L’équipe nationale australienne de rugby refuse de mettre un genou à terre pour soutenir le mouvement Black Lives Matter

Par Mimi Nguyen-ly
26 octobre 2020
Mis à jour: 26 octobre 2020

L’équipe nationale de rugby australienne, les Wallabies d’Australie, a décidé de ne pas s’agenouiller pendant l’hymne national pour soutenir le mouvement Black Lives Matter, après un vote unanime des joueurs.

L’entraîneur des Wallabies, Dave Rennie, avec le soutien de Rugby Australia, a confirmé cette décision vendredi.

M. Rennie a déclaré que l’équipe avait discuté cette semaine de la possibilité que les Wallabies fassent ce geste de soutien au mouvement Black Lives Matter en vue de leur test-match de la Bledisloe Cup contre la Nouvelle-Zélande le 31 octobre à Sydney, qui fera office de match d’ouverture du Rugby Championship.

La décision de ne pas s’agenouiller est venue après que le vétéran des Wallabies, l’arrière Dane Haylett-Petty, a déclaré jeudi que l’équipe envisageait de discuter de cette question.

 « Je ne peux pas parler au nom de tout le monde, mais je pense que ce serait une belle démonstration de soutien », a déclaré Haylett-Petty. « Je pense que ce serait une discussion à avoir en tant que groupe, et nous y réfléchirons certainement. […] Je pense que le monde du sport a l’opportunité de participer aux discussions et a son mot à dire. Beaucoup de disciplines sportives l’ont fait. »

Mais l’ancien joueur des Wallabies, Nick Farr-Jones, a mis en garde contre cette décision et a déclaré qu’elle pourrait « semer la discorde ».

Lors d’une téléconférence vendredi, M. Rennie a annoncé que l’équipe ne s’agenouillerait pas pour protester en silence.

L’entraîneur-chef de l’Australie Dave Rennie lors d’une session de formation des Wallabies d’Australie avant la Bledisloe Cup, à Eden Park à Auckland, en Nouvelle-Zélande, le 17 octobre 2020 (Crédit: Dave Rowland / Getty Images)

« Nous avons rencontré les leaders de l’équipe ainsi que les autres joueurs, et la décision était unanime », a déclaré M. Rennie en conférence de presse. « La chose importante est l’hommage aux populations indigènes, et c’est sur ça que nous voulons nous concentrer. »

L’équipe australienne portera donc un maillot d’inspiration aborigène représentant les peuples des Premières nations d’Australie pendant le match contre la Nouvelle-Zélande samedi prochain.

« Tout le monde a une opinion sur cette autre situation, mais nous voulons, de notre côté, que l’accent soit mis sur la réflexion sur notre propre histoire et notre passé. Nous ne voulons pas d’une prise de position politique. »

Le match du 31 octobre prochain marquera la deuxième fois que les Wallabies porteront leur maillot aborigène en Australie, et la quatrième fois au total dans un match test depuis son introduction en 2017. Aucune autre équipe sportive nationale australienne ne porte un maillot indigène.

Rugby Australia, l’organe directeur de l’union de rugby en Australie, a soutenu cette décision.

« Rugby Australia et les Wallabies condamnent toute forme de racisme ou de discrimination et reconnaissent également que nous sommes toujours sur la voie de la réconciliation », a déclaré vendredi le PDG intérimaire de Rugby Australia, Rob Clarke, selon rugby.com.au.

« Le maillot des premières nations est une déclaration forte en soi. Il a un impact véritablement mondial en sensibilisant et en reconnaissant les problèmes auxquels sont confrontés les peuples des premières nations d’Australie. Rugby Australia et les Wallabies sont incroyablement fiers de le porter, de ce qu’il signifie et de qui il représente. »

« Je suis vraiment heureux que les joueurs et les dirigeants se soient réunis pour en parler, comme ils le feraient pour d’autres questions sociales importantes. C’était mesuré, approprié et mature, et je félicite l’équipe qui recherche et exploite vraiment toutes les possibilités qui s’offrent pour dévoiler aux yeux de tous les problèmes auxquels sont confrontés les premières nations australiennes et tous les Australiens. »

Le mouvement BLM a fait la une des journaux du monde entier après la mort de George Floyd, décédé en garde à vue en mai. La pratique du genou à terre a été utilisée dans différents domaines, y compris le sport, comme un moyen de montrer son soutien au mouvement, certains y voyant un moyen de dénoncer le racisme.

Le président américain Donald Trump a déclaré que le mouvement est « discriminatoire » et « mauvais pour les Noirs ». Il a déclaré à Fox News fin août que les entreprises qui ont donné de l’argent à la cause sont « dirigées par des gens faibles » avant de décrire le BLM comme une organisation marxiste.

Les théories de Karl Marx ont formé la base du communisme, une idéologie qui a conduit à la mort de centaines de millions de personnes dans le monde entier.

La co-fondatrice du Black Lives Matter Global Network, Patrisse Cullors, a déclaré dans une interview accordée en 2015 qu’elle et Alicia Garza, une autre co-fondatrice, sont toutes deux des « marxistes de formation ».

Le genou à terre, popularisé par le footballeur américain Colin Kaepernick en 2016, avait eu un grand écho en Australie, entraînant des manifestations pour dénoncer les décès d’Aborigènes lors des gardes à vue, ou encore la surreprésentation des Aborigènes au sein de la population carcérale.

En début d’année, l’équipe australienne de cricket a choisi de ne pas s’agenouiller pour le mouvement BLM avant leur match contre l’Angleterre en septembre. Le capitaine australien Aaron Finch a déclaré à TelegraphSport que « l’éducation autour de ce mouvement est plus importante que la protestation ».

« Nous n’allons pas faire des gestes spécifiques comme cela s’est produit dans le passé », a-t-il déclaré. « En ce qui nous concerne, nous sommes vraiment fiers de jouer à un jeu bien connu dans le monde entier et auquel tout le monde peut  jouer. Peu importe la race, la religion ou la nationalité dont vous êtes issus. Le cricket est un jeu pour tout le monde, et j’en suis vraiment fier. »

FOCUS SUR LA CHINE – Les investisseurs cachés derrière certaines sociétés-écrans de Hong Kong

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ