Les astronomes ont-ils découvert une « super-Terre » en bordure du système solaire ?

16 janvier 2016 Mis à jour: 16 janvier 2016

Alors que des chercheurs examinaient Alpha Centauri, le système d’étoiles le plus proche de la Terre, ils ont remarqué un objet traversant rapidement leur champ de vision.

Étant donné la vitesse et la luminosité, les astronomes pensent que l’objet se situe à une distance comprise entre 10 et 3 000 milliards de kilomètres de la Terre.

Les études annonçant la découverte de ce candidat au titre de « Planète X » ainsi que d’un autre objet ont été soumises à la revue spécialisée Astronomy & Astrophysics. Le 10 décembre dernier, les astronomes ont téléchargé deux documents sur arXiv, une base de données publique en ligne de documents en pré-impression. Les communications ont par la suite été rendues privées.

Méthode

L’ALMA est un groupe d’antennes radio haut perché dans le désert des Andes chiliennes. C’est grâce à l’Atacama Large Millimeter / submillimeter Array (ALMA) que les chercheurs ont repéré cet objet « inconnu », nommé Gna. Ils pressentent un petit objet transneptunien glacé sur une super-Terre ou sur une naine brune.

Une naine brune est un objet trop gros pour être une véritable planète mais trop petit pour être une étoile. « Des arguments simples nous ont convaincu que cet objet ne peut pas être une étoile ordinaire. Nous soutenons que l’objet fait plus probablement partie du système solaire, en orbite prograde, mais à une distance trop importante pour être détectable à d’autres longueurs d’onde », peut-on lire dans l’étude.

« L’hypothèse la plus passionnante serait que nous ayions observé un corps planétaire ou une naine brune dans les confins du nuage d’Oort », écrivent encore les auteurs du rapport.

Scepticisme

« Il est trop tôt pour faire la déclaration d’un objet externe au système solaire à ce stade », annonce Jonathan McDowell, un astronome du Centre d’astrophysique d’Harvard-Smithsonian, sur le site Gizmodo.com. « Peut-être est-ce une faible population de quasars variables occultés, combinés avec certaines aberrations de mesure de l’ALMA, ou … qui sait », continue-t-il.

Mais même les plus critiques ont dû admettre que la découverte pourrait être légitime.

« L’idée qu’il pourrait y avoir de grandes planètes qui se cachent dans le système solaire externe est parfaitement plausible », a tweeté Mike Brown, astronome du California Institute of Technology.

L’astrophysicien Brian Köberlein a déclaré que la seule façon de s’en assurer est de mener une étude plus approfondie. « La seule façon de savoir avec certitude est de rassembler plus d’observations. Soit par le suivi du mouvement, soit en recueillant des observations à d’autres longueurs d’ondes, nous pourrons éventuellement définir sa taille et sa distance », a-t-il écrit sur le site web du magazine américain Forbes. « Que ce soit une planète naine, une super-Terre ou une petite étoile, il semble clair que quelque chose se cache sur le bord extérieur de notre système solaire. »

RECOMMANDÉ