L’épouse de Gao Zhisheng, avocat chinois spécialiste des droits de l’homme disparu, demande l’aide de la communauté internationale

Par Hong Ning
11 août 2020
Mis à jour: 11 août 2020

Le célèbre avocat chinois des droits de l’homme, Gao Zhisheng, est porté disparu depuis 2017. L’épouse de M. Zhisheng, Geng He, et leurs jeunes fils et filles se sont enfuis aux États-Unis il y a 11 ans. Ils n’ont pas vu ce dernier depuis lors et n’ont pas eu de nouvelles de lui au cours des trois dernières années.

« Jour après jour, mois après mois, année après année – le 13 août, cela fera trois ans – chaque jour, je me languis d’un appel de lui, et je veux lui parler des difficultés que j’ai à élever nos enfants… Où est Gao Zhisheng ? Quand puis-je m’attendre à recevoir cet appel ? » a confié Geng He au journal Epoch Times dans une récente interview.

Geng He a déclaré que ses déplacements et sa vie restent difficiles et elle espère que les dirigeants politiques européens et d’autres membres de la communauté internationale prêteront attention à son cas.

Après l’apparition du virus du PCC cette année, Geng He a déclaré qu’elle était devenue encore plus inquiète au sujet de son mari.

« Je crains que pendant la pandémie, les autorités ne l’aient infecté avec la maladie, puis l’aient laissé disparaître par ce moyen. Tous les jours, je m’inquiète. Dès que j’arrête de travailler, je pense immédiatement à lui. Il me vient soudain à l’esprit, puis j’appelle son frère aîné, mais il est toujours sans nouvelles. »

Geng He affirme qu’elle considère le Parti communiste chinois (PCC) lui-même comme un virus qui a infecté le monde entier. Et à travers cette pandémie, le monde a appris à mieux connaître le PCC, a-t-elle ajouté.

Elle a également exprimé sa gratitude envers les dirigeants européens pour l’attention qu’ils ont portée à la situation de son mari.

« Que ces personnes qui partagent les mêmes valeurs travaillent ensemble pour changer la Chine ! J’espère que la communauté internationale prêtera attention à son sort », a-t-elle déclaré.

« Je pense que l’Europe a vraiment appris à connaître le PCC grâce à cette épidémie, et j’espère qu’ils comprendront que la persécution de personnes comme Gao Zhisheng, qui ont essayé de changer la Chine pour le bien du peuple chinois, continue », a-t-elle ajouté.

L’Union européenne a récemment critiqué le régime chinois pour avoir propagé de fausses informations sur la pandémie et aggravé la crise de santé publique.

Connu sous le nom de « Conscience de la Chine », Gao Zhisheng, un avocat autodidacte, a représenté des citoyens chinois qui ont été persécutés, notamment des pratiquants du groupe spirituel Falun Gong. Depuis fin 2004, il a envoyé à plusieurs reprises des lettres à de hauts responsables du PCC, pour demander des changements dans la répression du Falun Gong et d’autres groupes opprimés.

Depuis 2006, Gao Zhisheng a été kidnappé à plusieurs reprises par la police, gravement torturé et emprisonné. Sa femme et ses enfants ont également été menacés par les autorités. En 2009, Geng He a fui la Chine avec ses enfants lors d’une évasion audacieuse. Ils vivent maintenant aux États-Unis.

Après l’évasion de Geng He, Gao Zhisheng a été emmené par la police de son domicile dans la province de Shaanxi, et on ignore où il se trouve depuis près de deux ans. En 2011, il a fait une brève apparition à Pékin et a été interviewé par l’Associated Press au sujet des cruelles tortures qu’il avait subies en détention.

En décembre 2011, les autorités chinoises ont publié une annonce en anglais, indiquant que Gao Zhisheng avait été renvoyé en prison pour y purger trois années supplémentaires. Gao Zhisheng  a ensuite été porté disparu pendant 22 mois supplémentaires. Il a été libéré de prison en 2014 et directement placé en résidence surveillée.

Gao Zhisheng a de nouveau disparu en août 2017. Depuis lors, Geng He a appelé le frère aîné de M. Gao à plusieurs reprises pour obtenir des nouvelles ou des informations sur son mari, mais selon le frère, les autorités restent très évasives.

« Son frère aîné se rend fréquemment au poste de police de Yulin, dans le Shaanxi, mais un jour, on lui a annoncé que Gao Zhisheng était à Pékin et qu’il devait demander des instructions à ses supérieurs. L’instant d’après, ils lui ont dit qu’il était à Yulin, et qu’ils ne savaient pas non plus où il était », a déclaré Geng He.

Après la dernière disparition de Gao Zhisheng, les avocats Zhang Lei et Yan Xin se sont rendus au bureau de l’administration pénitentiaire de Pékin et dans d’autres départements pour savoir dans quelle prison Gao Zhisheng était détenu, mais ils ont été écartés parce qu’ils n’avaient pas fourni la lettre de notification qui avait été envoyée aux membres de la famille. Cependant, selon Geng He, leur famille n’a jamais reçu de notification écrite concernant la détention de Gao Zhisheng. Les avocats ont également visité les bureaux de police de la ville de Yulin et du comté de Jia, et n’y ont reçu aucune réponse non plus.

Geng He a déclaré que la famille de Gao Zhisheng ainsi que sa propre famille en Chine ont été harcelées par les autorités locales.

« Le harcèlement, l’intimidation, la persécution de notre famille n’a pas cessé ces dix dernières années », a déclaré Geng He. Elle a expliqué que les cartes d’identité de la famille avaient été confisquées par les autorités pour les empêcher de quitter la région et de faire une campagne en faveur de Gao Zhisheng. Son beau-frère, qui était en phase terminale d’un cancer avant sa mort en 2015, avait souvent besoin d’analgésiques sur ordonnance. Pour pouvoir acheter ces médicaments, il devait à chaque fois emprunter sa carte d’identité au poste de police local et la renvoyer par la suite.

Geng He a déclaré que les autorités avaient également piégé sa mère pour qu’elle remette les clés de leur maison à Pékin. Les agents ont expliqué à sa mère, qui s’occupait de leur maison, qu’ils avaient besoin des clés parce qu’ils devaient réparer les égouts du bâtiment, a déclaré Gao Zhisheng. Ils n’ont pas rendu les clés depuis qu’ils les ont prises il y a environ huit ans, a-t-elle dit.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ