Les autorités chinoises contrôlent le nombre de cas de coronavirus avérés en contrôlant la distribution des kits de diagnostic

Par Olivia Li
29 janvier 2020
Mis à jour: 29 janvier 2020

L’épidémie de coronavirus de Wuhan est bien plus importante que les chiffres officiels publiés par les autorités chinoises de santé publique qui en dissimulent la gravité en limitant le nombre de kits de diagnostic aux hôpitaux de Wuhan, selon un journaliste indépendant et un spécialiste.

Le journaliste indépendant et son confrère spécialiste affirment tous deux que les kits de diagnostic ne sont fournis qu’à certains « hôpitaux qualifiés » et en quantités très limitées. Le personnel médical de ces hôpitaux a déclaré que le nombre de kits qui leur sont fournis représente moins de 10 % de ce dont ils ont besoin pour tester les patients.

Ces hôpitaux prétendent à présent que leur responsabilité actuelle se limite à fournir des traitements et qu’ils n’effectueront aucun diagnostic. Les patients qui cherchent un diagnostic sont incapables d’en obtenir un et se retrouvent dans une situation désespérée.

Offre limitée de kits de diagnostic

Le spécialiste qui s’est adressé au journal chinois Epoch Times le 24 janvier a déclaré qu’en contrôlant le nombre de kits de diagnostic disponibles, le Centre chinois de contrôle des maladies (CCCM) parvient à limiter le nombre de cas confirmés chaque jour.

« Au départ, il y a eu plusieurs jours d’affilée où il n’y a pas eu un seul patient confirmé atteint de pneumonie de Wuhan. Mais lorsque d’autres pays ont identifié des patients parmi les personnes [voyageant] depuis la Chine, le CCCM a été contraint d’augmenter le nombre de cas déclarés. Cela explique pourquoi, tout à coup, la Chine a annoncé plus de cent nouveaux cas en quelques jours. Ils manipulent le décompte. Le nombre réel de patients est bien plus important », a-t-il déclaré.

Il a en outre expliqué qu’une autre raison de la réticence du CCCM à fournir un diagnostic est que dès qu’un patient est déclaré infecté par le coronavirus, il ou elle pourra recevoir un traitement gratuit. Le gouvernement paiera alors pour son traitement, a-t-il dit.

En outre, certains hôpitaux ne sont pas bien équipés pour protéger leur personnel médical des maladies contagieuses, et de nombreux membres du personnel médical ont été infectés par le virus, selon le spécialiste.

« Même le personnel médical qui cherche à se faire soigner est rejeté par les hôpitaux qualifiés. Certains reçoivent actuellement des traitements dans des hôpitaux de qualité inférieure », a-t-il déclaré.

En outre, les hôpitaux qui sont qualifiés pour effectuer des tests tentent de sélectionner les patients dont les symptômes sont bénins pour le diagnostic.

« Les patients qui présentent des symptômes légers ont beaucoup plus de chances d’être guéris », a-t-il expliqué. « En sélectionnant ce type de patient pour le diagnostic, le taux de mortalité apparaît beaucoup plus faible qu’il ne l’est en réalité. »

Wuhan fait face à quatre problèmes majeurs

Significant People, une publication indépendante de WeChat, souligne dans un article récent que Wuhan est confrontée à quatre problèmes majeurs : le nombre limité de kits de diagnostic, les patients présentant des symptômes ont du mal à se faire tester, la grave pénurie de lits d’hôpitaux et les porteurs de virus non diagnostiqués qui se déplacent.

WeChat est un média social de type Facebook populaire auprès des internautes chinois.

L’article cite un rapport interne de contrôle des maladies de l’entreprise, distribué à ses employés le 22 janvier, qui dit : « Un de nos employés, Zhang Xin, et son père ont tous deux des symptômes caractéristiques de la pneumonie de Wuhan. L’hôpital de Tongji a refusé de les accepter, en disant : ‘Nous n’avons pas de kit de diagnostic, et nous n’acceptons pas les patients qui ne sont pas confirmés par le diagnostic.’ En conséquence, Zhang et son père n’ont reçu aucun traitement. Ils restent maintenant à la maison. »

Le Wuhan First Hospital, le Sixième Hôpital de Wuhan, l’hôpital de la Croix-Rouge de Wuhan et l’hôpital pulmonaire de Wuhan sont des hôpitaux désignés pour le traitement de la pneumonie de Wuhan, mais ils rejettent tous des patients en raison d’un approvisionnement insuffisant en kits de diagnostic, selon l’article de Significant People.

Ceux qui ont été choisis pour subir le diagnostic sont des « gagnants de la loterie » aux yeux des autres patients, selon l’article.

Il a également révélé que dans une autre ville de la province de Hubei, un hôpital désigné a reçu son premier lot de kits de diagnostic dans l’après-midi du 22 janvier, mais que le nombre de patients reçus était inférieur à 10 % de ceux qui devaient être testés. Pendant ce temps, à Xianning, une ville proche de Wuhan, un hôpital spécialisé n’a pas encore reçu de kits de diagnostic.

De plus, les hôpitaux qualifiés pour effectuer des tests de diagnostic renvoient maintenant les personnes qui demandent un contrôle médical.

Un patient nommé Huang Zijie a cru qu’il pouvait avoir été infecté et est allé se faire soigner à l’hôpital Jinyintan, un des hôpitaux qualifiés. Le personnel de l’hôpital lui a dit qu’il n’acceptait que les patients qui avaient été diagnostiqués, mais a refusé de le tester, ont raconté les personnes impliquées.

L’édition chinoise d’Epoch Times a appelé l’hôpital Jinyintan pour s’enquérir des directives actuelles de l’hôpital concernant l’acceptation des patients. Le personnel de l’hôpital a déclaré que l’hôpital n’accepte désormais que les patients qui ont été sélectionnés et approuvés par la Commission de la santé de Wuhan.

« Tout patient qui souhaite se faire soigner dans notre hôpital devra communiquer avec la Commission de la santé de Wuhan », a-t-il déclaré.

Les médias d’État chinois ont précédemment rapporté qu’au 16 janvier, la société pharmaceutique américaine Pfizer avait fourni 50 000 à 60 000 kits de diagnostic à différentes villes, et que la société Geneodx, basée à Shanghai, avait produit 75 000 kits supplémentaires. Au total, il devrait y avoir plus de 100 000 kits disponibles.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ