Les Aborigènes ont formé une brigade de pompiers entièrement féminine lorsque les feux de brousse australiens ont menacé leur terre sacrée

Par Robert Jay Watson
16 janvier 2020 Mis à jour: 16 janvier 2020

Pour les soldats de feu de la première équipe de pompiers indigènes entièrement féminine d’Australie, la Lake Tyers Aboriginal Trust Country Fire Authority (CFA), ou la société des pompiers aborigènes du lac Tyers, garder leur terre à l’abri des feux de brousse meurtriers qui ont bouleversé le pays n’est qu’une des tâches de leur mission.

Comme leur fondatrice et leader Charmaine Sellings l’a expliqué dans une vidéo pour ABC Gippsland, « Nous savons à quel point c’est important pour notre communauté. Nous pensons à la sécurité de nos aînés et nous pensons aux jeunes générations ».

Lorsque la communauté aborigène éloignée a souffert d’incendies répétés et de la lenteur des interventions des brigades de pompiers existantes basées à des kilomètres de là, Charmaine Sellings a déclaré à ABC News : « Je me suis levée et j’ai dit que nous allions réunir une équipe. »

Pour cette communauté entourée de forêts protégées, du lac Tyers et de la côte sud du Victoria, obtenir de l’aide pour combattre les incendies de l’extérieur signifiait souvent attendre au moins 45 minutes l’arrivée des équipes de la ville la plus proche. Lorsque Mme Sellings et d’autres femmes de la communauté se sont réunies pour défendre leur terre sacrée, cela a changé. « Une fois que nous avons toutes été formées, les feux se sont littéralement arrêtés », a-t-elle dit à ABC.

Depuis sa création il y a plus de 18 ans, la brigade féminine de pompiers (à laquelle se joignent parfois des hommes de la communauté) est devenue une fierté et une gardienne de la tradition. « Il y a des communautés, il y a une histoire culturelle, il y a un contexte des terres sur lesquelles elles vont combattre les incendies, comme dans la brousse », a déclaré Mme Sellings.

Lorsque des équipes de pompiers extérieurs venaient sur leurs terres, ils pouvaient, par ignorance, piétiner des lieux chargés d’histoire. « À un certain endroit, il y a 179 artefacts dans le sol », a expliqué Mme Sellings. « Un des camions-citernes descendait la colline, je savais où il allait aller et je me tenais devant lui. » Elle a réussi à faire faire le tour de la zone par les chauffeurs.

Comme la plupart des brigades de pompiers du sud de l’Australie, la société des pompiers aborigènes du lac Tyers travaille 24 heures sur 24 pour éteindre les incendies et surveiller la forêt. « Les choses sont assez désespérées », a déclaré Mme Sellings à l’Australian Women’s Weekly. « Nous sommes dans des conditions extrêmes, nos réservoirs sont vides, et ce n’est pas une bonne situation. » L’État du Victoria – et en particulier le Gippsland, qui s’étend de Melbourne à la frontière de la Nouvelle-Galles du Sud et comprend le lac Tyers – a été durement touché par les incendies.

Pour l’instant, cependant, les femmes de la société des pompiers aborigènes du lac Tyers tiennent la ligne et inspirent leurs enfants et petits-enfants à s’engager et à sauver leur terre et leur patrimoine culturel.

Au-delà des avantages pour la communauté, les activités de l’équipe ont été extrêmement enrichissantes pour ses membres. La co-capitaine de Charlene, Rhonda Thorpe, a déclaré au journal Australian Women’s Weekly : « Cela nous a donné du plaisir, de l’amitié, un grand sens de la camaraderie entre femmes et de l’indépendance. »

La prise en charge de la sécurité incendie de leur propre communauté a également modifié les relations entre la communauté aborigène et la société australienne en général. Le CFA de Lake Tyers rencontre souvent des touristes qui campent près du lac et qui ne prennent pas la responsabilité de leur empreinte écologique. « Je ne peux pas compter le nombre de fois où nous avons dû nous occuper de feux de camp encore allumés alors que les personnes étaient allées en ville pour s’approvisionner ou étaient parties pêcher sur le lac », a déclaré Mme Sellings. « Ça me met très en colère. »

Cependant, le travail que fait son équipe lui a valu le respect de ses collègues pompiers des environs, qui sont en grande majorité des hommes blancs. « Nous devons tous travailler ensemble pour faire face à la menace d’incendie », affirme Mme Sellings.

« Les méthodes traditionnelles des Blackfella sont très efficaces », ajoute Mme Sellings. « Nous devons partager entre Blancs et Autochtones toutes nos connaissances sur les méthodes pour gérer la brousse. Nous avons beaucoup à apprendre les uns des autres. »

Pour Charmaine Sellings, le projet consistant à ce que les autres femmes et elle-même apprennent à lutter contre les incendies fait écho à la façon dont elle a vécu sa vie. Comme elle l’a dit dans la vidéo pour la CFA, « pour moi, c’est une occasion de souligner toutes les femmes et les choses que nous réalisons, que ce soit auprès des enfants, en ce qui a trait à l’accouchement, la cuisine, puis ce que nous faisons aujourd’hui, c’est-à-dire combattre les incendies ».

RECOMMANDÉ