L’économie américaine a créé 266.000 emplois en novembre, dépassant les attentes prévues

Par Tom Ozimek
7 décembre 2019 Mis à jour: 8 décembre 2019

Le ministère du Travail a publié un rapport du mois de novembre sur la croissance l’emploi étant plus forte que prévue, vendredi, soutenu en partie par les travailleurs de Général Motors qui retournent sur le marché du travail après une grève.

Le rapport indique que 266 000 emplois ont été créés en novembre, un chiffre beaucoup plus élevé que le gain prévu d’environ 180 000 emplois, selon les économistes interrogés par MarketWatch.

Des dizaines de milliers de travailleurs de l’industrie automobile ont été réintégrés dans la masse salariale de novembre après leur retour d’une grève d’un mois chez Général Motors (GM), ce qui a donné un coup de fouet par rapport au chiffre moins élevé de 156 000 nouveaux emplois d’octobre.

Le rapport, qui a mis à jour le mois d’octobre de 128 000 à 156 000, a également révisé à la hausse la variation du nombre total d’emplois salariés non agricoles pour septembre, passant de 180 000 à 193 000, ce qui porte à 205 000 par mois le nombre moyen d’emplois créés au cours des trois derniers mois.

Des ouvriers du bâtiment à Fort Lauderdale, en Floride, le 3 mai 2019. (Joe Raedle/Getty Images)

Les révisions mensuelles proviennent des rapports supplémentaires soumis par les entreprises et les organismes gouvernementaux et du nouveau calcul des facteurs saisonniers.

L’emploi dans l’industrie manufacturière a augmenté de 54 000 en novembre, a déclaré le ministère du Travail, après une baisse de 43 000 en octobre.

« Dans le secteur de la fabrication, l’emploi dans le secteur des véhicules automobiles et des pièces détachées a augmenté de 41 000 en novembre, ce qui reflète le retour des travailleurs qui étaient en grève en octobre », a déclaré le Ministère.

« 54 000 emplois ont été créés dans le secteur manufacturier, annulant ainsi la baisse de 43 000 du mois précédent, attribuable en grande partie à la grève de GM. Nous sommes maintenant à un nouveau niveau élevé d’emplois dans le secteur manufacturier après la Grande Récession », a déclaré la Heritage Foundation dans un communiqué envoyé par mail.

Si l’on tient compte des forts chiffres de novembre, la croissance de l’emploi s’est établie en moyenne à 180 000 emplois par mois jusqu’ici en 2019, comparativement à un gain mensuel moyen de 223 000 en 2018.

« Il s’agit d’un rapport solide, avec une forte augmentation de la masse salariale, une nouvelle baisse du taux de chômage et une croissance décente des salaires horaires », a déclaré Chris Low, économiste en chef chez FHN Financial à New York. « La Réserve fédérale y verra une justification claire de sa décision d’arrêter de baisser les taux. »

Les décideurs de la Réserve fédérale devraient souligner la résilience de l’économie lorsqu’ils se réuniront les 10 et 11 décembre, bien que les tensions commerciales continuent de se faire sentir en arrière-plan.

Le rapport s’ajoute à d’autres rapports assez optimistes au sujet du déficit commercial, du logement et des commandes de biens de grande valeur. L’amélioration des données confirme la décision prise par la Réserve fédérale le mois dernier de réduire les taux d’intérêt pour la troisième fois cette année, mais marque une pause dans le cycle d’assouplissement qui a commencé en juillet, lorsqu’elle a réduit le coût des emprunts pour la première fois depuis 2008.

Les États-Unis connaissent actuellement la plus longue expansion économique de leur histoire, qui en est à sa onzième année.

Taux de chômage

Ce mois-ci, le taux de chômage était de 3,5 %, selon le Bureau des statistiques du travail des États-Unis.

Le taux de chômage est passé sous la barre des 4 % en avril 2018 et est demeuré à ce niveau ou sous ce niveau pendant 20 mois consécutifs, ce qui représente la plus longue période de ce type depuis les années 1960.

Taux de chômage aux États-Unis : août 1967 (3,8 %) dans le graphique du haut et novembre 2019 (3,5 %) dans celui du bas. (U.S. Bureau of Labor Statistics via FRED)

Gains d’emplois dans toutes les industries

« Des gains notables ont été enregistrés dans le secteur de la santé et dans les services professionnels et techniques », a déclaré le ministère du Travail. « L’emploi a augmenté dans l’industrie manufacturière, reflétant le retour des travailleurs après une grève. »

Bien que l’emploi dans le secteur manufacturier ait augmenté de 54 000 emplois dans l’ensemble, l’emploi dans les principales industries – y compris la construction, le commerce de gros, l’information et le gouvernement – a peu changé en novembre, a déclaré le Ministère.

L’industrie minière a perdu 7 000 emplois en novembre, la plus grande partie des pertes ayant trait aux activités de soutien à l’exploitation minière.

Cependant, les soins de santé ont créé 45 000 emplois en novembre, dont 34 000 dans les services de soins ambulatoires et 10 000 dans les hôpitaux. Au cours des 12 derniers mois, le secteur des soins de santé a créé 414 000 emplois au total.

Le nombre d’emplois dans les services professionnels et techniques a augmenté de 31 000 en novembre et de 278 000 au cours des 12 derniers mois.

L’emploi dans le secteur des loisirs et de l’accueil a augmenté de 45 000 emplois, dont 219 000 dans cette industrie au cours des quatre derniers mois.

Le transport et l’entreposage ont connu une croissance de 16 000 emplois en novembre, avec 8 000 entrepôts et 5 000 assistances de messagerie.

L’emploi dans les activités financières a augmenté de 13 000 personnes, l’industrie ayant enregistré des gains de 116 000 emplois au cours des 12 derniers mois.

L’emploi dans les magasins de marchandises diverses a augmenté de 22 000, tandis que les magasins de vêtements et d’accessoires vestimentaires ont perdu 18 000 emplois.

Le dollar se renforce grâce à la publication d’un rapport solide sur l’emploi

Le dollar a réalisé des gains modestes vendredi après cinq jours consécutifs de pertes, soutenu par de fortes données sur la croissance de l’emploi.

En milieu de matinée, l’indice du dollar DXY a gagné 0,3 % à 97,674. Pour la semaine, le dollar a baissé de 0,6 %, sa plus importante perte hebdomadaire en six semaines.

Le billet vert a été ébranlé toute la semaine en raison d’une série de données américaines plus faibles que prévu dans les secteurs manufacturier et des services.

« Il ne fait aucun doute que le rapport sur l’emploi d’aujourd’hui est solide, mais est-il assez solide pour que les gens changent d’avis sur notre économie ? » a déclaré Marc Chandler, stratégiste en chef du marché chez Bannockburn Global Forex à New York.

« Je pense toujours que l’économie américaine n’est pas assez forte et je ne pense pas que les chiffres d’aujourd’hui vont changer les attentes des gens quant au PIB (produit intérieur brut) du quatrième trimestre, qui, je pense, se dirige vers 1 % », a-t-il ajouté.

Récession de moins en moins probable – Enquête d’experts

Une vingtaine d’économistes de premier plan ont déclaré à Bankrate (une société de services financiers aux consommateurs basée à New York), dans un sondage du quatrième trimestre, qu’il y avait 35 % de chances de récession en 2020, comparativement à 41 % de chances exprimées dans un sondage similaire du troisième trimestre.

Les résultats de l’enquête sur les indicateurs économiques du quatrième trimestre de Bankrate montrent que les experts, pour la plupart des économistes en chef et des cadres supérieurs des institutions financières, sont actuellement plus optimistes quant aux perspectives économiques de l’an prochain par rapport au groupe similaire de répondants au trimestre dernier.

Dans un écho similaire d’une plus grande confiance au quatrième trimestre qu’au troisième, les principaux détails du rapport de l’Institut de gestion de l’approvisionnement (ISM) de lundi étaient optimistes, y compris dans les nouvelles commandes et l’emploi dans le secteur des services.

« Les commentaires du groupe d’experts étaient conformes à ceux du mois précédent, le sentiment s’étant amélioré par rapport au mois d’octobre », a déclaré Timothy Fiore, président du Comité du sondage auprès des entreprises de l’ISM, dans un communiqué.

Les résultats de l’enquête de Bankrate interviennent alors que l’activité du secteur des services aux États-Unis ralentissait en novembre, et la pénurie de travailleurs a poussé la production à son niveau le plus bas en une décennie, avec le potentiel d’augmenter les craintes concernant la santé de l’économie.

Les données publiées mercredi montrent que les employeurs privés ont embauché le moins de travailleurs en six mois en novembre. Les données de lundi, quant à elles, montrent que l’activité manufacturière s’est contractée pour un quatrième mois consécutif en novembre et que les dépenses de construction ont diminué en octobre.

Malgré le ralentissement du secteur manufacturier et la deuxième baisse mensuelle consécutive des dépenses de construction, les prévisions de croissance pour le quatrième trimestre ont été dopées par des rapports optimistes sur le déficit commercial, le logement et l’investissement des entreprises.

Alors que l’économie a progressé à un rythme de 2,1 % au troisième trimestre, le rapport ISM a noté un taux de croissance annualisé du PIB de 1,5 %.

« La relation passée entre le PMI [indice des directeurs d’achat] et l’économie en général indique que le PMI de novembre (48,1 %) correspond à une augmentation de 1,5 % du produit intérieur brut (PIB) réel sur une base annualisée », a déclaré M. Fiore.

RECOMMANDÉ