Le leader chinois Xi Jinping fait sa première visite à Wuhan depuis l’apparition du virus

Par Epoch Times
10 mars 2020
Mis à jour: 10 mars 2020

PÉKIN – Le dirigeant chinois Xi Jinping s’est rendu à Wuhan, l’épicentre de l’épidémie de coronavirus, le 10 mars, réalisant ainsi sa première visite depuis le début de l’épidémie à la fin de l’année dernière.

Au cours de son voyage à Wuhan, il « rendra visite et exprimera son appréciation aux travailleurs médicaux, aux officiers et soldats militaires, aux travailleurs communautaires, aux officiers de police, aux fonctionnaires et aux volontaires qui ont combattu l’épidémie sur la ligne de front, ainsi qu’aux patients et aux résidents pendant l’inspection », a déclaré l’agence de presse d’État Xinhua.

Son arrivée dans la ville à l’épicentre de l’épidémie en a surpris plus d’un, car il n’y avait pas eu d’annonce préalable.

Le quotidien d’État Hubei Daily a rapporté mardi que la province de Hubei, dont Wuhan est la capitale, étudie des plans pour permettre aux personnes des zones à risque moyen ou faible de contracter le coronavirus de commencer à voyager, citant une réunion présidée par le chef du Parti de la province, Ying Yong.

Au cours de la réunion, il a été dit que les gens pourraient être autorisés à commencer à voyager en utilisant une technologie de suivi basée sur la téléphonie mobile et déployée par de nombreuses autorités locales en Chine ces dernières semaines.

Les visiteurs sont filmés par des caméras de sécurité à intelligence artificielle utilisant la technologie de reconnaissance faciale lors d’une exposition internationale sur la sécurité au China International Exhibition Center à Pékin le 24 octobre 2018. (Nicolas Asfouri/AFP/Getty Images)

Pendant ce temps, le Parti communiste chinois (PCC) a demandé aux fonctionnaires de tout le pays d’intensifier leurs efforts de propagande en présentant sous un jour favorable les efforts des autorités pour contenir le virus, c’est ce qu’a appris Epoch Times à partir d’un document interne de l’administration.

Le gouvernement central a récemment désigné 113 équipes médicales et 506 membres du personnel médical comme des « citoyens modèles » pour leur participation à la lutte contre l’épidémie. Dans le même temps, les censeurs d’Internet continuent à surveiller et à supprimer de manière agressive les messages des médias sociaux qui critiquent le régime.

Compte tenu de l’engouement des médias d’État pour les nouvelles selon lesquelles ils sont plus performants que les autres pays pour contenir le virus et que la propagation du virus en Chine a considérablement ralenti au cours de la semaine écoulée – y compris l’affirmation selon laquelle au cours des trois derniers jours, il n’y a pas eu de nouveaux cas de coronavirus transmis localement en dehors du Hubei – le régime a réussi à convaincre certains citoyens chinois de revenir d’autres pays touchés par le virus comme la Corée du Sud.

À LIRE AUSSI :

« Un directeur de pompes funèbres en Chine révèle que des hôpitaux ont envoyé des corps dont la cause du décès était une ‘pneumonie non identifiée’ »

« En pleine épidémie de virus, la Chine annule soudainement les vols et les horaires de train dans les grandes villes »

Dans le même temps, les médias d’État ont fait une couverture médiatique spéciale soulignant le fait que ces voyageurs infectés revenant de points chauds à l’étranger, comme l’Iran, l’Italie et la Corée du Sud, présentent désormais un risque pour la Chine parce qu’ils importent le virus.

Parallèlement, les réseaux non officiels, comme les messages des médias sociaux qui n’ont pas encore été censurés, enregistrent un nombre croissant d’internautes de différentes provinces chinoises affirmant que leurs villes ont entamé une deuxième série de mesures de quarantaine, avec des règles plus strictes.

Samedi, un petit hôtel utilisé pour mettre en quarantaine les personnes sous observation dans le sud de la province de Fujian s’est effondré, tuant au moins 20 personnes, alors que 10 sont toujours portées disparues.

Sur les 71 personnes qui se trouvaient à l’intérieur de l’hôtel dans la ville de Quanzhou au moment de l’effondrement, 58 étaient en quarantaine, ont déclaré les autorités de la ville de Quanzhou.

RECOMMANDÉ