Le « village le plus riche » de Chine en pleine crise financière

Par Alex Wu
5 mars 2021
Mis à jour: 5 mars 2021

Le village de Huaxi, dans la province du Jiangsu, autrefois présenté par le régime chinois comme « le village le plus riche de Chine », connaît des difficultés financières, une situation qui révèle la corruption des élites, selon les experts.

Le groupe Huaxi, une entreprise qui appartient collectivement au village et à ses habitants, et qui compte de nombreuses sous-entreprises et filiales cotées en bourse, a une dette de 40 milliards de yuans (environ 5,13 milliards €), ce qui a conduit certains médias chinois à affirmer qu’il est en faillite.

Le 25 février, une vidéo montrant un grand nombre d’habitants attendant en plusieurs files sur la place du village pour retirer leur argent du groupe Huaxi a été diffusée. Certains résidents ont déclaré aux médias chinois que depuis le 24 février, le dividende de la participation du groupe Huaxi est soudainement tombé de 30 % à 0,5 %. Comme le dividende de 30 % avait duré plusieurs années, de nombreux villageois ont investi.

Selon le portail médiatique chinois Sina, le comité du Parti communiste du village de Huaxi a déclaré que la société disposait de fonds suffisants. Cependant, cela n’a pas apaisé les inquiétudes des actionnaires et beaucoup ont continué à retirer de l’argent. Certains ont dit qu’ils avaient de la chance de pouvoir récupérer leur capital, car ils avaient peur de ne pas recevoir d’argent en retour.

Après le déploiement de sa politique de « réforme et d’ouverture » en 1978, le Parti communiste chinois (PCC) a fait la promotion du village de Huaxi comme exemple de son modèle d’« économie collective » dans le cadre de la campagne de « construction d’une nouvelle campagne socialiste ». Huaxi a été surnommé « le village le plus riche de Chine » et « le premier village du monde ».

Les médias de Chine continentale ont rapporté que les actions A du groupe Huaxi ont été cotées à la bourse de Shenzhen en 1999. Le groupe Huaxi est devenu la première société chinoise cotée en bourse à porter le nom d’un village et à en être propriétaire. Il a été salué comme « la première action rurale de Chine » par les médias d’État.

Toutefois, parmi les entreprises du village de Huaxi, à l’exception des sociétés cotées en bourse, de nombreuses grandes et moyennes entreprises sont devenues propriété de l’État, et les actions du village de Huaxi ont diminué.

Selon les médias chinois, les flux de capitaux du groupe Huaxi sont tendus depuis longtemps. La société a enregistré une perte pour la première fois en 2020, perdant de 390 à 435 millions de yuans (environ 50 à 56 millions €) selon le portail d’information chinois Sina, citant un rapport de performance publié le 26 janvier.

« Les entreprises du village de Huaxi sont prétendument la propriété collective du village, mais elles sont en fait contrôlées par la famille Wu – ils sont à la tête du Comité du Parti communiste de Huaxi. Le fils hérite de la position et de l’entreprise du père, et le petit-fils lui succède », a écrit Rong Jian, un universitaire de Pékin, sur Twitter.

« Le miracle du village de Huaxi, pour dire les choses crûment, est qu’il dépend totalement des prêts du gouvernement et a actuellement près de 40 milliards de yuans (environ 5,13 milliards €) de dettes. Cependant, il ne dispose que de 7 milliards de yuans (environ 0,9 milliard €) de fonds. Comment pourrait-il rembourser la dette ? C’est une énorme ironie que ces entreprises familiales privées sous la bannière de l’ ‘économie collective’ aient été établies depuis longtemps par le gouvernement comme un modèle d’économie collective. »

Rong a souligné qu’il s’agit d’un exemple typique du capitalisme de copinage sous le communisme.

« Ce genre d’entreprise s’effondrera tôt ou tard. Elle est maintenant rachetée par la Commission de surveillance et d’administration des actifs de l’État chinois, qui utilise l’argent de l’État pour combler les trous qu’elle a creusés. Cela peut être considéré comme un atterrissage sûr [pour eux] », a-t-il déclaré.

Cai Xia, un critique véhément du PCC et un ancien professeur de l’école centrale du Parti de Pékin, a écrit dans un tweet du 28 février : « Le village de Huaxi est essentiellement un exemple de la Chine communiste. Les anciens et actuels membres du Politburo du PCC osent-ils prendre l’initiative de divulguer les propriétés et la richesse de leurs familles ? »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ