Le vrai visage du Parti communiste chinois

Par Ching Cheong
1 juillet 2021
Mis à jour: 1 juillet 2021

Le Parti communiste chinois (PCC) marque son 100e anniversaire avec une sécurité renforcée. Non seulement des troupes sont déployées dans la capitale pour renforcer la sécurité, mais des interdictions ont également été imposées à l’encontre des objets volants de type jouets, tels que les drones et même les cerfs-volants. Le ministère de la Propagande a mis en place des programmes visant à endoctriner la population avec le soi-disant « esprit révolutionnaire du Parti », comme « l’esprit du 4 mai », jour où le Parti a pris vie, et « l’esprit de la Longue Marche », qui incarne les difficultés qu’il a traversées. De tels « esprits » ont été invoqués pour projeter une image glamour de sa propre histoire, mais ils sont pleins de faussetés.

Au début des années 1920, le PCC était déjà surnommé le « parti du rouble », monnaie de Russie, car les gens soupçonnaient qu’il était entièrement financé par la défunte Union soviétique (URSS). Pourtant, les preuves étaient difficiles à trouver à l’époque. En 1991, l’effondrement de l’empire soviétique a entraîné la déclassification des dossiers secrets de l’URSS et de l’organisation qu’elle utilisait pour « rougir » l’Asie, l’Internationale communiste (Komintern, également connue sous le nom de Troisième Internationale). Cela a permis d’obtenir une foule d’informations sur le véritable visage du PCC.

En parcourant ces documents, on peut clairement voir que le PCC, dès son origine, a été créé par l’URSS comme un outil pour saboter le gouvernement chinois et diviser la Chine. L’URSS, par l’intermédiaire du Komintern, a fourni des fonds, des armes, un entraînement militaire, un soutien logistique, ainsi qu’une aide idéologique et organisationnelle au PCC.

Une résolution du PCC appelait littéralement l’Union soviétique « notre patrie », car c’est la Russie, et non la Chine, qui a donné naissance au PCC. Il a également adopté une résolution lors de son troisième congrès, acceptant le statut dérogatoire de branche locale du Komintern. Ainsi, dans ses premières années, le Komintern, par le biais de nombreuses résolutions, a dit au PCC ce qu’il devait faire et comment le faire. Par exemple, le Komintern a insisté pour que le PCC envoie des membres rejoindre le Kuomintang (KMT, un parti nationaliste fondé par le Dr Sun Yet-sun) au pouvoir et utilise leur statut de KMT comme couverture légale pour opérer ouvertement, tout en dissimulant leur véritable identité de PCC. De cette manière, le PCC a réussi à infiltrer le KMT et à placer de nombreux informateurs, qui ont joué un rôle déterminant dans la prise du pouvoir par le PCC.

Cette photo, prise le 25 juin 2017, montre le monument de Vladimir Lénine, fondateur de l’Union soviétique, érigé en 1970 devant la maison des Soviets à Saint-Pétersbourg. (Mladen Antonov/AFP via Getty Images)

Puisque le PCC a été créé comme un instrument pour favoriser les intérêts soviétiques en Chine, il est logique qu’il ait joué un rôle de traître lorsque la Russie a envahi la Chine en 1929 à cause de l’incident du chemin de fer de l’Est chinois. Alors que l’ensemble du pays sous le régime du KMT faisait de son mieux pour repousser l’invasion russe, le PCC a émis des directives à ses membres dans toute la Chine pour « défendre l’Union soviétique par la force ». À cette époque, le PCC ne possédait pas d’armée. Sa façon de défendre l’Union soviétique par la force consistait à organiser des émeutes à l’échelle nationale et à créer des troubles sociaux dans chaque ville où il avait une branche. Tout en faisant face à l’agitation intérieure, la capacité des gouvernements du centre et du nord-est à repousser l’invasion soviétique était sérieusement compromise. En perdant la guerre, la Chine a été contrainte de signer le traité de Khabarovsk, cédant l’île stratégique de Heixiazi sur le fleuve Amour. Il s’agit du seul traité de cession que la Chine ait conclu avec une puissance étrangère depuis l’effondrement de la dynastie Qing en 1911.

Cette trahison est également évidente quand on regarde comment s’est déroulé le mouvement d’indépendance de la Mongolie, un grand plan de l’Union soviétique pour démembrer la Chine. Des documents déclassifiés montrent que si le gouvernement central dirigé par le KMT a résisté à maintes reprises à l’instigation soviétique des mouvements séparatistes, le PCC a soutenu activement les Soviétiques.

Au cours de la conférence de Yalta en 1945, à laquelle la Chine ne participait pas, un accord secret a été conclu entre les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’URSS pour accepter la demande des Soviétiques de rendre la Mongolie indépendante en échange de leur accord pour participer à la guerre antijaponaise. Le KMT était totalement dans l’ignorance, mais il a été contraint par les États-Unis d’accepter l’accord de Yalta. Alors que le pays tout entier est en colère à cause de cet accord secret, des documents déclassifiés montrent que plusieurs échanges de télégrammes entre le dirigeant soviétique Joseph Staline et le dirigeant du PCC Mao Zedong montrent que ce dernier a offert de tout cœur son soutien envers le démembrement de la Chine orchestré par les Soviétiques, tandis que le premier disait à Mao ce qu’il devait faire pour obtenir un soutien national en faveur de l’indépendance de la Mongolie.

Outre la Mongolie, l’Union soviétique a également tenté de démembrer davantage la Chine en soutenant le mouvement d’indépendance du Xinjiang, en y envoyant des troupes pour combattre aux côtés des forces séparatistes contre le gouvernement local fidèle au gouvernement central KMT. Pour soutenir cette action perfide, le PCC a ouvert un bureau à Urumchi (aujourd’hui Wulumuqi, la capitale du Xinjiang) pour faciliter le contact avec le mouvement et lui offrir son aide. Mao y a salué le mouvement comme faisant partie du grand mouvement révolutionnaire de la Chine.

À partir de 1927, avec le soutien de la Russie, le PCC est parvenu à constituer une force armée capable de mener une guérilla ainsi qu’un soulèvement militaire, créant ainsi des « bases révolutionnaires » dans tout le pays. En 1931, ces bases étaient suffisamment fortes pour pouvoir unir leurs forces et créer une « République soviétique de Chine », avec Mao à sa tête. Il a ensuite proclamé fièrement que « dorénavant, il y a deux nations en Chine, une République de Chine et une République soviétique de Chine ». Cela marquait la division officielle du pays.

Ce sont là quelques-unes des preuves tirées de documents déclassifiés qui exposent la nature honteuse du PCC. En raison de ses antécédents infâmes, le PCC s’est efforcé de blanchir ce chapitre dans sa narration officielle. Le 3 septembre 2020, le patron du Parti, Xi Jinping, a déclaré avec empathie que « le peuple chinois ne se laisserait jamais aller à une quelconque tentative de discréditer le Parti en déformant son histoire ». Cela indique que le PCC est pleinement conscient de son passé scandaleux, mais qu’il veut le cacher aux yeux du public.

Ching Cheong est diplômé de l’université de Hong Kong. Au cours de sa carrière journalistique de plusieurs décennies, il s’est spécialisé dans l’actualité politique, militaire et diplomatique à Hong Kong, Pékin, Taipei et Singapour.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ