan/Getty Images)

Les résultats de l’étude sont « remarquables », a-t-il ajouté.

Epoch Times n’a pas pu vérifier que l’étude avait été examinée par des pairs.

Les chercheurs du monde entier s’affairent à trouver des traitements éprouvés pour le nouveau virus.

Le remdesivir, un médicament anti-Ebola, et une combinaison de ritonavir et de lopinavir, qui sont utilisés pour traiter le VIH, font partie de ceux qui sont étudiés, ainsi que l’anti-inflammatoire tocilzumab. Des chercheurs en Chine ont déclaré cette semaine que le ritonavir et le lopinavir n’avaient pas d’effet sur les patients atteints du virus du PCC.

RECOMMANDÉ