L’épidémie virale chinoise pourrait être 10 fois plus importante que celle du SRAS, selon un expert

Par Cathy He
24 janvier 2020 Mis à jour: 24 janvier 2020

Un grand spécialiste des maladies infectieuses a averti que le virus de Wuhan pourrait être 10 fois pire que l’épidémie de SRAS, qui a tué près de 800 personnes en 2002-2003.

Guan Yi, directeur du State Key Laboratory of Emerging Infectious Diseases (laboratoire national des maladies infectieuses émergentes) de l’université de Hong Kong, a déclaré dans une interview accordée le 23 janvier au magazine financier chinois Caixin que son « estimation prudente est que l’épidémie pourrait finir par avoir une ampleur au moins 10 fois supérieure à celle du SRAS ».

Guan Yi a contribué à identifier avec succès le coronavirus qui a causé l’épidémie de SRAS en Chine il y a près de deux décennies.

Il a également critiqué les autorités de Wuhan pour leur intervention déficiente face à l’épidémie.

M. Guan et son équipe se sont rendus à Wuhan mardi dans l’espoir d’identifier l’animal à l’origine du virus, mais ils ont été consternés de constater le manque de précautions prises par les habitants et les autorités de la ville.

Il a fait remarquer que les résidents autour du marché d’animaux vivants suspectés d’être à l’origine de l’épidémie ne prenaient aucune précaution et ne portaient pas de masque. L’aéroport ne disposait d’aucune mesure pour désinfecter les surfaces ou les sols, ce qui indique que le gouvernement de la ville était complaisants malgré les ordres pressants des autorités centrales de Pékin, a déclaré M. Guan.

« Je pensais à l’époque que nous devions être en ‘état de guerre’, mais comment se fait-il que l’alarme n’ait pas été donnée ? », a-t-il déclaré au magazine. « Pauvres citoyens, ils se préparaient encore à fêter le Nouvel An en paix et n’avaient aucune notion de l’épidémie. »

Le nouveau coronavirus a infecté au moins 647 personnes, principalement en Chine. Des cas ont également été confirmés à l’étranger, notamment aux États-Unis, au Japon, en Corée du Sud, à Taïwan et en Thaïlande.

Guan Yi a également critiqué les autorités locales pour avoir désinfecté le marché, affirmant qu’elles avaient détruit des preuves cruciales qui auraient aidé les chercheurs à trouver la source du virus.

« Je me considère comme un vétéran des batailles », a-t-il déclaré, faisant référence à son expérience de la lutte contre la grippe aviaire, le SRAS et d’autres épidémies. « Mais avec cette pneumonie de Wuhan, je me sens extrêmement impuissant. »

Il a ajouté que le « temps d’or » pour contenir le virus était déjà passé, malgré l’interdiction de voyager imposée par la ville le jeudi, car la plupart des personnes qui se rendent chez elles pour le Nouvel An lunaire avaient certainement déjà quitté la ville.

« Ils ont pu être en contact avec des patients de la communauté et être encore en phase d’incubation lorsqu’ils ont quitté Wuhan. Ils sont probablement porteurs de virus en déplacement », a déclaré M. Guan.

Il a déclaré qu’il s’attendait à ce que l’épidémie atteigne son apogée au cours du week-end, notant que le virus avait une période d’incubation d’environ huit jours.

RECOMMANDÉ