L’épidémie de coronavirus met en évidence la coercition de Pékin sur l’économie mondiale, selon un expert

Par Cathy He
11 mars 2020
Mis à jour: 11 mars 2020

L’épidémie de coronavirus a suscité des inquiétudes quant aux effets négatifs de l’influence économique et politique du régime chinois dans le monde, a déclaré un expert.

Depuis l’apparition de l’épidémie à Wuhan, en Chine, en décembre dernier, le coronavirus s’est répandu dans 115 pays et régions, avec un nombre total d’infections d’environ 118 000 cas, dont environ 32 % en dehors de la Chine.

Pour certains pays touchés qui dépendent économiquement de la Chine, leur capacité à répondre efficacement à l’épidémie a été entravée par les inquiétudes de ne pas vouloir contrarier le régime chinois, a déclaré Daniel Kliman, chercheur principal et directeur du programme de sécurité pour l’Asie-Pacifique au centre de réflexion, Center for a New American Security, basé à Washington.

« L’habileté de l’État chinois en matière d’économie résulte à mettre certains pays devant un dilemme quant à la manière de gérer ce virus », a déclaré M. Kliman lors d’une table ronde au National Press Club à Washington le 9 mars.

La gestion de l’épidémie par la Corée du Sud illustre bien ce dilemme, a noté M. Kliman. La Chine est le principal partenaire commercial du pays.

« Le gouvernement sud-coréen s’est vraiment efforcé de lutter contre le coronavirus au niveau national tout en essayant de ne pas contrarier la Chine par crainte de représailles économiques », a déclaré M. Kliman. « Et cela a causé un revers politique contre l’administration actuelle en Corée du Sud. »

Le président sud-coréen Moon Jae-in a été sévèrement critiqué par les politiciens de l’opposition et les experts de la santé en Corée du Sud pour sa mauvaise gestion de la crise en ne fermant pas sa frontière avec la Chine pendant la période « la plus cruciale » pour limiter la propagation dans le pays. Moon Jae-in a refusé d’émettre une interdiction totale de voyager pour les personnes en provenance de Chine, et a plutôt émis une interdiction limitée de voyager pour les visiteurs de la province de Hubei, la région qui abrite l’épicentre du coronavirus, le 4 février – cinq jours après que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré l’épidémie comme une urgence sanitaire mondiale.

Le pays compte aujourd’hui plus de 7 500 cas confirmés de COVID-19, la maladie provoquée par le virus, les plus grands foyers d’épidémie provenant de membres de l’église Shincheonji de Jésus, une secte religieuse chrétienne basée dans la ville de Daegu.

Miner la bonne gouvernance

M. Kliman a également déclaré que le projet d’investissement dans les infrastructures du régime, l’initiative de la route de la soie (ou le nouveau nom « Initiative route et ceinture » : Belt and Road Initiative, BRI selon l’acronyme anglais) », a joué un rôle dans l’affaiblissement de la gouvernance dans les pays partenaires, en particulier dans les pays en développement, ce qui pourrait rendre plus difficile pour ces pays de contenir le coronavirus à l’avenir.

La BRI, qui vise à relier les continents asiatique, européen et africain par un réseau de chemins de fer, de ports et de routes, a été utilisée par le régime pour renforcer son influence géopolitique. Cette politique a été critiquée parce qu’elle facilite la corruption dans les pays en développement et les place dans un « piège à dette », alors qu’ils luttent pour rembourser les lourds emprunts chinois.

« Les pratiques chinoises [en matière d’IRB] affaiblissent parfois la gouvernance, en particulier dans les pays en développement, où l’on constate un potentiel de corruption, de cooptation des élites locales, une perte d’une certaine transparence », a déclaré M. Kliman.

« Une meilleure gouvernance et une plus grande transparence tendent à aider les pays et les gouvernements à lutter contre les épidémies. Ainsi, dans la mesure où l’on constate un affaiblissement de la gouvernance dans les pays en développement où la Chine est présente, cela peut rendre plus difficile non seulement la détection mais aussi la lutte contre les coronavirus à l’avenir. »

Recrutement par recommandation dans les organisations internationales

L’épidémie, a déclaré M. Kliman, a également mis en lumière l’influence du régime chinois à l’OMS, qui a été critiquée pour sa gestion initiale de la crise.

M. Kliman a déclaré que la réponse mondiale à l’épidémie a mis en évidence « l’impact réel de la cooptation de la Chine au sein des organisations internationales, que l’Organisation mondiale de la santé, fortement influencée par la Chine aujourd’hui, a été assez lente à s’attaquer au coronavirus ».

« Au départ, je dirais qu’elle a minimisé la portée et la nécessité d’une réponse énergique. »

L’OMS a coupé court à la désignation de l’épidémie de coronavirus en tant que pandémie mondiale, alors que de nombreux observateurs avaient contesté cette évaluation, affirmant que la transmission mondiale de la maladie correspondait à cette classification.

« À mon avis, le fait que l’OMS a été lente à étiqueter une pandémie relève d’une sorte de calcul politique, en partie par crainte que le Parti communiste chinois à Pékin ne considère que cela soit préjudiciable à l’image de la Chine », a déclaré M. Kliman.

RECOMMANDÉ