Les alpagas et leur système immunitaire pourraient contribuer à la lutte contre le Covid-19

Par Victoria Kelly-Clark
17 août 2020
Mis à jour: 17 août 2020

Dans la course à la découverte d’un traitement efficace contre le Covid-19, les scientifiques australiens se sont tournés vers une source d’aide inattendue : les alpagas.

Les chercheurs de l’Institut de recherche médicale Walter et Eliza Hall (WEHI) de Melbourne, dans l’État de Victoria, étudient activement si un trait rare du système immunitaire des alpagas pourrait offrir des solutions pour un traitement thérapeutique efficace afin d’aider les humains à combattre le virus du PCC, également appelé le nouveau coronavirus.

Les espèces de camélidés, notamment l’alpaga, le chameau et le lama, produisent des anticorps miniatures qui sont considérés comme des modèles attrayants pour les traitements contre le Covid-19 en raison de leur taille, expliquent les chercheurs dans un article publié le 11 août.

Ils sont « très spécifiques et robustes », a déclaré le chef de l’équipe de recherche de l’Institut européen de l’hémophilie, le professeur associé Wai-Hong Tham, au journal Epoch Times, le 13 août.

« Nous extrayons ensuite ces anticorps extrêmement petits (appelés nanocorps) et les examinons en laboratoire pour voir lesquels sont les plus efficaces pour bloquer le virus », a expliqué Mme Tham.

Mme Tham a indiqué qu’une fois que son équipe a identifié quels nanocorps sont les plus efficaces pour bloquer le virus, ils prévoient de cartographier leurs structures et d’utiliser ces données « pour développer des thérapies à base d’anticorps qui pourraient être utilisées de manière sûre et efficace chez les humains ».

Les nanocorps attirent l’attention des chercheurs, car leur structure les rend prêts à se fixer, plus stables et plus faciles à reproduire que les anticorps traditionnels. Mais la recherche est plus compliquée, car ils sont dix fois plus petits que les anticorps ordinaires.

Pour visualiser les nanocorps d’alpaga qui bloquent le virus avec succès, l’équipe de Mme Tham travaille avec des scientifiques du synchrotron australien, de l’Organisation australienne des sciences et technologies nucléaires.

S’adressant à la station de radio 3aw le 11 août, le professeur Michael James, chercheur principal du synchrotron australien, a déclaré que les alpagas se voient injecter les « pointes qui dépassent de la surface » du virus SRAS-CoV-2, car c’est ce « pic » qu’un coronavirus utilise pour pénétrer dans nos cellules et « commencer à se répliquer ». Les pics sont fabriqués à partir de fragments non infectieux du virus du SRAS-CoV-2.

« Si vous pouvez découper des fragments clés de l’anticorps qui attaque un virus, vous pouvez alors utiliser ces fragments ou nanocorps […] pour vous lier au virus et vous pouvez alors empêcher le virus d’entrer dans les cellules », a déclaré M. James.

Les chercheurs du WEHI espèrent produire un traitement capable d’imiter les anticorps naturels qui empêchent le coronavirus Covid-19 de se lier aux cellules des poumons humains, ce qui, selon Mme Tham, constitue « la première étape du cycle d’infection virale ».

Les médicaments basés sur les anticorps, connus sous le nom de produits biologiques, sont déjà utilisés en clinique pour des maladies telles que le cancer, et les conditions inflammatoires et auto-immunes.

Ce n’est pas un vaccin

Mme Tham a souligné au journal Epoch Times que la thérapie à base d’anticorps était différente d’un vaccin.

« Les vaccins provoquent une réponse immunitaire chez les humains pour produire des anticorps, alors que pour les traitements à base d’anticorps, nous délivrons les anticorps directement », a-t-elle déclaré.

Si elle est efficace, la thérapie WEHI serait utile pour traiter le Covid-19 et prévenir l’infection initiale. Mais Mme Tham a noté qu’elle « ne serait efficace que pendant que la personne recevrait le traitement ».

Mme Tham et son équipe à WEHI font partie du « programme de recherche biologique » face au nouveau coronavirus, qui a rassemblé des universitaires australiens et des leaders dans le domaine des maladies infectieuses et des traitements par anticorps de l’Institut Walter et Eliza Hall, de l’Institut Doherty, du CSL, d’Affinity Bio, du CSIRO, de l’Institut Burnet et de l’Institut Kirby.

Ils ont reçu des financements du gouvernement fédéral australien et de l’État de Victoria.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ