Leçons d’une grand-mère de 91 ans

Par À nos chères futures générations
6 octobre 2021
Mis à jour: 6 octobre 2021

Je suis une femme de 91 ans, mère de trois enfants et arrière-grand-mère de six.

La liste suivante présente ce que j’ai appris au cours de ma vie. Certaines de ces choses, je les ai apprises par l’expérience, car je n’ai pas toujours adhéré à ces principes. J’ai été à l’école des coups durs, et j’ai appris que ces choses étaient vraies.

1. Soyez honnête en toutes choses, car l’honnêteté vous donne une conscience claire. La malhonnêteté vous tire vers le bas.

2. Ne dites pas du mal des autres. Vous ne connaissez pas complètement leur situation. Lorsque quelqu’un dit des choses négatives sur quelqu’un, essayez de trouver quelque chose de positif à dire sur cette personne. Vous constaterez que cela crée en vous un amour et une meilleure compréhension des gens.

3. Priez souvent votre Dieu pour qu’il vous guide dans la vie, car la vie peut parfois être difficile, et vous rencontrerez des moments où vous ne saurez pas quoi faire. Les choses se mettront en place, peut-être pas comme vous le souhaiteriez, mais vous constaterez que quoi qu’il arrive, tout se passera à votre satisfaction, et parfois à votre stupéfaction.

4. Ne vous inquiétez pas de ce qui se passe dans le monde, sauf si vous pouvez y faire quelque chose. Cependant, restez en contact avec ce qui se passe, car vous pouvez, d’une manière ou d’une autre, faire la différence.

5. Restez en contact avec votre famille, vos frères et sœurs, vos grands-parents. Leurs histoires vous apporteront beaucoup et, en vieillissant, vous regretterez de ne pas avoir discuté davantage avec eux pour mieux les connaître. Faites-vous un rituel pour être avec eux une fois par mois ou plus s’ils vivent près de chez vous, ou s’ils sont loin, rendez-leur visite au moins une fois par an.

6. Prenez le temps d’être seul, car un jour vous serez peut-être seul et vous aurez besoin de pouvoir vous divertir. Cela se produit généralement lorsque vous vivez plus longtemps que votre famille ou vos amis. Apprenez à connaître vos voisins, afin de pouvoir les aider ou faire appel à eux en cas de besoin.

7. Gardez votre esprit et votre corps actifs, apprenez et expérimentez toujours de nouvelles choses.

8. Essayez de visiter tous les États de ce grand pays avant de faire un voyage à l’étranger. Il y a des choses merveilleuses à voir ici aux États-Unis.

9. Si vous trouvez quelqu’un avec qui vous aimeriez passer le reste de votre vie, apprenez à bien le connaître avant de vous engager. Le coup de foudre se retourne parfois contre vous, et vous pouvez vous retrouver insatisfait et malheureux par la suite.

10. Enfin, un mariage heureux dépend de la coopération et de la compréhension des besoins de votre âme sœur et vice versa. Soyez libre de profiter des choses que vous aimez faire et laissez votre partenaire être libre également. Soyez fidèle l’un à l’autre, afin que la méfiance n’entre pas dans votre mariage. Si votre partenaire veut que vous fassiez quelque chose ensemble, coopérez et essayez de profiter du moment, même si c’est quelque chose qui ne vous plaît pas particulièrement. Il y aura des moments où vous ressentirez la même chose. Et parfois, de façon surprenante, vous pourrez trouver cela agréable. Il y aura des moments où vous serez en colère contre l’autre, mais ne laissez jamais le soleil se coucher sur votre colère. Surmontez-la. Si vous gardez la colère toute la nuit, elle détruit un peu de l’adoration que vous avez pour votre compagnon. Chaque petite blessure enlève la romance que vous aviez au départ, alors faites attention à ce que vous faites ou dites.

Patricia Toombs, Fresno

____

Quelques principes de base que j’ai essayé de transmettre à mes enfants :

On ne peut pas aider les autres tant qu’on ne s’est pas aidé soi-même.

N’oubliez jamais les services que l’on vous a rendus, mais oubliez toujours les services que vous avez rendus aux autres.

Ne jugez pas un homme ou une femme avant d’avoir marché un kilomètre dans ses mocassins.

Ne regardez jamais en arrière, quelque chose pourrait vous rattraper. Allez de l’avant, le passé est un prologue.

L.J. Martin, Montana

______

Ralentissez, parlez plus lentement. Nous, les personnes âgées, entendons mieux si les gens parlent plus lentement. Qu’est-ce qui presse ?

Marty Chilton, Oregon

_____

Après avoir participé à l’étude biblique « Borrego Broads » pendant de nombreuses années (en fait 30), nous avons décidé de nous éloigner du bon livre, deux fois. Nous avons fait une étude indépendante et conjonctive des femmes de la Bible. C’était très intéressant, et nous avons appris quelques informations sur des femmes éminentes. La deuxième fois, nous avons étudié un livre intitulé Une vie motivée par l’essentiel (The Purpose Driven Life). L’une des femmes nous a dit que son groupe d’étude biblique à l’église l’avait étudié et qu’elle pensait que nous pourrions tous en bénéficier.

C’était intéressant dans la mesure où nous avons appris que Dieu a un but pour nous qui n’est peut-être pas celui que nous pensions avoir. En vieillissant, j’ai eu le plaisir de me remémorer certains événements et souvenirs intéressants. Je passais ma vie à essayer de faire « la bonne chose », tel que je l’avais appris, en grandissant.

Il y a toutes les étapes de l’humanité : naître, grandir, apprendre, rendre service à Dieu et à ses semblables, et finalement quitter ce monde en espérant avoir fait quelque chose de significatif de notre vie. Je pensais que je devais faire et être quelque chose d’utile pour l’humanité : apprendre autant que possible, trouver un compagnon aimant, fonder une famille et apporter mes connaissances et ma famille à la société. Cela semblait être un programme raisonnable ! Aujourd’hui, j’ai l’impression de l’avoir fait. Avec l’âge, je regarde les « bonnes choses » que j’ai accomplies et je réalise qu’il y a plus que ces choses. La vie est remplie d’intangibles !

Comment mon « objectif » peut-il aider les autres ? Je le vois chez les autres alors qu’ils vaquent à leurs occupations quotidiennes. Je ne vois pas le but de ma vie tant que je ne ressens pas un sentiment de chaleur en aidant quelqu’un, principalement en encourageant les gens. Je peux voir les rides sur l’eau de ma vie comme un caillou fait des rides sur un étang.

Je reconnais que les gens ont été les galets qui ont fait onduler l’eau de ma vie. Je me suis souvenu et j’ai chéri les souvenirs de personnes qui m’ont encouragé. Je ne peux compter le nombre de fois où j’ai douté et échoué au fil des ans et où j’ai été relevé par quelqu’un par une pensée ou un geste. Cela m’inspire d’être le caillou de quelqu’un d’autre. Je suppose que le but de ma vie est d’être le caillou de quelqu’un !

Bonniegail Coleman, Colorado

_____________

Le code du subalterne militaire : les gros mangent les petits

Supposons qu’un supérieur vous interpelle. Vos trois réponses possibles sont :

1. « Oui, Monsieur »

2. « Non, Monsieur »

3. « Pas d’excuse, Monsieur »

Ensuite, fermez-la !

Mettez-vous au garde-à-vous et maintenez le contact visuel. (Vous allez transpirer !)

Le superviseur demandera très probablement une explication.

Ne vous éternisez pas.
Ne blâmez pas les autres, l’heure, la météo ou le système.
Pour l’amour de Dieu, ne mentez pas et n’inventez pas de choses !
Assumez la responsabilité de vos actions et de leurs résultats.
Le supérieur connaît ce code et si vous vous y tenez sans sourciller, il vous laissera un peu de répit, peut-être même sourira, je l’ai déjà fait !

Demandez : « Puis-je être excusé, monsieur ? » S’il répond « Oui », reculez d’un pas, faites demi-tour et sortez de la Dodge !

Le supérieur a d’autres chats à fouetter !

Lieutenant-colonel Clair E. Walter USAF (retraité)

_____

Je me suis rendu à Sturgis, dans le Dakota du Sud, avec quelques amis pour participer à leur rassemblement annuel de motos qui a lieu en août. C’est une occasion où tous les types d’individus se retrouvent pour partager leurs expériences, admirer les motos et boire quelques bières. C’est aussi l’occasion de rencontrer des individus très rudes qui sont là pour déverser leur colère ou montrer leur attitude aux participants qui ne se doutent de rien. C’est l’endroit où l’on doit se rappeler ce que j’appelle « le pouvoir du signe de tête ». Un simple signe de tête lorsque quelqu’un s’approche de vous peut éviter toute situation inconfortable. Un peu de reconnaissance en guise de respect, c’est tout ce qu’il faut. Cependant, le signe de tête ne fonctionne pas toujours.

Alors que j’étais assis dans un bar, un motard des Hell’s Angels à l’air rude était assis à côté de moi, et je l’ai salué avec mon signe de tête breveté.

« Qu’est-ce que tu regardes ? » n’était pas la réponse que j’attendais. Comprenant que je devais désamorcer la situation aussi rapidement et pacifiquement que possible, j’ai répondu : « Un homme qui a besoin d’une bière. Je peux t’en offrir une ? » Non seulement cela a désamorcé la situation, mais il s’est rapproché de moi comme s’il était mon meilleur ami.

Quelqu’un a dit un jour que celui qui donne le premier coup de poing est à court de mots.

Steve Lurie, Illlinois

_____________

Quels conseils aimeriez-vous donner aux jeunes générations ?

Chers Lecteurs, si vous le souhaitez, vous pouvez aussi partager les valeurs de bien et de mal que la vie vous a apprises et transmettre le flambeau de cette expérience durement acquise aux générations futures. Nous avons le sentiment que la transmission de cette sagesse se perd au fil du temps alors qu’il s’agit d’une base morale indispensable aux générations futures pour pouvoir prospérer.

Envoyez-nous votre expérience et vos conseils pour les jeunes générations, ainsi que votre nom et vos coordonnées à redaction@epochtimes.fr ou par courrier : Epoch Times, À nos chères futures générations, 83 rue du Château des Rentiers, 75013 Paris.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées  :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ