Le Vietnam met en quarantaine plus de 10.000 personnes dans la crise du coronavirus

Par Katabella Roberts
14 février 2020 Mis à jour: 14 février 2020

Des villages du Vietnam ont été placés en quarantaine jeudi à la suite de la découverte de sept cas de personnes infectées par le nouveau coronavirus mortel, également connu sous le nom de COVID-19, selon les médias contrôlés par l’Etat vietnamien.

Son Loi, une région agricole composée de plusieurs villages dans le nord du Vietnam à environ 40 km au nord-ouest de Hanoi, a été placée en quarantaine pour une durée de 14 jours à partir du 13 février.

Il s’agit de la première quarantaine de masse en dehors de la Chine depuis que le virus a émergé de la ville de Wuhan, en Chine centrale, à la fin de l’année dernière.

Les autorités de la province du nord luttent pour contenir la maladie qui se propage rapidement. La semaine dernière, il a été confirmé qu’une fillette de 3 mois a été infectée par le virus, pour lequel il n’y a pas encore de remède, a rapporté VnExpress.

Le Duy Thanh, vice-président du comité populaire de la province, a déclaré que le nombre de cas de virus dans la commune de Son Loi a augmenté et que les autorités ont maintenant multiplié le nombre de postes de contrôle de la maladie dans la région, qui sont passés de cinq à huit.

Les autorités provinciales ont également créé des magasins mobiles et fourni de la nourriture et des masques faciaux gratuits à plus de 10 600 personnes.

Jusqu’à présent, 15 cas dy coronavirus ont été confirmés au Vietnam, dont 12 Vietnamiens, un Américain d’origine vietnamienne et deux ressortissants chinois.

Sur les 15 cas confirmés, 10 se trouveraient dans la province septentrionale de Vinh Phuc. Le virus proviendrait d’un groupe de huit travailleurs qui sont rentrés de Wuhan le 17 janvier.

La province a mis en quarantaine 311 personnes, dont 104 se sont révélées négatives au virus jusqu’à présent, tandis que 252 autres sont suivies à domicile après avoir été en contact avec des patients mais n’ont encore présenté aucun symptôme.

Des Vietnamiens (C) reçoivent gratuitement des masques de protection faciale dans un centre de distribution de fortune, dans le contexte de l’épidémie du nouveau coronavirus, à Hanoi, le 8 février 2020. (Manan Vatsyayana/AFP/Getty Images)

Les autorités ont également mis en place un hôpital de campagne de 300 lits au collège de la Culture et des arts de la ville de Vinh Yen, dans la province, et un établissement de 200 lits dans une école militaire de la même ville.

« Vinh Phuc a le plus grand nombre de cas positifs du pays, mais la maladie ne s’est pas étendue à d’autres régions et provinces », a déclaré M. Thanh.

« Tout est encore sous contrôle. Nous mettons tout en œuvre et nous pensons pouvoir maîtriser la situation. »

Le 12 février, la province a annoncé qu’elle apporterait son soutien aux personnes mises en quarantaine et à celles qui travaillent aux postes de contrôle de la maladie.

Selon la résolution, les personnes en quarantaine et dans les centres médicaux recevront une allocation alimentaire quotidienne de 60 000 dong (2,37 euros), tandis que les personnes en quarantaine à domicile recevront 40 000 dong (1,59 euros). En attendant, les écoles de la région resteront fermées jusqu’au 23 février.

Business en difficulté

Le 13 février dernier, Vietnam Airlines a déclaré perdre jusqu’à 250 milliards de dongs (10 millions €) par semaine à cause de la diminution du trafic due au coronavirus.

Au début de ce mois, le Vietnam a interdit tous les vols à destination et en provenance de la Chine continentale et a suspendu les nouveaux visas touristiques pour les ressortissants chinois ou les étrangers qui se trouvaient en Chine deux semaines auparavant.

La compagnie aérienne réduit ses opérations et essaie de réduire ses coûts pour surmonter l’impact de l’épidémie et « atteindre un résultat financier positif » pour cette année, a-t-elle déclaré dans un communiqué envoyé par courriel à Reuters.

La compagnie aérienne vietnamienne, fondée en 1956, a suspendu tous ses vols à destination et en provenance de la Chine continentale depuis la fin janvier, ce qui a affecté directement 70 000 visiteurs par mois entre les deux pays, a-t-elle déclaré.

« L’épidémie a considérablement réduit la demande de voyages des touristes nationaux et internationaux sur le réseau vietnamien », a déclaré la société, notant que les passagers des lignes intérieures ont également diminué de 20 à 30 % au cours des deux dernières semaines.

Le 11 février, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que le monde devait « se réveiller et considérer ce nouveau virus comme l’ennemi public numéro un », ajoutant que le premier vaccin ne serait probablement pas disponible avant 18 mois.

RECOMMANDÉ