Le voyage de Xi Jinping dans l’épicentre du coronavirus à Wuhan est une mise en scène politique réalisée par le régime chinois

Par Nicole Hao
11 mars 2020
Mis à jour: 11 mars 2020

Le 10 mars, le leader chinois Xi Jinping s’est rendu à Wuhan, l’épicentre de la nouvelle épidémie de coronavirus, dans une tentative apparente de convaincre les citoyens que la maladie est sous contrôle.

C’est la première fois que Xi se rend à Wuhan depuis le début de l’épidémie en décembre 2019. Pendant sa visite, Xi a veillé à éviter tout contact physique, à porter un masque de protection, à se tenir à distance des autres fonctionnaires et à parler aux habitants par vidéoconférence.

Il a ensuite visité un complexe résidentiel, lourdement gardé par des tireurs d’élite et des centaines de policiers, selon les messages des résidents sur les médias sociaux.

Xi avait précédemment qualifié l’épidémie comme étant l’urgence de santé publique la plus « difficile à contrôler » depuis l’arrivée au pouvoir du Parti communiste chinois. Au cours du mois dernier, les médias d’État chinois ont commencé à faire de la propagande selon laquelle la direction de Xi aurait permis aux autorités de contenir la propagation du virus.

Le voyage à Wuhan

Selon les analystes, le voyage de Xi l’a aidé à marquer des points politiques.

« Xi a utilisé ce voyage à Wuhan comme une déclaration politique pour dire aux gens que c’est lui le vrai patron qui a dirigé les Chinois dans la lutte contre cette épidémie de coronavirus », a déclaré le commentateur des affaires chinoises Tang Jingyuan, basé aux États-Unis, dans une interview.

Xi était accompagné de Wang Huning, le patron de la propagande du régime, de Ding Xuexiang, directeur du Bureau général du Parti, qui s’occupe des affaires administratives, et de Zhang Youxia, vice-président de la Commission militaire centrale, la principale agence du Parti chargée des affaires militaires.

Le Premier ministre chinois Li Keqiang, était absent alors qu’il a été nommé le 25 janvier à la tête d’un nouveau groupe de travail au sein du gouvernement central pour faire face à l’épidémie.

« Xi n’a pas pris de dispositions pour que Li Keqiang l’accompagne à Wuhan parce qu’il a son propre ordre du jour », a analysé Tang. « Si Li était avec Xi, alors la réussite reviendrait à l’influence de Li. Xi n’a pas emmené Li avec lui – pour dire aux gens que tous les bons résultats venaient de son autorité. »

Selon l’agence de presse nationale chinoise Xinhua, Xi s’est d’abord rendu à l’hôpital Huoshenshan, un hôpital de campagne spécialisé dans les urgences, construit en réponse à l’épidémie de coronavirus. Le rapport indique qu’il a rendu visite au personnel médical et aux patients.

L’hôpital de Huoshenshan est géré par l’armée et ne traite que les patients dans un état critique.

D’après la photo que Xinhua a affichée, Xi n’est pas entré dans les locaux de l’hôpital de Huoshenshan. Il s’est rendu avec son équipe dans la salle de conférence du sanatorium du personnel de Wuhan, situé à proximité, et a parlé aux gens de l’hôpital sur un grand écran.

Ensuite, Xi a visité le complexe résidentiel de Xincheng, situé dans la zone de Donghu. Les internautes ont partagé des vidéos tournées à l’intérieur des bâtiments voisins. De leur point de vue, ils ont vu des dizaines de personnes dans l’entourage de Xi.

Le long de la route où l’équipe de Xi est passée, les habitants ont également vu des tireurs d’élite qui gardaient le sommet des bâtiments.

Le bureau de la sécurité publique de Wuhan a également envoyé deux policiers dans chaque foyer à l’intérieur de l’enceinte, vraisemblablement pour monter la garde et s’assurer qu’ils ne crient pas de protestations depuis les fenêtres de leurs appartements.

Il y a quelques jours, lorsque le vice-Premier ministre Sun Chunlan a visité un complexe résidentiel dans le district de Qingshan (également à Wuhan), les habitants l’ont chahuté, se plaignant que tout était mis en scène avant sa visite.

Les habitants de Xincheng ont indiqué en ligne que les autorités locales leur avaient envoyé des colis alimentaires avant la visite de Xi. Les photos en ligne montraient un sac de riz, une bouteille d’huile de cuisson, un sac de dattes chinoises séchées et environ trois livres de porc.

Dans un complexe résidentiel voisin, les gens ont rapidement organisé un rassemblement et ont scandé des chants : « Nous avons besoin de viande ! » après avoir appris que Xi était en visite dans les environs.

Depuis que Wuhan a été bouclé le 23 janvier, les habitants ne peuvent plus sortir à l’extérieur. Beaucoup se sont plaints en ligne de ne pas pouvoir acheter de légumes frais ni de viande.

Un succès ?

L’agence de presse Xinhua a publié un commentaire le 10 mars, proclamant que la Chine avait obtenu des « résultats cruciaux partiels » pour contenir l’épidémie. « Elle se dirige dans la bonne direction », a-t-il déclaré.

Pour afficher de tels résultats, les autorités de Wuhan ont fermé le 10 mars les 14 hôpitaux de fortune qu’ils avaient précédemment installés dans les stades, les gymnases des écoles et les centres d’exposition de la ville pour traiter les personnes présentant des symptômes légers ou modérés du virus. Les médias publics ont rapporté qu’il y avait désormais moins de patients à Wuhan ; ces hôpitaux n’étaient donc plus nécessaires.

Un journal géré par le gouvernement de la province de Hubei, le Yangtze Daily, a rapporté que toutes les équipes médicales envoyées d’autres régions de Chine pour travailler dans ces installations devraient rester dans leurs hôtels à Wuhan pendant un certain temps.

Le rapport n’expliquait pas pourquoi le personnel médical ne pouvait pas rentrer chez lui, ni ce que les équipes médicales feraient ensuite.

Mais le rapport mentionne que les patients des hôpitaux de fortune devront rester dans les centres de quarantaine pendant 14 jours pour une observation médicale, avant de pouvoir rentrer chez eux. Certains patients dans un état grave ont été transférés dans des hôpitaux désignés pour traiter la COVID-19, la maladie causée par le nouveau virus.

Cependant, l’épouse d’un médecin de Wuhan a déclaré à la chaîne de télévision Epoch Times NTD que certains patients qui avaient été libérés des hôpitaux locaux ne s’en étaient pas remis et avaient ensuite transmis le virus à leurs voisins du district de Hanyang.

« Il y a eu une autre infection à grande échelle à Hanyang depuis avant-hier [8 mars] », a déclaré l’épouse, qui a souhaité rester anonyme. « Les médias d’État et les données publiées par le gouvernement n’ont pas signalé cela, mais nous avons des amis qui ont vérifié la zone infectée par eux-mêmes et confirmé la nouvelle épidémie. »

La Commission nationale chinoise de la santé a rapporté qu’il n’y avait que 36 infections nouvellement diagnostiquées à Wuhan le 8 mars – un chiffre auquel le conjoint du médecin ne faisait pas confiance.

« Le gouvernement ne cesse de modifier les données. Ils n’ont qu’un seul but, celui de cacher la vérité », a-t-elle déclaré.

RECOMMANDÉ