Les législateurs républicains exigent des explications de Facebook au sujet de la censure du rapport de presse de Hunter Biden

Par Masooma Haq
17 octobre 2020
Mis à jour: 17 octobre 2020

Le sénateur Josh Hawley (Parti Républicain, Missouri) a demandé des explications au PDG de Facebook le 14 octobre au sujet de la censure d’un article du New York Post concernant des communications présumées entre Hunter Biden, un haut responsable de l’énergie en Ukraine et le vice-président des États-Unis de l’époque, Joe Biden.

Le républicain du Missouri a écrit une lettre (pdf) au PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, concernant les mesures prises par son entreprise pour limiter la diffusion de l’article du New York Post récemment publié, selon lequel Hunter Biden aurait facilité une rencontre entre un responsable ukrainien de l’énergie et son père.

Andy Stone, le directeur de la communication de Facebook, a publié un tweet le 14 octobre au sujet de la limitation de la portée de cet article.

« Bien que je ne me lie pas avec le New York Post, je veux être clair sur le fait que cette histoire peut être vérifiée par les partenaires tiers de Facebook. En attendant, nous réduisons sa diffusion sur notre plateforme », a déclaré M. Stone.

;

Le sénateur Hawley, qui siège à la commission sénatoriale de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales, qui a mené une enquête sur le rôle de Hunter Biden en Ukraine à l’époque où son père était vice-président des États-Unis, développe dans sa lettre des préoccupations qu’il a également partagées sur Twitter le 14 octobre.

« La nature apparemment sélective de cette intervention publique suggère une partialité de la part de Facebook », a écrit M. Hawley. « Et la suppression du partage de contenu révélant des activités potentiellement contraires à l’éthique par un candidat à la présidence soulèvent un certain nombre de questions additionnelles. »

Le député Doug Collins (Parti républicain, Géorgie) s’exprime lors d’une audition au Capitole à Washington, sur une photo d’archives (Mandel Ngan/AFP/Getty Images)

Le membre du Congrès Doug Collins (Parti républicain, Géorgie) s’est également exprimé sévèrement envers Facebook au sujet de la restriction de la diffusion de l’article.

« La décision de Facebook de ‘réduire la portée’ des reportages du New York Post au sujet de liens entre Joe Biden et Burisma est une grave menace à notre démocratie. Si Facebook continue à utiliser son monopole pour contrôler l’accès à l’information des Américains, ils devront faire face à de graves conséquences », a écrit M. Collins.

M. Stone a déclaré que l’histoire serait vérifiée par des tiers, une mesure instaurée par Facebook au sujet d’articles de presse qu’elle considère pouvant être de la désinformation. Le sénateur Hawley a demandé à Facebook si restreindre des articles provenant de médias crédibles avant vérification des faits est une pratique normale.

En outre, M. Hawley a demandé si Facebook avait des preuves concrètes quant à l’inexactitude de l’article.

« Si vous avez des preuves de ‘désinformation’ contenues dans cet article ou si vous avez déterminé que le reportage est inexact, alors divulguerez [vos informations] au public afin qu’il puisse évaluer vos conclusions », a écrit M. Hawley.

Le sénateur Hawley a ensuite demandé à M. Zuckerberg si l’équipe de campagne de M. Biden ou l’un des représentants de l’ancien vice-président avait contacté Facebook pour supprimer l’article.

Pour appuyer son point au sujet de la partialité de Facebook, le sénateur Hawley a fait référence au fait que le personnel de Facebook a donné près de 5 millions $ (3,34 millions €) pour supporter la campagne de Joe Biden et moins de 250 000 $ ( 161 820 €) pour celle de Donald Trump.

Le sénateur Ted Cruz (Parti républicain, Texas) a travaillé à tenir les grandes entreprises technologiques responsables de limiter la liberté d’expression, en particulier celle des conservateurs, les critiquant et écrivant : « Les Big Tech sont la plus grande menace pour notre démocratie et notre liberté d’expression. »

Facebook n’a pas répondu immédiatement à la demande de commentaires d’Epoch Times.

Plus tôt dans la journée du 14 octobre, l’équipe de campagne du président Trump a accusé Facebook d’interférer dans l’élection : « Facebook interfère activement dans l’élection », a-t-elle tweeté. « Facebook truque l’élection en faveur de Joe Biden. »

FOCUS SUR LA CHINE – Président Xi Jinping : toux à répétition pendant son discours

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ