L’Égypte, au-delà des pyramides

Par Fred McMahon
31 décembre 2019
Mis à jour: 31 décembre 2019

« Comment ai-je pu être assez fou pour ne pas visiter cela avant ? », me suis-je demandé un jour, alors que j’étais à 1 263 km au sud du Caire en visite à Abou Simbel, près de la frontière avec le Soudan, dans une région où l’ancienne Égypte des pharaons s’étendait autrefois jusqu’à l’ancien royaume de Nubie.

En regardant les quatre statues de grès colossales du grand roi égyptien Ramsès II assis sur son trône avec une énorme double couronne qui symbolise son règne sur la Haute et la Basse-Égypte, j’ai ressenti la même chose que la première fois que j’ai vu des merveilles comme les pyramides, la Grande Muraille de Chine, le Taj Mahal ou les effigies de l’île de Pâques.

J’étais déjà allé deux fois en Égypte, mais seulement au Caire pour voir les pyramides et explorer le musée égyptien du Caire. Maintenant, je réalise que ce n’est pas suffisant. Pour vraiment apprécier l’Égypte, il faut regarder au-delà des pyramides.

Une Felouque naviguant sur le Nil ; ces petits voiliers typiquement égyptiens sont un spectacle commun et rappellent le Nil et l’Égypte. (Fred J. Eckert)

Les quatre gigantesques personnages de la tour de pharaon la plus longue d’Égypte mesurant 20 mètres de haut et sont placés contre une façade de 33 mètres de haut encastrée dans le flanc d’une falaise – une œuvre absolument incroyable de l’art égyptien antique qui rivalise avec les pyramides. À quelques pas de là, un petit temple est flanqué de six statues alternées de 10 mètres de haut de Ramsès II et de son épouse préférée, la reine Néfertari, dépeinte comme la déesse Hathor.

Le plus grand temple de Ramsès II et le plus petit de la reine Néfertari ont tous deux étés érigés au XIIIe siècle avant J.-C. pour impressionner et intimider les visiteurs venant d’Afrique australe avec cette impressionnante démonstration de la grandeur de l’Égypte et de la grandeur de Ramsès II. Abandonnés par la suite, ils sont restés enfouis pendant des siècles jusqu’à ce qu’un explorateur suisse les découvre en 1813 en remarquant leurs têtes dépassant du sable.

Les statues géantes du pharaon Ramsès II marquent l’entrée du temple de Louxor. (Fred J. Eckert)

Cette dernière visite a commencé – comme la plupart des visites en Égypte – au Caire, où j’ai visité le musée égyptien du Caire, les pyramides ainsi que le musée contenant le navire funéraire du pharaon Khéops, dont la pyramide voisine est la plus grande des trois pyramides du plateau de Gizeh, les deux autres étant les pyramides de Chéphren et de Mycerinus.

Compte tenu de toutes les turbulences de ces dernières années, vous pouvez sérieusement hésiter à considérer l’Égypte comme votre principale destination de voyage. Mais l’ Égypte a fait un surprenant retour en forme. En 2018, plus de 11 millions de touristes ont visité l’Égypte, et l’Organisation mondiale du tourisme l’a récemment classée comme la destination touristique à la croissance la plus rapide au monde.

Pas étonnant : c’est une sensation tellement impressionnante de voir les pyramides et le Grand Sphinx, le visage d’un homme – un pharaon, peut-être ? – de 20 mètres de haut et 58 mètres de long, et le corps d’un lion qui garde les pyramides.

Du Caire, nous avons volé 676 km vers le sud jusqu’à Louxor, la terre de Thèbes, capitale du Nouvel Empire. Ici, les pharaons successifs ont construit deux grands temples le long de la rive Est du Nil.

Le temple de Louxor, auquel on accède par une façade marquée par des statues géantes du pharaon qui a construit son premier pylône – Ramsès II – est compact par rapport au temple de Karnak, qui se trouve à un peu moins de 3 km. Les deux sont reliés par un chemin flanqué de part et d’autre d’une rangée de sphinx.

Karnak, non seulement plus étendu mais aussi plus alambiqué, est surtout connu pour sa Grande Salle hypostyle, avec 137 colonnes gigantesques et une surface plus grande que celle de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le temple de Karnak, à seulement 3 km du temple de Louxor, est surtout connu pour sa Grande Salle hypostyle, avec 134 colonnes gigantesques. (Fred J. Eckert)

À proximité, sur la rive ouest du Nil, nous visitons la vallée des Rois (plus connue pour la découverte au début du 20e siècle de la tombe de Toutankhamon, vieille de 3 000 ans) et la vallée des Reines. Les tombes de nombreux souverains et membres de la famille et de la noblesse ont été creusées dans la roche dure de ces vallées par des souverains qui préféraient cela aux pyramides.

Dans cette région se trouve également le magnifique temple d’Hatchepsout, la seule pharaonne de l’Égypte ancienne, dans un grand amphithéâtre au pied d’une falaise calcaire abrupte ; il y a aussi les colosses de Memnon, deux statues sans visage, hautes de 18 mètres, intronisées au nom du pharaon Amenhotep III, dont l’une, selon les anciens Grecs et Romains, émettait un son chantant à chaque lever de soleil.

Naviguer sur le Nil

Aussi intéressants que soient les monuments et les ruines de l’ancien monde, il y a aussi beaucoup à dire sur le confort du monde moderne, donc les meilleurs voyages en Égypte vous montreront le meilleur de l’époque antique tout en vous assurant de vivre le meilleur du présent.

Comme il était agréable, en revenant d’un grand site antique, de monter à bord d’un bateau climatisé et de naviguer vers notre prochaine destination sur le Nil dans une sorte d’hôtel boutique flottant cinq étoiles.

Le Sun Boat IV, le bateau climatisé d’Abercrombie & Kent sur lequel j’ai voyagé, dispose de cabines spacieuses et d’une large gamme de services offerts. (Fred J. Eckert)

Ma cabine sur le Sun Boat IV – le bateau a 36 cabines plus quatre suites – était exceptionnellement spacieuse, avec des fenêtres pleine largeur du sol au plafond, une salle de bain de taille décente et un lit très confortable. Il était très bien décoré et comprenait une télévision couleur par satellite et une ligne téléphonique internationale. L’accès à Internet était également disponible sur le bateau.

Ce bateau magnifiquement restauré, superbement meublé et décoré dans un style contemporain d’influence Art Déco, dispose d’un élégant salon et bar, d’un gymnase bien équipé, d’une bonne bibliothèque, d’une petite piscine, de deux ponts spacieux pour prendre le soleil et d’un restaurant confortable avec des fenêtres panoramiques pour que vous puissiez profiter du paysage tout en dînant.

Les activités à bord comprennent un diaporama par notre guide égyptologue professionnel, une représentation de l’authentique folklore égyptien et une fête pour laquelle chacun de nous a reçu un souvenir une galabeya, tenue traditionnelle égyptienne, à porter.

La nourriture – une vaste sélection de plats américains, continentaux, internationaux et égyptiens – et le service étaient excellents.

Entre la région de Louxor et Assouan, nous nous sommes arrêtés le long du Nil pour visiter trois autres sites. À Edfou, nous avons visité le temple d’Horus, le dieu faucon. À Kom Ombo, nous avons visité un temple gréco-romain, dont une moitié est dédiée à Horus l’Ancien, ou Haroeris, un dieu faucon combiné à un dieu de la lumière dont les yeux étaient le soleil et la lune, tandis que l’autre moitié est dédiée au dieu crocodile Sobek. Dans la région d’Assouan, nous visitons le magnifique temple de Philae, où se trouve un sanctuaire particulièrement beau en l’honneur de la plus importante de toutes les déesses égyptiennes, Isis.

Le temple de Philae, dans la région d’Assouan, est un sanctuaire particulièrement beau qui honore la plus importante de toutes les déesses égyptiennes, Isis. (Fred J. Eckert)
Le temple d’Horus à Edfou, le monument le mieux préservé du pays, honore l’une des plus importantes divinités de l’Égypte ancienne. Adoré comme le fils d’Isis et d’Osiris, Horus était représenté avec la tête – et souvent le corps – d’un faucon et était le souverain des cieux et la divinité des pharaons. (Fred J. Eckert)

Où que nous allions, notre guide égyptologue donnait vie à l’histoire en expliquant soigneusement la signification des gravures murales et en déchiffrant pour nous bon nombre des choses écrites en hiéroglyphes.

Parfois, pendant le voyage, je m’asseyais sur le pont du Sun Boat IV, buvant du café le matin ou du thé l’après-midi, réfléchissant aux merveilles que j’avais vues jusqu’alors et absorbant les vues du Nil. Des petits voiliers égyptiens, appelés felouques, naviguaient en transportant des personnes, des matériaux ou même des animaux ; un fermier solitaire travaillait son petit lopin de terre sur la terre fertile près de la rive du grand fleuve ; un jeune homme montait sur un âne le long d’un chemin côtier, en balançant une branche de palmier contre son flanc, ce qui le faisait avancer plus vite ; des scènes qui n’étaient sûrement pas différentes de celles que j’aurais vues si j’avais été là des siècles auparavant.

Quelle merveilleuse façon de vivre l’Égypte !

Si vous y allez

Information : Un certain nombre de grands voyagistes desservent l’Égypte. Mon voyage s’est fait par l’intermédiaire d’Abercrombie & Kent, une agence internationale de voyages (AbercrombieKent.com, 800-554-7094).

Le meilleur moment pour y aller : Pendant l’hiver. En été, il fait très chaud en Égypte.

Sécurité : Le tourisme étant un élément crucial de l’économie égyptienne, le gouvernement se concentre sur la sécurité. Mais il est sage de prendre toutes les précautions.

Conseils de voyage pour la tranquillité d’esprit : Si jamais vous devez être évacué médicalement pendant un voyage, cela peut vous coûter des dizaines de milliers d’euros si vous n’avez pas une assurance-voyages fiable.

Fred J. Eckert est un ambassadeur américain à la retraite et un ancien membre du Congrès. Ses écrits ont été publiés dans de nombreuses publications importantes, notamment le Reader’s Digest et le Wall Street Journal. Il est également un photographe primé dont la collection d’images s’étend sur sept continents.

*****

RECOMMANDÉ