L’énergie verte est un gaspillage de la vie humaine, de la liberté et de l’environnement

Par H. Sterling Burnett
11 juin 2021
Mis à jour: 11 juin 2021

Le Parti démocrate revient à ses anciennes habitudes. Les démocrates étaient le parti de l’esclavage avant d’être contre. Maintenant, ils sont à nouveau le parti de l’esclavage. Ils soutiennent également le travail des enfants.

Dans l’obsession insensée des démocrates de contrôler le temps qu’il fera dans 80 ans, pour lutter contre la menace totalement inexistante qu’est le modeste changement climatique, ils poussent toujours plus loin les technologies de l’énergie verte, qui reposent sur la misère humaine et des montagnes de déchets toxiques.

Des Asiatiques et des Africains, dont de nombreux enfants, sont réduits en esclavage et meurent dans les mines, les raffineries et les usines pour obtenir les minéraux et les métaux nécessaires aux technologies énergétiques vertes que les démocrates imposent. Pourtant, les politiciens et leurs partisans ne semblent pas s’en soucier.

Amnesty International et de nombreux médias ont mené des recherches et publié des articles montrant que la plupart du cobalt nécessaire à la fabrication des batteries requises pour la grande campagne du président Joe Biden en faveur des véhicules électriques provient de petites mines de la République démocratique du Congo (RDC). Le cobalt est un métal nécessaire aux batteries rechargeables qui alimentent presque tous les appareils électroniques dans le monde aujourd’hui, y compris les téléphones portables, les ordinateurs portables, les tablettes, les véhicules électriques et les aimants utilisés dans les éoliennes.

La RDC produit plus de la moitié du cobalt utilisé aujourd’hui, soit plus que tous les autres pays du monde réunis.

Le gouvernement de la RDC a un terrible bilan en matière de violations des droits de l’homme. De nombreux travailleurs dans les mines de cobalt du pays sont des enfants réduits en esclavage ou quasiment réduits en esclavage. L’UNICEF estime que plus de 40 000 enfants travaillent dans les mines de la RDC, où des centaines, voire des milliers, meurent chaque année dans des effondrements et autres accidents miniers ou dans de maladies liées à l’exploitation minière. La plupart de ce cobalt est produit pour, ou acheté par, des conglomérats chinois opérant en RDC. Souvent, le cobalt est expédié en Chine, où il est raffiné et utilisé dans toutes sortes de gadgets électroniques, des téléphones portables aux systèmes d’affichage des avions de chasse.

Et il n’y a pas que les batteries des voitures électriques et les batteries de secours des installations industrielles solaires et éoliennes qui reposent sur l’esclavage et la misère humaine. Selon des recherches menées par l’université de Sheffield Hallam, au Royaume-Uni, une seule province chinoise produit 45 % du polysilicium utilisé dans les panneaux solaires, dont la majorité est assemblée en Chine. Le polysilicium et les panneaux solaires sont produits par des musulmans ouïghours dans le cadre d’un vaste régime de travail forcé.

« Les panneaux solaires font l’objet d’une demande énorme en raison du changement climatique », rapporte la BBC en évoquant l’étude. « La production mondiale de panneaux solaires fait appel au travail forcé des musulmans ouïghours de Chine dans la province du Xinjiang. Le [polysilicium] est obtenu par un système massif de coercition. »

Le cobalt et le polysilicium ne sont que deux des myriades de minéraux, métaux et composites qui sous-tendent toute l’électronique moderne et pour lesquels le monde dépend de la Chine et d’autres régimes oppressifs. À moins que l’administration Biden-Harris, les autres dirigeants du Parti démocrate américain et les dirigeants d’autres pays développés ne changent de cap, le travail des enfants et l’esclavage deviendront encore plus répandus, car toutes les technologies d’énergie verte qu’ils préconisent dépendent de ces minéraux et éléments.

Ensuite, il y a l’énorme problème des déchets créés par la poussée de l’énergie verte.

D’énormes quantités de terre doivent être exploitées pour extraire les minéraux et les éléments épars nécessaires à la création des batteries qui alimentent les voitures électriques, ainsi que pour fournir une énergie supplémentaire lorsque le vent ne souffle pas ou que le soleil ne brille pas. Le raffinage de ces minéraux produit une boue toxique qui empoisonne les populations et les environnements adjacents et en aval.

Des activités minières et manufacturières encore plus énergivores sont nécessaires pour créer les matériaux composites dont sont constituées les pales et les tours des éoliennes. Des quantités massives d’énergie sont utilisées pour créer et transporter les dizaines de milliers de tonnes de béton à forte teneur en dioxyde de carbone nécessaires pour ancrer chaque éolienne. De vastes étendues de terre, le plus souvent des zones de vue privilégiées, des habitats naturels et des couloirs de migration, sont transformées en parcs industriels producteurs d’énergie lorsque des « parcs » éoliens et de vastes panneaux solaires sont érigés.

Il en résulte d’énormes piles de déchets toxiques lorsque les batteries, les éoliennes et les panneaux solaires tombent en panne prématurément ou cessent tout simplement de fonctionner à la fin de leur durée de vie utile prévue, et il est difficile de les traiter, de les recycler ou de les éliminer. En raison de la façon dont elles sont assemblées et des matériaux qui les composent, les batteries au lithium-ion sont difficiles à recycler. Tenter de démonter une batterie pour la recycler peut entraîner un court-circuit, une explosion et un incendie qui libère des fumées toxiques.

Or, en l’absence de recyclage, les millions de batteries de véhicules électriques que les fabricants prévoient de produire au cours des prochaines décennies finiront dans des décharges, occupant d’énormes quantités d’espace dans des conditions qui peuvent entraîner la libération de toxines, notamment de métaux lourds.

Avant même que M. Biden ne commence à faire pression pour développer l’utilisation des véhicules électriques et des installations industrielles d’énergie éolienne et solaire, les villes et les États avaient déjà du mal à gérer les déchets croissants provenant des éoliennes et des panneaux solaires hors service.

Les municipalités qui gèrent des décharges agréées refusent de plus en plus les pales d’éoliennes, même si elles peuvent faire payer le double de la tonne pour les accepter, car elles prennent énormément de place, doivent être broyées à grands frais, mettent des centaines d’années à se décomposer et rejettent souvent du méthane et des composés organiques volatils dans l’environnement. Ils ne peuvent pas non plus être recyclés, car ils sont constitués d’un composite de résine, de fibre de verre et d’autres matériaux.

Le gaspillage pur et simple de vies humaines, de liberté et de ressources pour l’obsession climatique de la gauche est effroyable. Exploiter les personnes et les environnements les plus vulnérables du monde dans l’espoir vain d’empêcher une minuscule élévation du niveau de la mer et des températures légèrement plus élevées dans le monde d’ici 100 ans est imprudent et contraire à la morale.

Sterling Burnett, Ph.D., est chercheur principal au Heartland Institute, un centre de recherche non partisan et à but non lucratif dont le siège est à Arlington Heights, dans l’Illinois.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ