L’épidémie de coronavirus déclenche un déluge de faillites en Chine

Par Wu Minzhou
12 février 2020 Mis à jour: 12 février 2020

Alors que la Chine étend les mesures de verrouillage à de nombreuses autres villes pour freiner la propagation du nouveau coronavirus, une crise de rupture de la chaîne d’approvisionnement se produira lorsque tous les fabricants seront à court de stocks en raison de la stagnation de la main-d’œuvre, du transport et de l’approvisionnement. Un nombre massif d’entreprises pourrait s’effondrer en Chine d’ici un ou deux mois, prédit un économiste.

Liu Mengjun, un économiste taïwanais et chercheur de la première division de recherche de l’Institut Chung-Hua pour la recherche économique, s’est entretenu avec l’édition chinoise d’Epoch Times dans une interview exclusive le 6 février. Il a déclaré que l’économie chinoise n’avait pas beaucoup souffert de l’épidémie de SRAS de 2003, car à cette époque la Chine venait d’adhérer à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ; avec une part assez faible du commerce international, elle a réussi à survivre lorsque la demande du marché extérieur a diminué pendant l’épidémie de SRAS.

Consommation domestique et urbanisation

Actuellement, l’industrie des services en Chine représente une part plus importante du PIB que le secteur industriel, y compris les industries manufacturières et de construction ; à long terme, la Chine devra faire la transition vers une économie axée sur la demande intérieure, a déclaré Liu Mengjun. Mais à présent, l’épidémie de coronavirus a un impact sur la consommation intérieure du pays.

L’urbanisation, avec des dizaines de millions de personnes vivant dans les grandes villes, est également un facteur important qui stimule la demande intérieure en Chine, a noté Liu Mengjun. Mais ce sont précisément les régions les plus urbanisées qui ressentent le plus l’impact de l’épidémie en raison des blocages. Le coronavirus de Wuhan a donc également ébranlé l’ambition de la Chine à stimuler son économie par une urbanisation accrue.

Immobilité des travailleurs, transport et perturbation de la chaîne d’approvisionnement

Liu Mengjun a souligné que le verrouillage s’est étendu à des villes importantes comme Wuhan, Hangzhou et Nanjing, qui ont toutes une forte concentration d’entreprises et de sociétés taïwanaises et étrangères. Les entreprises qui dépendent de la Chine en tant que pays de production et d’exportation en ressentiront les effets à court terme, a-t-il déclaré. À terme, une crise de rupture de la chaîne d’approvisionnement se fera sentir lorsque tous les fabricants auront épuisé leurs stocks en raison de l’immobilité de la main-d’œuvre et de la stagnation des flux de transport.

En outre, comme ces régions sont pour la plupart les centres de fabrication et de R&D (Recherche et développement) « Made in China 2025 », la propagation du coronavirus pourrait provoquer une fuite des cerveaux qui menacerait encore davantage les perspectives économiques futures de la Chine.

Selon Liu Mengjun, depuis le début de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, certaines entreprises taïwanaises, compte tenu de l’augmentation des droits de douane et de nombreux facteurs d’incertitude, ont choisi de retourner à Taïwan et d’y relancer leurs chaînes de production. D’autres ont déplacé leur production vers les pays de l’ASEAN. Avec la propagation du coronavirus et le déclin de la demande intérieure chinoise, les entreprises taïwanaises qui opèrent encore en Chine vont rapidement chercher d’autres sites de production.

Les entreprises nationales sont vulnérables en raison d’un fort effet de levier financier

Jia Guolong, président de Xibei Catering Group, une chaîne de restaurants de premier plan en Chine, a récemment déclaré que les fonds de la société pourraient ne pas durer trois mois de plus si le coronavirus continue à se propager.

Selon Liu Mengjun, il est courant en Chine que les entreprises fonctionnent avec un fort effet de levier financier, c’est-à-dire qu’elles empruntent d’énormes sommes d’argent. Le ralentissement du marché va donc poser davantage de difficultés aux entreprises qui ont recours à un financement très important.

Même si la Banque populaire de Chine a récemment réduit ses exigences en matière de réserves, il est difficile pour les capitaux de circuler vers les petites et moyennes entreprises qui ont besoin d’argent, a déclaré Liu Mengjun. On estime qu’un déluge de faillites d’entreprises apparaîtra en Chine d’ici un ou deux mois, ce qui témoigne de la vulnérabilité de l’économie chinoise – elle semble même meilleure que d’autres économies ayant un vent favorable, mais en cas de ralentissement économique, la faiblesse des entreprises sera amplifiée.

Liu Mengjun a suggéré aux entreprises taïwanaises de diversifier à la fois leurs investissements et leurs activités. Il n’est toujours pas pratique pour ceux qui ont des entreprises en Chine continentale de retirer tous leurs capitaux, parce que les autorités communistes chinoises vont contrecarrer leurs plans de diverses manières, a-t-il dit. Mais il est possible d’adopter la stratégie d’investissement à l’étranger du Japon appelée « Chine plus une autre région », c’est-à-dire ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

RECOMMANDÉ