L’embrasement entre Israël et les Palestiniens

Par Epoch Times avec AFP
19 mai 2021
Mis à jour: 19 mai 2021

Israël et des groupes armés palestiniens menés par le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, sont engagés depuis le 10 mai dans une escalade militaire inédite depuis l’été 2014.

Plusieurs salves de roquettes vers Israël

Le 10 mai au soir, le Hamas lance vers Israël plusieurs salves de roquettes depuis la bande de Gaza, enclave palestinienne sous blocus israélien depuis 2007, en solidarité avec les Palestiniens de Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville illégalement occupé et annexé par Israël selon le droit international.

Ces tirs interviennent au quatrième jour d’affrontements entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes à Jérusalem-Est. Les heurts, sur fond de menace d’expulsion de familles palestiniennes au profit de colons juifs, ont fait plus de 900 blessés palestiniens.

Représailles des frappes sur Gaza

L’armée israélienne mène en représailles des frappes meurtrières sur Gaza. Le Hamas a franchi « une ligne rouge », déclare le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le lendemain, le Hamas tire un barrage de roquettes vers Tel-Aviv après la destruction à Gaza d’un immeuble dans lequel des ténors du mouvement avaient leurs bureaux.

Violences des villes mixtes

Le 11 également, des villes « mixtes » israéliennes, où vivent Juifs et Arabes israéliens, connaissent un accès de violence.

Représentant environ 20% de la population d’Israël, les Arabes israéliens sont des Palestiniens restés sur leurs terres à la création de l’Etat hébreu en 1948.

A Lod, près de Tel-Aviv, l’état d’urgence est décrété après que la police a fait état d’« émeutes » ayant suivi la mort violente d’un Arabe israélien.

Le 13 blindés le long de la bande de Gaza

Le 13, Israël masse des blindés le long de la barrière de séparation avec la bande de Gaza.

-Des soldats israéliens travaillent et opèrent une unité d’artillerie près de la frontière entre Israël et la bande de Gaza le 18 mai 2021 à Sderot, Israël. Photo par Amir Levy /Getty Images.

Le lendemain, les hostilités s’étendent à la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Le 15  la chaîne d’information qatarie Al-Jazeera pulvérisée

Le 15, un immeuble de Gaza abritant notamment la chaîne d’information qatarie Al-Jazeera et l’agence de presse américaine Associated Press et qui venait d’être évacué, est pulvérisé par l’aviation israélienne.

Selon Reporters sans frontières, qui a saisi la Cour pénale internationale, « depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées ».

Le 16 morts de 42 palestiniens 

Le 16, les frappes israéliennes tuent 42 Palestiniens à Gaza, dont au moins huit enfants. Bilan le plus lourd en une seule journée, selon le ministère de la Santé à Gaza.

L’armée israélienne annonce avoir attaqué le domicile du chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinouar.

Une attaque à la voiture-bélier contre une patrouille israélienne dans le quartier de Cheikh Jarrah, à Jérusalem-Est, fait plusieurs blessés.

Dans la nuit, l’aviation israélienne pilonne des dizaines de fois l’enclave palestinienne.

Le 18, le président américain Joe Biden exprime pour la première fois son soutien à un « cessez-le feu », lors d’un entretien téléphonique avec Benjamin Netanyahu.

Plusieurs rassemblements en Cisjordanie, dans le cadre d’une journée de grève générale et de « manifestations de colère », dégénèrent en affrontements avec l’armée. Depuis le 10 mai, 24 Palestiniens y ont été tués par les forces israéliennes.

Conseil de sécurité de l’ONU

La France propose une résolution au Conseil de sécurité de l’ONU, en coordination avec l’Egypte et la Jordanie, qui demande un cessez-le-feu.

Le 19, les affrontements nocturnes entre Israël et le Hamas se poursuivent.

Selon un haut responsable militaire, Israël étudie « la question du moment opportun pour un cessez-le-feu », affirmant que l’Etat hébreu se prépare toutefois « pour plusieurs jours » d’opération supplémentaires et vérifie si son offensive a « atteint ses objectifs ».

Benjamin Netanyahu affirme ne pas exclure de devoir « venir à bout » du Hamas si l’option de la « dissuasion » échoue.

Depuis le 10 mai, au moins 219 personnes, dont 63 enfants, ont été tuées dans des raids israéliens sur la bande de Gaza, selon le ministère de la Santé local. En Israël, les tirs de roquettes depuis Gaza ont fait douze morts, selon la police israélienne.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ